Fotolia_11877654_XS

 

Principe de l’éco-Prêt à Taux Zéro 2016

L’éco-prêt à taux zéro a été instauré par la loi des finances en 2009. Ce prêt consiste à encourager les propriétaires, occupants ou bailleurs d’anciens logements construits avant 1990 et utilisés comme résidence principale, à faire des travaux d’amélioration de la performance énergétique. Ils doivent effectuer un bouquet de travaux éligibles afin d’y accéder. Ce prêt est accessible sans conditions de ressources.

Spécificités de l’Eco Ptz 2016 :

Les améliorations apportées au logement doivent comprendre un bouquet de travaux, ou bien atteindre un niveau de performance énergétique globale variable selon le logement et sa localisation géographique. Les travaux d’économies d’énergie doivent être conformes aux normes techniques, et le particulier doit faire appel à un artisan ou bien à une entreprise du bâtiment qui détient la certification RGE (Reconnu garant de l’environnement) pour les effectuer.

Travaux concernés par l’Eco Ptz 2016

Travaux d’isolation thermique des toitures

Travaux d’isolation thermique des murs donnant sur l’extérieur

Travaux d’isolation thermique des parois et portes donnant sur l’extérieur.

Travaux d’installation, régulation ou remplacement de systèmes de chauffage, associés ou non à des systèmes de ventilation économiques et performants, ou de production d’eau chaude sanitaire,

Travaux d’installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

Travaux en faveur d’un niveau de performance énergétique, validée par un bureau d’étude thermique pouvant atteindre 150 kWh/m2/An. Il faut que les logements soient achevés depuis le 1er janvier 1948.

Travaux d’assainissement non collectif si le dispositif ne consomme pas d’énergie.

La qualification RGE Obligatoire

Il est impératif que vous puissiez valider auprès des professionnels qu’ils soient détenteurs du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Cette obligation est en vigueur depuis le 1er Septembre 2014C pour la Métropole et depuis le Octobre 2015 pour L’Outre Mer. Sans quoi, vous ne pourrez prétendre à bénéficier de l’éco PTZ 2016.

Pour en savoir plus sur les qualifications et certifications RGE que nécessitent certains travaux de rénovation dans l’habitat, vous pouvez obtenir des informations précises auprès de l’Ademe

Quel Montant à emprunter pour le  prêt à Taux Zéro 2016 :

La valeur du prêt peut aller jusqu’à 20.000€ pour un bouquet de deux travaux, et il est plafonné à 30.000€ pour un bouquet de trois travaux ou plus. La durée de remboursement est fixée à 10 ans, mais elle est extensible à 15 ans pour certains travaux. C’est une banque qui a signé au préalable une convention avec l’état qui doit accorder le prêt sous forme d’une avance remboursable sans intérêt. L’emprunteur devra joindre à sa demande un formulaire de devis pré écrit et disponible sur le site du ministère de l’écologie.

Lors de la confirmation du prêt, une durée de deux ans de réalisation de travaux est accordée. Le prêt ne peut être accordé qu’une seule fois par loyer.

Evolutions notables pour 2016 :

-       L’éco-prêt à taux zéro est prolongé jusqu’au 31 décembre 2018

-       Création d’un micro-crédit à taux zéro pour les ménages modestes aidés par l’ANAH (Agence nationale de l’habitat)

-       L’éco-prêt à taux zéro est inclut dans l’offre globale de prêt lors de l’achat d’un bien, avant un devis de rénovation

Vous pouvez gratuitement déposer vos devis travaux dans le cadre de votre prêt Eco PTZ 2016 à taux 0.

Qu’est-ce que le crédit d’impôt travaux ?

