Archives par mois : janvier 2012

Vous consultez les archives par mois.

Un intérieur feng shui suit de nombreux codes afin que votre intérieur soit équilibré et harmonieux. Et pour que cela fonctionne, il y a des erreurs à éviter !

Sachez qu’un excès de yin entraîne une baisse de forme et de la tristesse et un excès de yang incite à la colère. De la même manière, n’accumulez pas les objets car cela gêne la bonne circulation. Le feng shui est une question d’équilibre.

Les formes rondes sont plus favorables que celles qui sont pointues. Optez donc plutôt pour une table ronde que pour une table rectangulaire. Cette dernière pourrait vous causer du tort en vous donnant l’impression d’être perforée.

Pièce de passage, on néglige souvent la décoration de l’entrée. Pourtant l’entrée doit faire écho au reste de la maison, c’est une sorte d’introduction. Il faut ainsi inviter les convives à entrer avec des tons chaleureux et une entrée soignée.

Il est conseillé de choisir plusieurs éclairages diffus plutôt que d’opter pour un plafonnier unique dans une pièce. Les différentes sources de lumière donneront vie à la pièce et chasseront les coins obscurs de la maison. Evitez les lumières trop fortes.

La tendance design propose désormais des miroirs sous forme de plusieurs éclats. Choisissez uniquement des miroirs qui proposent une image entière et non fragmentée. Vous regarder dans un tel miroir brise votre confiance en vous et cela déstructure votre énergie.

Ne placez pas votre lit en face d’une porte. Ne dormez jamais les pieds vers une porte car cela rappelle la position des défunts, cela est donc très néfaste à votre énergie. Ensuite placer le lit en face d’une porte vous apportera des angoisses inutiles qui troubleront votre repos. Gardez vos lieux de repos à distance de tout appareil électrique, prise de courant, interrupteurs afin de limiter les nuisances dues aux émissions électromagnétiques souvent à l’origine des insomnies, maux de tête et autres maladies symptomatiques. Autrement dit, pas de téléviseur dans les chambres à coucher,

Placez toujours des fleurs dans votre intérieur (sauf dans la chambre) car elles ont la faculté d’éloigner les mauvaises vibrations. Elles égayent la pièce et apportent un peu de nature à l’environnement.

 

Notez que les couleurs claires comme le jaune ou les tons de brun foncé chargent la nourriture d’énergie conviviale et vivifiante. Le blanc cassé sera également indiqué puisqu’il symbolise pureté et clarté.

Première étape importante pour la création de votre nouveau bureau : l’emplacement ! Vous devez choisir le lieu dans lequel vous allez travailler. Et si vous n’avez pas d’espace dédié au bureau, sachez qu’il existe de nombreuses solutions pour créer un bureau dans la maison : salon, chambre, couloir et même placard.
Une fois que votre bureau est installé, il va falloir l’optimiser ! Et pour cela, vous devez opter pour des accessoires malins qui vous permettront de gagner de la place. Il existe  pour cela des rangements ingénieux, des extensions pratiques… Mais attention, l’optimisation commence même dans le choix du bureau ! Suivez nos conseils pour gagner de la place tout en ayant un espace fonctionnel et agréable.

 

Si votre bureau est plutôt de petite taille, vous pouvez tout à fait envisager de lui ajouter des extensions qui vous permettront de bénéficier ponctuellement d’un espace plus important.

Les bureaux modernes multiplient les câbles et autres fils informatiques, il vous faut un accessoire pour les organiser. Pour éviter qu’ils s’emmêlent tout en sachant à quoi ils sont reliés, utilisez les scratchs pour regrouper la longueur de fil inutile et l’étiqueter.

Si vous installez un bureau dans le couloir, vous êtes certain de ne pas être dérangé par le bruit de la télévision ou par les activités des autres membres de la famille. En éliminant la chambre comme espace de travail, vous êtes également sûr de ne pas perturber votre espace de sommeil en multipliant les activités dans cette pièce.

Pour gagner de l’espace, on peut opter pour le 2 en 1 ! Et oui, pour cela, il suffit de choisir un meuble qui accueillera votre bureau sans que ce soit sa fonction principale. Ainsi, vous trouverez des armoires qui renferment une partie secrétaire ou même des consoles qui dévoilent un bureau une fois qu’elles sont dépliées. Dans ce cas, le bureau disparaît et c’est le meuble qui trône dans la pièce !
Ce type de solution est idéal si vous ne vous installez à votre bureau que pour de courtes durées comme pour faire vos comptes ou gérer vos papiers.

 

Quand on ne possède pas une pièce dédiée à l’installation d’un bureau, l’essentiel est de trouver un endroit où vous vous sentirez bien.

Concevoir son jardin soi-même est un exercice complexe, où l’on fait souvent des erreurs. Un paysagiste saura concevoir un jardin qui vous ressemble et qui embellira avec les années.

