Archives par mois : juillet 2012

Vous consultez les archives par mois.

Un plafond tendu est constitué d’une toile à base de PVC tendue de mur à mur. Cette toile ininflammable est fabriquée sur mesure en atelier aux dimensions et formes de la pièce. Elle est ensuite amarrée à des lisses fixées sur la périphérie des murs.

Le plafond tendu couvre les imperfections des plafonds anciens. Il permet aussi l’isolation thermique tout en laissant l’accès aux gaines techniques.

Le plafond tendu permet d’incorporer des éclairages tels que spots, rampes lumineuses, fibres optiques ou n’importe quel autre luminaire.

En PVC, les plafonds tendus sont assez résistants pour limiter les dégâts des eaux pouvant provenir des étages supérieurs. Ils sont étanches, ne craignent ni infiltration ni condensation, résistent au feu, constituent un isolant thermique appréciable et améliorent le confort acoustique. Ils sont généralement fournis posés et existent dans plusieurs dizaines de coloris, en mat, satiné ou laqué.

Ses caractéristiques permettent de l’adapter à toutes les formes et à toutes les installations (spot, climatisation, chauffage, alarme, etc…). Il est vendu au mètre carré posé.

Enfin, celui-ci convient à toutes les pièces de la maison y compris la cuisine ou la salle de bains. On l’entretient très simplement avec un produit de nettoyage de vitres.

 

Le montage du plafond tendu est rapide, sans saleté, sans odeurs et ne nécessite pas le déménagement des meubles et équipements.
La pose s’effectue généralement sur un réseau de profilés-pinces fixés en périphérie. Le film PVC qui constitue le plafond est agrippé très solidement par les profilés eux-mêmes agrafés contre les murs. (s’il faut conserver un certain espace entre le plafond et le film PVC, cela en cas de grosses aspérités, de câblages ou de chaines de spots ) ou directement sur le plafond existant. Attention, on peut dissimuler toutes sortes de tuyauteries et de gaines, à l’exception de celle du gaz. De toute manière, son démontage rapide facilite les interventions d’urgence si besoin est.

 

Le plafond tendu est une solution intéressante lorsque les travaux de rénovation qui doivent précéder la peinture risquent d’être longs et fastidieux.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez être mis en relation avec des professionnels pour vos travaux, n’hésitez pas à vous rendre sur notre site pour demander des devis gratuitement.

Le plan de travail fait partie intégrante de la cuisine, il doit supporter les chocs, l’humidité et résister à la chaleur.
Un plan de travail doit, en priorité, être facile à nettoyer et si possible comporter un minimum de raccords.
Les matériaux adaptés aux plans de travail sont variés, chacun ayant des qualités techniques qu’il est important de connaître avant de faire son choix.

 

Comment choisir son plan de travail ?

Un plan de travail en bois naturel et un plan de travail en inox ne demandent pas le même entretien. Certaines surfaces sont plus résistantes que d’autres, réagissent mieux à la chaleur ou à l’humidité etc.

Le style de vie est aussi une situation dont il faut tenir compte.
Pour un célibataire, il est possible de privilégier l’esthétique au détriment de l’entretien, en revanche, pour une famille nombreuse mieux vaut prévoir une surface qui se lave facilement.

Votre choix peut également êtreguidé par le budget : une surface en quartz est très esthétique mais d’un coût plus élevé.
Le stratifié et le bois restent les plus abordables et présentent les meilleurs rapports qualité/prix.

 

Quel matériau ?

Stratifié

Star incontestée des plans de travail, le stratifié se décline en de nombreux coloris, décors et effets de matières.

A savoir: seul le plan de travail stratifié sur support hydrofuge est résistant à l’humidité.

Bois

Matériau noble et vivant, à l’aspect doux et soyeux, le bois apporte une note authentique et chaleureuse à la cuisine. Il s’intègre dans tous les styles, du plus contemporain au plus classique.

Avec le temps, le bois se patine, prenant des teintes plus foncées pour les bois clairs et inversement pour les essences plus sombres. Les bois les plus utilisés sont le hêtre et le chêne.

Inox

Surface lisse et non poreuse, particulièrement adapté à un usage alimentaire, l’inox est reconnu pour ses qualités hygiéniques et son esthétique.

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez être mis en relation pour l’aménagement de votre cuisine, rendez-vous sur notre site pour avoir un devis gratuit.

Décoratif et reposant, le bassin vous permettra d’apprivoiser de nouvelles plantes comme les iris d’eau, les roseaux ou les nénuphars. S’il est de taille suffisante, vous pourrez envisager d’acclimater quelques poissons.

 

Pour votre bassin d’agrément choisissez un endroit où il bénéficiera de 5 à 6 heures d’ensoleillement par jour. Évitez une implantation au creux du terrain pour que l’eau de ruissellement ne s’y déverse pas en cas de fortes averses.