Le crédit d’impôt Travaux 2016, pour la transition énergétique (CITE), anciennement appelé Crédit d’impôt développement durable (CIDD), est une aide accordée par l’Etat, sous forme de réduction fiscale. Il s’adresse aux particuliers qui réalisent des travaux de rénovation énergétique afin de réduire leur consommation énergétique. Le projet de la loi de Finances a prolongé l’octroi de cet avantage fiscal d’un an, soit jusqu’au 31 décembre 2016.

credit impôts travaux 2016

Le CITE est donc une incitation fiscale qui a pour but d’alléger les travaux d’économies d’énergies afin que les ménages français aient une meilleure performance énergétique. L’objectif étant que la France devienne la nation de l’excellence environnementale. L’état a fixé cet avantage à un taux de 30% du montant des travaux et il représente environ 1,4 milliard d’euros annuels.

Le plafond de dépenses éligibles au crédit d’impôt dépend du nombre d’individu du foyer fiscal. Il est plafonné à 8000 euros pour une personne célibataire, divorcé ou veuf, à 16 000 euros pour un couple marié ou pacsé et le plafond augmente de 400 euros supplémentaires pour chaque personne à charge (200 euros si garde alternée).

 

Quelles conditions pour obtenir le crédit d’impôts travaux 2016 ?

Pour bénéficier de cette aide, les travaux doivent être effectués dans la résidence principale du contribuable, achevée depuis plus de 2 ans, qu’ils soient propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit. Depuis 2014, les propriétaires-bailleurs ne peuvent plus accéder à cette avantage.

De plus, les futurs bénéficiaires doivent exercer une activité professionnelle en France.

Enfin,il faut bien noter que le mode d’installation et les caractéristiques techniques des appareils utilisés doivent obéir à des conditions d’éligibilité. Lors de la réalisation des travaux, il faut faire appel à un professionnel qui a la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Cette mention a été créé par l’ADEME et l’Etat pour certifier le respect de critères de qualité comme le savoir-faire et le respect de l’environnement. Les équipements doivent être vendus et installés par la même société.

 

Quels types de travaux pour obtenir le crédit d’impôts 2016 ?

La liste des travaux éligibles concerne entre autre :

  • Les équipements fonctionnant avec une énergie renouvelable (les pompes à chaleur thermodynamique et géothermique…)
  • L’isolation thermique (volets isolants, isolation des parois opaques…)
  • Les appareils de chauffage (chaudière à condensation…)
  • Et d’autres travaux tels que l’équipement de raccordement à un réseau de chaleur.

Cette liste a été étendue à plusieurs types de matériels comme les bornes de recharge de véhicules électriques et les compteurs individualisant les frais de chauffage ou d’eau chaude sanitaire dans les copropriétés.

Attention, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes, les équipements utilisant de l’énergie radiative ainsi que les équipements mixtes (combinant un équipement éligible et un autre non) ne sont plus éligibles à cet avantage.

 

Rénovez votre logement grâce à cette aide

Comptabilité SCI

 

Comptabilité SCI

La tenue de la comptabilité dans une SCI (Société Civile Immobilière) est simple à mettre en œuvre de part son activité. La SCI est utilisée, en général, pour la constitution d’un patrimoine immobilier.

Le chef d’entreprise qui veut faire l’acquisition d’un local pour les besoins de son activité professionnelle peut constituer une SCI afin d’acheter celui-ci. Une fois propriétaire de la SCI, il pourra établir un bail de location entre la SCI et son entreprise afin que celle-ci puisse rembourser les mensualités du crédit contracté.

 

Choix fiscalité de la SCI

Impôt sur le revenu : Les loyers perçus rentrent dans le calcul des impôts du foyer fiscal

Impôt sur les sociétés : la SCI déclare à l’administration fiscale le résultat en fin d’année fiscale de la SCI et les dividendes éventuellement versés aux actionnaires de la SCI.

Le choix de la fiscalité à une conséquence sur la tenue de la comptabilité de la SCI. Soit, le choix se porte sur l’impôt sur le revenu et dans ce cas de figure les textes ne précisent pas quelle démarche à adopter. Comptabilité commerciale ou comptabilité de caisse pour la SCI, c’est un arbitrage à faire selon l’activité réelle de celle-ci.