Quelles différences entre un jardinier, un jardiner-paysagiste et un architecte-paysagiste ?

Un jardinier plante et entretient le jardin mais il ne le dessine pas. Un jardinier-paysagiste ou entrepreneur de jardin peut réaliser et aménager le jardin. Quant à l’architecte-paysagiste, il dessine le jardin sans le réaliser. Pour cela, il fait appel à un jardinier.

 

Un paysagiste a une vision globale du jardin. Il sait organiser la végétation, la circulation et la décoration afin de coller au mode de vie de son client. D’où l’importance qu’il sache poser les bonnes questions. Selon si la personne vit seule, en couple, avec des enfants, des animaux, si elle reçoit beaucoup ou non, si elle aime jardiner ou non, on ne concevra pas le même jardin. Le paysagiste saura exprimer tout cela dans le paysage du jardin.

Le rôle du paysagiste rôle est de conseilleur son client au mieux. Certaines demandes sont techniquement impossibles à réaliser. Ou encore, un client peut vouloir du gazon ou une espèce de végétal non adaptée, et qui ne pourront pas pousser à cause de l’exposition ou du climat. Le paysagiste doit pouvoir lui proposer autre chose.

Un paysagiste doit connaître le sol et la terre, la biologie, l’écologie, le climat, les maladies et les ravageurs, la maçonnerie, la menuiserie. Il doit, bien sûr, connaître les plantes et en avoir une bonne expérience. Il doit aussi avoir sa sensibilité propre en termes d’aménagement et de décoration. Enfin il doit avoir une bonne capacité d’écoute et de conseil. A lui de deviner ce que le client ne dit pas. Tout le challenge est de parvenir à faire un jardin qui plaît au client parce qu’il lui ressemble. Mais il faut que s’établisse une relation de confiance entre le paysagiste et son client. Dans le cas contraire, mieux vaut changer de paysagiste.

 

Un paysagiste peut  aussi intervenir en tant que simple conseil, pour faire une étude de jardin, par exemple. Il peut imaginer le futur jardin avec ses allées, ses haies, les espaces à vivre, éventuellement une pergola, et les plantes, bien sûr. Le client pourra ensuite faire lui-même son jardin, petit à petit. Cela lui évitera bien des erreurs qu’il aurait faites en travaillant seul.

Vous connaissez le prix de l’argus… et avez même trouvé un acheteur ! Pour éviter les soucis et être en règle, n’oubliez pas d’accomplir certaines formalités lors de la vente de votre véhicule…

Vous devez vous procurer auprès de la Préfecture :
- un imprimé de certificat de vente,
- un certificat de non gage (on peut l’obtenir en écrivant à la Préfecture et en joignant une enveloppe timbrée à vos nom et adresse), et ce même si l’acheteur habite le même département,
- un certificat de non opposition qui prouve que le Préfet ne s’oppose pas à la vente, et qu’il n’y a pas de saisie sur le véhicule ; ce certificat est valable 2 mois.
Vous devez rayer la Carte Grise, en écrivant de manière lisible, à l’encre indélébile, en travers de la carte « Vendu le (date) à Monsieur X », et remettre la Carte Grise à l’acheteur.

 

Si pour le véhicule vendu, vous disposez du nouveau modèle de carte grise, vous devez alors remettre à l’acheteur la partie haute de cette carte, revêtue de la mention “vendu le” ou “cédé le”, de la date de la vente mais aussi de votre signature. Sachez que ce nouveau modèle de carte grise n’est délivré que pour les véhicules neufs ou d’occasion acquis après le 1er juin 2004. Le coupon détachable va permettre au nouveau propriétaire du véhicule, une fois complété par ses coordonnées, de circuler en toute légalité pendant un mois, c’est-à-dire jusqu’à la réception de sa nouvelle carte grise.

 

Vous devez donner à l’acheteur un certificat de Contrôle Technique datant de moins de 6 mois, si le véhicule est âgé de 4 ans ou plus.
Prévenez votre assureur par lettre recommandée A.R de la date de vente du véhicule.
Le vendeur est tenu de déclarer, à la Préfecture de son domicile, la vente de son véhicule.

Un imprimé à remplir est disponible en Préfecture. Il faudra indiquer l’identité et le domicile déclaré de l’acheteur.

Cette formalité doit être faite dans les 15 jours suivant la transaction.

 

L’aménagement des combles se répand de plus en plus : c’est un moyen d’augmenter la surface habitable, et ainsi de valoriser votre bien immobilier.

Il faut, en premier lieu, faire la différence entre l’aménagement de combles et l’aménagement d’un grenier. Les combles décrivent un volume inhabitable ne possédant pas de plancher porteur, contrairement au grenier où seul l’aménagement intérieur est à envisager. Pour aménager des combles, la première chose à faire sera donc de créer un plancher porteur. Il faudra aussi faire attention aux dimensions de l’espace : il faut que la pente soit au moins de 30° par rapport à la toiture existante et que la maison fasse au minimum 7,20 mètres de largeur.

Avant de démarrer tous travaux, assurez- vous que vos combles soient exploitables : une hauteur de 1,80 m minimum sous plafond est un pré requis.

L’isolation thermique et phonique est primordiale : une ou deux couches sous la charpente, ou isolation sur toiture. Quelle que soit la solution retenue, la qualité de la pose devra éviter tout pont thermique et respecter le principe des lames d’air.

La luminosité est également importante : la surface de vitrage doit représenter au moins 15% de la surface du sol de la pièce. A noter qu’il vaut mieux privilégier plusieurs fenêtres plutôt que percer une grande ouverture, pour répartir la luminosité et bénéficier d’une double orientation.

Si le volume existant est trop petit, la solution est de modifier la structure : changer la charpente, rehausser les murs ou abaisser le plancher.

Pour une pièce possédant un grand volume sous toiture, il est possible de créer un plancher intermédiaire. Dans ce cas, la hauteur libre nécessaire doit être d’au moins 4,50m afin de créer  deux volumes d’au moins 1,80m chacun.

S’il est difficile de donner un prix exact au mètre carré de l’aménagement de combles (chaque chantier est différent et répond à ses propres contraintes), une chose est sûre : vous réaliserez sur le prix de votre maison une plus-value qui couvrira largement les frais engagés pour les travaux.

 

Beaucoup de personnes ne préparent pas leur succession, mais agir de son vivant permet de limiter les frais de succession ou d’éviter les querelles entre héritiers.

Le legs testamentaire :

Rédiger un testament est la solution la plus simple pour le partage de ses biens. Un testament est révocable et modifiable à tout moment, faites le enregistrer chez un notaire par prudence.

L’assurance vie :

Malgré une récente réforme, l’assurance vie reste attrayante. Au décès du souscripteur, le capital disponible n’entre pas dans la succession. Les bénéficiaires peuvent recevoir jusqu’à 152 500€ en franchise de droits pour les sommes placées avant l’âge de 70 ans et 30 500€ pour les primes versées après cet âge.

La donation :

Il s’agit de transmettre immédiatement une partie de son patrimoine dans un cadre fiscal avantageux. Depuis le 31/07/2011, chaque parent peut effectuer des dons familiaux exonérés à chacun de ses enfants jusqu’à ses 80 ans et non plus jusqu’à 65 ans. Chaque enfant peut recevoir jusqu’à 159 325 € (31 865€ par petit-enfant) tous les 10 ans sans avoir à payer de droits.

Vous profitez d’une exonération supplémentaire de 31 865€ pour les dons en argent consentis jusqu’à la veille de vos 80 ans. Attention : ces dons sont définitifs.

Les formules de transmission de son vivant sont multiples : un bien immobilier peut être donné en totalité ou partagé entre plusieurs enfants ou seulement en nue-propriété pour en conserver l’usufruit.

Un notaire peut être de bon conseil pour vous aider à y voir plus clair et à être généreux sans prendre de risques.

La moquette a su s’adapter aux évolutions des tendances  et se décline aujourd’hui dans une grande variété de couleurs, motifs et textures.

Quelle moquette choisir ?

Moquette tissée :

C’est la plus chère, son mode de conception consiste à fabriquer en même temps le dossier et le velours, ce qui donne un résultat particulièrement confortable.

 

Moquette touffetée ou tuftée :

C’est la plus répandue, car elle propose un excellent compromis entre esthétique, résistance et prix.

Moquette aiguilletée :

C’est la plus abordable en prix, mais qui d’un point de vue esthétique sera adaptée pour les pièces de passage comme un couloir ou une entrée, plutôt que pour une pièce à vivre.

 

Choisissez votre style !

La moquette d’aspect bouclée est constituée de fibres fixées directement au dossier, donnant un aspect de boucles continues. Pour un rendu plus doux et régulier, les boules sont coupées. L’aspect saxony comprend un fil retors qui casse le rendu uniforme. L’aspect structuré permet des effets de relief.

Plus le fil est fin, plus la moquette reprendra sa forme facilement.

 

Label

Le classement T permet d’obtenir des informations fiables sur les qualités de résistance et de performance de chaque type de moquette.

T1 et T2 sont à réserver pour des pièces de faible passage comme les chambres, T3 pour un séjour par exemple etc…

 

Soyez attentif au choix que vous ferez pour que votre achat réponde pleinement à vos attentes en terme d’esthétique, de durabilité et de confort.

Design et pratique, le PVC est de plus en plus présent dans les foyers : décliné dans une multitude de couleurs, il nécessite peu d’entretien et permet une décoration à moindre coût.