Dans le cas d’une SCI dormante, après cession d’un immeuble, le bon  sens, voudra que la comptabilité pour la SCI ne soit pas nécessaire. Un journal des recettes et dépenses est suffisant.

 

Prix Comptabilité SCI

Dans le cas contraire, il est plus simple d’externaliser la tenue la comptabilité de la SCI à un cabinet comptable, pour plusieurs raisons.

1° le prix de la comptabilité de la SCI (Société Civile Immobilière) n’est pas exorbitant. Comptez entre 500 et 1500 euros pour la constitution de la SCI. Si vous avez besoin d’un accompagnement pour la mise en place de votre business plan, il vous faudra compter sur un surcoût de 80 à 150 euros de l’heure.

Le coût pour la tenue de la comptabilité d’une SCI démarre à 50 euros par mois pour ce type d’activité patrimoniale. Si vous souhaitez comparez les cabinets comptables de votre région vous pouvez comparez et obtenir 3 devis d’expert-comptable

2°La tenue de la comptabilité d’une SCI par un expert-comptable est une assurance vis à vis de l’Administration fiscale de jouer la transparence, mais aussi en cas de cession.

3° gain de temps vis à vis de process parfaitement maîtrisés lorsque  la tenue de la comptabilité de la SCI (Société Civile Immobilière) est réalisée chez le comptable.

 

 

 

 

Pour réduire ses impôts il y a plusieurs méthodes, vous pouvez dans un premier temps réduire votre revenu imposable  ou bien investir dans des domaines qui peuvent vous permettre d’avoir des réductions d’impôts. Ensuite vous pouvez effectuer une réévaluation de votre situation et voir si vos choix étaient les bons.

LES PLACEMENTS CONSEILLES

> Gérer un plan d’épargne en Action

o   2 types de PEA : la formule classique et celle destiné à financer des PME

o   La différence entre les deux réside dans le plafond de versement

o   Possibilité de cumuler 2 PEA différents mais pas 2 du même type

> L’assurance vie

o   Calcul à partir du montant total des primes versées sur une année

o   Réduction d’impôt à hauteur de 25%

o   Plafonnée à 1525€ avec une majoration de 300€ par enfant à charge

o   La réduction d’impôt final n’est pas prise en compte dans le calcul des plafonds d’avantages fiscaux

> Plan épargne retraite prévoyance

o   Le montant est déductible pour chaque membre du foyer fiscal

o   Déductible sur la base du niveau de revenus

o   Non-négligeable surtout pour les gros revenus

 

LES BONS PLACEMENTS IMMOBILIERS

> Acquisition d’un logement locatif neuf (LOI PINEL 2015)

o  N’est possible que dans certaines zones : ZONE A BIS (Paris et 1ère couronne) ; ZONE A (Grandes villes de plus de 250 Habitants) ; ZONE B1 (Grandes villes comprises entre 150000 et 250000 habitants) ; ZONE B2 (villes moyennes comprises entre 50000 et 150000 habitants)

o  Si vous n’êtes pas dans cette zone alors vous n’êtes pas éligible

o   Taux de réduction allant de 12%  à 21% selon le nombre d’année de location

o   Possibilité de louer à une personne de la famille si elle n’est pas comprise dans le foyer fiscal

o   Vous pouvez acheter un logement neuf achevé ou en cours de construction mais bientôt achevé

> Faire des travaux dans votre résidence principale

o   Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ; les travaux éligibles :

  • Acquisition de chaudières à condensation
  • Acsuisition de matériaux d’isolation thermique
  • Acquisition d’appareils de régulation de chauffage
  • Acquisition d’équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable
  • Chaudières à micro-cogénération gaz
  • Réalisation d’un diagnostic de performance énergétique non obligatoire
  • Acquisition d’appareils permettant d’individualiser
  • Acquisition d’un système de charge pour véhicule électrique

 

FIZEO peut vous accompagner dans vos projets. Déposez votre demande, nous vous mettrons en relation avec 3 professionnels de votre région qui saura vous accompagner dans votre démarche !

La prospection téléphonique est un moyen rapide et efficace qui permet d’alimenter son carnet de rendez-vous semaine après semaine. Mais il s’agit d’une technique qui nécessite d’être maitrisé si l’on veut qu’elle porte ses fruits. En effet, la prospection téléphonique est un travail long et nécessite parfois d’avancer par des voies détournées. L’une des principales clés est de pouvoir s’adapter instantanément à la situation du prospect. Il est impératif de savoir écouter et surtout de prendre des notes car celles-ci seront essentielles afin de cerner les attentes du client potentiel. Le commercial sédentaire, principal acteur de la prospection téléphonique, doit passer en moyenne 8 appels pour joindre un prospect au téléphone.

L’utilisation de la prospection

La prospection téléphonique peut notamment servir à la qualification de contacts, c’est-à-dire la validation de leurs coordonnées et de leur projet. C’est ainsi que fonctionne www.fizeo.fr, afin de qualifier les leads des personnes se montrant intéressés pour recevoir des devis dans l’un des nombreux domaines géré par le site. Les utilisateurs ont donc montré un intérêt sur le site en répondant à un mini-questionnaire, permettant à l’équipe du site de transformer le lead en prospect grâce à un appel téléphonique.

On peut distinguer plusieurs types de prospection en fonction de ses clients :

  1. La prospection en BtoB, correspond à une démarche entre deux entreprises. Dans ce cas, la démarche de fidélisation est importante puisque les montants en jeux sont assez importants. La conquête d’un client en est d’autant plus compliqué puisque les tarifs et les conditions d’achats font l’objet de négociation entre les parties.
  2. La prospection en BtoC, correspond à une démarche entre l’entreprise vendeuse et un particulier. L’objectif sera dans ce cas de transformer le lead en un acte d’achat. Pour ce faire, l’entreprise émettrice des appels sortants doit disposer d’un fichier de contacts qualifiés. Ceci permet de personnaliser l’échange avec le prospect afin d’augmenter les chances de réussir la démarche.

De manière générale, la prospection téléphonique nécessite de maîtriser certains éléments tels que la préparation de l’entretien, l’accroche, la découverte des besoins, l’argumentation, la recherche de signaux d’achat et le traitement des objections. Un nouveau service Touch&Lead  peut s’en occuper pour vous.

La génération de leads est un ensemble d’actions permettant d’approvisionner régulièrement une force de vente interne ou externe en prospects suffisamment qualifiés et chaud. Il s’agit donc de toutes les étapes situées entre la prospection et l’action de vente. Parmi les principales actions permettant de créer des contacts commerciaux, on retrouve :

  • la participation aux salons, foires etc.
  • la prospection téléphonique
  • le référencement SEO/SEM
  • les livres blancs ou formulaires
  • l’emailing, publipostage, bus mailing etc.

Dans l’objectif de transformer le lead en chiffre d’affaires pour l’entreprise, il est essentiel que les leads générés soient de qualités. Concrètement, un lead est donc une piste commerciale, un client potentiel.

Le lead, un marché en expansion

Aujourd’hui, la génération de lead dispose d’un avenir radieux, puisqu’en 2013, 12,3 millions de leads avaient été acquis par les entreprises, un volume qui est en très forte croissance et représente donc un enjeu majeur en B to B comme en B to C. Les deux secteurs les plus représentés sur le marché sont le secteur immobilier / travaux / habitat / services et le secteur finance / assurance / gestion.

Une expertise nécessitant un accompagnement

La génération de lead concerne surtout les entreprises ayant une activité digitale. Aujourd’hui, des sites comme Touch & Lead propose des solutions d’accompagnement afin d’optimiser sa productivité commerciale. La gestion des leads est donc un secteur pointu qui nécessite une forte expertise que pourra vous apporter l’équipe de consultants de Touch & Lead.