Le sol PVC est composé de 5 couches dont la dernière est appelée couche d’usure. C’est un revêtement de sol très tendance grâce à un très grand choix de couleurs, motifs et finitions. Il imite aussi les autres matériaux comme le béton, les galets ou le parquet.

Le PVC a aussi l’avantage de se poser sur tous les types de surfaces et en particulier dans les pièces humides. Il existe en 3 formats : rouleaux de 2, 3 ou 4 mètres de largeur, dalles et lames de parquet auto adhésives.

D’un entretien facile (aspirateur ou eau et savon doux), il offre une très bonne résistance aux taches, à la poussière et à l’humidité. De par sa composition, le PVC est moins bruyant qu’un sol dur. Il possède une bonne isolation phonique et thermique, ainsi qu’un bon confort. Plus un sol PVC est épais plus il est confortable. Sa pose est en outre très facile, par colle ou adhésif. Il est compatible avec un chauffage au sol.

Seuls petits désagréments : sa faible résistance aux produits chimiques comme les solvants et sa résistance moyenne dans le temps. Elle dépend avant tout de la qualité du sol PVC et surtout de sa couche d’usure. Choisissez votre sol PVC en fonction des pièces : la couche d’usure d’une chambre par exemple peut être moindre que celle d’une pièce à vivre avec un passage plus intensif.

Un classement indiqué sur le PVC vous permettra de faire le choix le plus adapté : Classe 21(usage modéré), classe 22 (usage normal), classe 23 (usage intensif). Son prix est en tout cas imbattable : suivant la qualité, il oscille entre 2 et 50 euros le m2.

Vous êtes bricoleur et vous voulez faire des économies : poser du carrelage est à votre portée !

Matériel nécessaire :

Une machine à découper le carrelage, du mortier-colle, des croisillons, une truelle et une spatule dentée. Si la surface n’est pas plane, vous aurez besoin d’enduit de ragréage autolissant.

Avant de débuter, vous devez vous assurer que votre support est bien préparé : il doit être solide, propre et sec.

La pose :

Deux possibilités pour la pose : soit vous partez du centre de la pièce et vous répartissez les carreaux sur la périphérie, soit vous partez de l’axe de l’entrée principale de la pièce.

Pour obtenir un carrelage bien aligné, les joints doivent être réguliers, et les croisillons, à placer systématiquement au coin des carreaux,  jouent donc un rôle primordial. N’oubliez pas de les enlever avant que la colle ne sèche complètement.

Une fois que votre sol est prêt, il faut étaler le mortier-colle avec la truelle par portion de 1m2 : faîtes ensuite des sillons dans le mortier-colle avec la spatule dentée afin que les carreaux adhèrent le mieux possible.

Attendez 24h après la pose pour faire les joints : il suffit de verser la pâte sur le carrelage et de l’étaler avec une raclette. On laisse la pâte pénétrer et sécher durant quelques minutes puis on enlève le surplus avec une éponge et un seau d’eau propre.

Si cela vous semble compliqué et insurmontable, n’hésitez pas à déposer une demande de devis sur notre site fizeo.com, des artisans compétents vous proposeront leurs services.

Très tendance, le béton ciré s’immisce dans la décoration des maisons. Disponible dans une large variété de couleurs, le béton ciré allie l’esthétique et le pratique. Il garantit une grande stabilité des couleurs dans le temps.

Différents types de béton ciré :

Il existe actuellement les familles des sols coulés ou des sols talochés. Leurs aspects sont complètement différents. Les sols coulés ont un aspect minéral, uniforme, industriel « chic ». Les sols talochés sont appréciés pour leurs irrégularités des motifs et surtout leurs couleurs flamboyantes.

Le béton ciré était plutôt réservé initialement au revêtement de sol, mais on le retrouve désormais sur les murs, les plans de travail dans les cuisines, les plans de vasque dans les salles de bains.

Les avantages du béton ciré :

Le béton ciré possède de nombreuses qualités : tout d’abord une grande résistance à l’usure, car il est protégé par différentes couches de vernis et de cires métallisantes. De par sa composition, il permet une application aux murs et aux sols, ainsi qu’aux pièces humides telles que les cuisines et les salles de bains.

Son épaisseur est comprise entre 3 et 8 mm, ce qui fait qu’il est garanti contre les fissures ou les UV. Enfin, il nécessite un entretien minimum, ce qui n’est pas négligeable.

Quel prix ?

Si le béton ciré ne revient pas très cher, son coût augmente dès qu’on lui applique des finitions (poncé, ciré, vernis…)

Dans le cas d’un sol coulé, il faut compter entre 130 et 180 € le m2 HT et pour les dalles entre 150 et 180 € le m2 HT.

Le béton ciré est un revêtement de qualité, qui résiste à l’usure du temps et qui permet une décoration originale.