De la prise de contact à l’opportunité commerciale en passant par la qualification du lead, le cycle de vie du lead nécessite d’être soigné et suivi avec attention afin de maximiser ses chances d’être converti en client. Faire appel à la génération de leads permet de maitriser ses coûts, de procéder à un ciblage précis, et d’obtenir un excellent rapport qualité-prix. Une bonne gestion de lead aura donc un impact direct sur la croissance de son chiffre d’affaires.

A savoir :

Il existe de nombreux acteurs sur le marché qui commercialisent des leads, comme par exemple fizeo.fr qui est une plateforme d’intermédiation entre demandeurs et professionnels spécialisés.

Jeune conducteur malussé : quelle solution assurance auto ?

Le jeune conducteur est celui qui a un permis de conduire obtenu moins de 3 ans avant la souscription de l’assurance voiture ; c’est aussi toute personne qui n’a pas souscrit d’assurance voiture durant les 3 années précédant la souscription. Le jeune conducteur (tout court) fait partie des assurés à risque, entre autres en raison de l’inexpérience routière, de la vitesse, de l’alcool ou de la drogue. Que se passe-t-il quand ces raisons se concrétisent dans les faits ? Comment réagissent les assureurs face aux jeunes conducteurs cumulant les sinistres responsables ?

Le jeune conducteur malussé n’est pas un paria de l’assurance auto

Déjà, les assureurs qui résilient les contrats de jeunes conducteurs collectionnant les sinistres responsables ne représentent qu’une infime minorité du milieu de l’assurance voiture. En cas de récurrence des accidents responsables, deux cas de figure peuvent se présenter :

  • L’assureur ne résilie pas le contrat d’assurance jeune conducteur, mais la baisse progressive de la surprime n’est plus qu’un un mirage pour l’assuré ;
  • L’assureur propose une modification des termes du contrat, plus précisément une augmentation du montant de la prime d’assurance, en plus du maintien de la surprime.

Il y a une issue moins coûteuse pour le jeune conducteur malussé

De plus en plus d’assureurs se spécialisent pour la couverture de conducteurs à risque : mauvais payeurs, malussés, alcoolémie, jeunes conducteurs… Google est leur premier terrain de prédilection. On peut même se permettre de faire une simulation devis assurance auto sur le site d’un assureur en ligne spécialisé dans la couverture d’assurés à risque. Mais il faut toujours garder la tête sur les épaules : la facture est toujours salée.

On peut quand même faire en sorte que la facture d’assurance auto jeune conducteur ne ruine pas trop ; voici quelques options envisageables :

  • Le jeune conducteur malussé opte pour une voiture de plus de 5 ans, de faible puissance : ça marche à tous les coups ;
  • Le jeune conducteur limite la souscription de garanties facultatives au strict nécessaire (la garantie tous accidents, en priorité) ;
  • Ou encore, l’on se résout purement et simplement à la seule garantie responsabilité civile ;
  • L’assurance voiture au kilomètre, malgré les contraintes qui vont avec (interdiction de conduire la nuit, entre autres), est financièrement avantageuse : si l’assuré respecte le quota de kilométrage annuel ou mensuel, il bénéficie de tarifs préférentiels…

La téléphonie sur IP (Internet Protocol) est un mode de communication qui utilise le protocole de télécommunications crée pour internet. Il s’agit d’une numérisation de la voix, qui est ensuite transmise comme les autres données. Elle peut utiliser des réseaux privés ou d’Internet, filaire ou non, pour établir des communications téléphoniques.

A l’heure du développement croissant d’Internet, la téléphonie reste un outil indispensable de communication pour toutes les sociétés. La téléphonie sur IP connaît une énorme progression depuis quelques années, car la qualité des échanges via cet outil est équivalente à celle du réseau classique (RTC). De plus, elle permet de mettre en place des applications pour optimiser la communication téléphonique de l’entreprise.

La téléphonie sur IP permet de mettre en place un protocole unique pour gérer la téléphonie et l’informatique, faisant par conséquent baisser le coût de revient des appels émis par l’entreprise. En effet, utiliser Internet coûte moins cher pour passer des appels. Elle permet d’augmenter le nombre de services en standard, comme la traçabilité des communications (une base de données enregistre les informations des appels entrants et sortants), la messagerie unifiée (tous les messages téléphoniques sont centralisés sur une messagerie électronique), la possibilité d’utiliser les téléphones portables sur le réseau de téléphone intrinsèque à l’entreprise, et la gestion facilitée du serveur vocal par un logiciel dédié.

De plus en plus de sociétés proposent aujourd’hui la mise en place de ce système, le site internet www.fizeo.fr vous permet d’entrer en contact avec les professionnels agrées proposant le système de téléphone IP le mieux adapté à vos besoins.

Avant de se lancer il est important de se renseigner sur les bonnes pratiques recommandées par l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Informations (ANSSI). En effet, qui dit parc informatique dernier cri, dit aussi risques de piratage, d’espionnage industriel et d’autres désagréments liés à une activité très informatisée. Vous trouverez sur le site internet ANSSI toutes les précautions à prendre pour installer un système de téléphonie IP dans votre structure avec un minimum de risques.

En adoptant ce système de téléphonie, vous ferez non seulement baisser le prix de vos communications, mais vous optimiserez aussi fortement votre force de contact en diversifiant les services proposés par vos centres d’appels. Vous garderez les atouts de la téléphonie classique (contact direct, efficacité, relationnel) en les combinant à l’énorme potentiel de l’informatique, plus rapide, plus souple et plus productif.

La forme juridique du type S.A.R.L est la plus utilisée en France. Elle signifie, société à responsabilité limitée. Sa principale caractéristique est de limiter la responsabilité des associés. Elle a la faculté de s’adapter à un grand nombre de situations c’est pourquoi elle est très utilisée par beaucoup de sociétés.

Les conditions particulières sont :

>> Les associés : au minimum 2 jusqu’à 100 maximum. Il peut s’agir de personnes physiques ou morales.

>> L’engagement financier : le montant du capital social est libre et est fixé par les associés en fonction de la taille, l’activité et les besoins en capitaux de la société. Il faut cependant qu’il soit cohérent avec les exigences économiques du projet. Il n’est pas exclu que la responsabilité personnelle du gérant et des associés soit engagée. Il est nécessaire de se faire accompagner d’un expert-comptable sur ce point. Les apports peuvent être réalisés en espèce ou en nature. A noter que les apports en espèces doivent être libérés d’au moins un cinquième de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde pourra être libéré dans les 5 ans.

>> Le capital peut être variable. Il doit être compris entre un minimum et un maximum fixé par les statuts. Cette option a pour principal avantage l’absence de formalisme pour les opérations d’augmentation ou de diminution du capital.

>> Cas particuliers : une SARL répondant aux critères suivants peut émettre des obligations nominatives : dans le cas où elle a établi les comptes des trois exercices approuvés par les associés et dans le cas où elle a nommé un commissaire aux comptes.

>> La responsabilité : dans le cas d’une association simple, la responsabilité est limitée aux apports, dans le cas d’une gérance, la responsabilité est engagée dans le cadre d’une faute de gestion et au pénal.

>> Fonctionnement : la société est dirigée par un ou plusieurs gérants personnes physiques obligatoirement nommés parmi les associés ou en dehors d’eux. Leur nomination et leurs pouvoirs sont fixés soit dans les statuts soit par un acte séparé. Ils se réunissent au minimum une fois par an en assemblée générale ordinaire (AGO). L’approbation des comptes annuels ainsi que les décisions ordinaires se prennent en assemblée générale à la majorité simple (50% + 1 voix). La minorité de blocage est donc de 50%.

Les décisions de modification des statuts se prennent en assemblée générale extraordinaire (AGE). La cession se passe en 2 temps et les décisions se prennent à la majorité des 2/3 des voix. La minorité de blocage est donc de 33% + 1 voix.

Cas particuliers : pour une SARL constituée de 2 associés égalitaires, en cas de désaccord entre les deux associés, la seule issue est souvent la dissolution judiciaire de la société.

>> Le régime fiscal : la SARL est soumise à l’impôt des sociétés. Le bénéfice fiscal est obtenu après la déduction de la rémunération du ou des dirigeants. Il est cependant possible d’opter pour l’impôt sur le revenu lorsque la société est constituée entre les membres d’une même famille.

>> Régime social des gérants :

Il n’est pas le même selon que l’on soit majoritaire ou minoritaire. Un gérant est majoritaire s’il détient (avec son conjoint et ses enfants mineurs) plus de 50% du capital de la société.

Le gérant majoritaire est rattaché aux caisses des travailleurs non-salariés (TNS).

Le gérant minoritaire : il est « assimilé-salarié » au regard de sa protection sociale (hors chômage). Sa rémunération en qualité de gérant bénéficie du régime de sécurité sociale et de retraite des salariés, mais pas de l’assurance chômage et des dispositions du droit du travail.

>> Régime fiscal des gérants : Quelle que soit leur situation, ils relèvent du même régime fiscal des salariés.

>> Transmission : en cas de cession des parts sociales à des tiers, le consentement des associés est obligatoire. Dans le cas d’une cession entre les associés ou un conjoint ou ascendant ou descendant, c’est totalement libre des associés. C’est sur ce point qu’il convient de vérifier les statuts et d’être vigilant.

Pour résumer sur les principaux avantages et inconvénients :

>> les plus : la responsabilité et limitée aux apports. La structure évolutive facilite le partenariat et le dirigeant à la possibilité d’voir la couverture sociale des salariés. Les charges sociales sont calculées uniquement sur la rémunération.

>> les moins : les frais et formalisme de constitution et de fonctionnement.

Le secteur du télémarketing et plus précisément les métiers du call center, correspondent aux numéros verts ou service d’accueil que de nombreuses entreprises mettent à disposition de leurs clients.

Présent dans les domaines traditionnels de la vente par correspondance par exemple, le secteur s’étend aujourd’hui aux milieux de la banque, de la finance, des assurances, des télécommunications ou même du tourisme. Faire appel à ces métiers exprime une stratégie commerciale visant à établir un contact privilégié avec le client grâce à un contact personnalisé.

Les calls center peuvent être internes à l’entreprise, mais dans les grandes entreprises sont la plupart du temps externalisé. En effet, cela permet de réduire les coûts et de bénéficier d’un service de pointe, de bénéficier d’une veille technologique et de garder le cœur de métier de son entreprise.

Il s’agit d’un marché porteur d’emplois puisque en 2011, on pouvait dénombrer 3500 centres d’appels en France totalisant 250 000 emplois. Ce secteur d’activités est en fort développement et offre de nombreuses perspectives d’emploi notamment en tant que chargé de clientèle, conseiller, standardiste, technicien ou manager. Les centres d’appels interviennent lors de toutes les étapes d’un processus commercial, c’est-à-dire de l’accueil des prospects (premier contact) à la gestion et au suivi client, ce dernier comprenant le service après-vente, le conseil technique, la mise en place de la prestation etc. Les calls center regroupent donc trois type de métiers : commercial, information client et suivi technique.

Autrefois considérés comme métiers d’appoints, ce secteur est aujourd’hui devenu un véritable choix de carrière offrant de nombreuses possibilités d’évolutions ou formant un tremplin vers les métiers du commerce. Depuis l’explosion de l’utilisation d’internet, les métiers du call center ce sont élargie au Web Call Center, permettant une communication pratique et rapide. Cette méthode permet d’assurer une relation interactive entre le client et un conseiller que l’on retrouve notamment dans le secteur de la téléphonie.