 

Le plus facile est de concevoir un bassin à l’aide d’un film butyl. Après avoir réalisé un terrassement de la forme du bassin, un film noir en butyl est déroulé sur un feutre pour assurer l’étanchéité. La forme du terrassement doit tenir compte des espaces de plantation (différents niveaux) et des enrochements éventuels. Il est également possible de placer une coque en polyester préformé, ou bien de réaliser sur place une coque à partir de fibre de verre et de gelcoat : la garantie d’un bassin fait pour durer !

Que ce soit le film ou la coque, il est nécessaire d’habiller la berge pour donner un aspect naturel au bassin. Le plus simple est de remonter le film sur une latte périphérique “ecolat”, et faire venir la terre au ras de cette barrière. Une autre solution consiste à disposer sur le pourtour de la bâche des pierres et galets ou bien de réaliser une maçonnerie en pierre derrière laquelle le film remonte jusqu’au niveau du sol.

Si votre bassin ne sert pas à la baignade, il est inutile de demander un permis de construire. Une déclaration de travaux sera suffisante pour avertir votre voisinage des nuisances occasionnées. Toutefois, il est préférable de se renseigner auprès des services techniques de votre mairie afin d’être en conformité avec les règles locales, notamment celles qui concernent l’aménagement du territoire communal, les problèmes de voisinage ou de sécurité. Même si la réglementation concernant la sécurité des piscines ne s’applique pas à votre bassin, concevez-le en ayant conscience des risques potentiels afin de prévenir les accidents des jeunes utilisateurs.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

Une couverture de piscine est un accessoire indispensable pour votre piscine : elle sert tout d’abord à protéger l’eau de la piscine des diverses pollutions extérieures, elle peut également servir à chauffer l’eau, enfin la couverture est bien souvent un élément de sécurité permettant de protéger les enfants et les animaux domestiques contre les risques de noyade.
Couvertures d’hiver
- La couverture opaque étanche : ce type de bâche empêche la lumière de passer, privée ainsi de rayonnement solaire qui permettraient aux algues et germes de se développer  par photosynthèse, l’eau est plus saine et autorisant une remise en route plus tardive de votre piscine.

- La couverture filtrante : également appelée filet d’hivernage, est une bâche dont le tissage, tel un tamis, laisse passer l’eau en retenant les saletés. L’avantage est que l’eau de pluie ne reste pas sur la bâche.

Couvertures d’été
La bâche à bulles est une couverture thermique utilisée durant la belle saison pour chauffer l’eau de la piscine la journée et conserver la température de l’eau la nuit.

Volet roulant
Le volet roulant est, avec l’abri, l’un des systèmes de couverture de piscine les plus complets et il s’adapte à la plupart des formes de piscines. Il combine en effet la sécurisation de la piscine avec une très bonne protection de l’eau contre les pollutions extérieures et la lumière, tout en s’intégrant parfaitement à l’esthétique de la piscine (en particulier pour le volet de type immergé). Contrairement aux autres couvertures de piscine qui se déploient au dessus du bassin, les volets roulants se déroulent directement sur le plan d’eau et flottent à sa surface.

Couverture immergée
Cette couverture, est constituée d’un fond de piscine (plancher) mobile, qui remonte verticalement à la façon d’un ascenseur jusqu’au niveau de la margelle : en position couverte la piscine se transforme donc en aire de jeux ce qui est pratique pour gagner des m2 sur les petits terrains. Les prix diffèrent fortement d’un système à l’autre, mais chacun peut trouver suivant ses attentes et son budget le produit qui lui conviendra le mieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaiter contacter des professionnels pour la pose de votre couverture de piscine, rendez-vous sur notre site pour obtenir un devis gratuit.

Vous partez en vacances : voici quelques gestes simples à accomplir  qui vous permettront de retrouver un jardin n’ayant pas souffert de votre absence.

 

Biner, pailler, tondre

En cassant la croûte qui se forme à la surface du sol du potager et des massifs, vous favoriserez la pénétration des eaux de pluie et limiterez l’évaporation. Ce travail superficiel permet aussi d’éliminer les mauvaises herbes.
Pour maintenir la fraîcheur, paillez les planches de légumes et la surface des massifs, à l’exception des rosiers qu’une telle couverture rend sensibles aux maladies. Après avoir arrosé copieusement, disposez une couche de 5 cm.
Enfin, pour que votre gazon ne souffre pas d’une éventuelle période de sécheresse, faites une tonte haute (6 à 7cm).

 

Enlever les fleurs fanées

Il est parfois recommandé d’ôter toutes les fleurs épanouies .Dans les jardinières et les massifs, contentez-vous de supprimer soigneusement toutes celles qui sont fanées et toutes les feuilles sèches.

 

Récolter

Il n’est bien sûr pas toujours possible de planifier les cultures en fonction des vacances et les légumes continueront à produire. Ne semez ni ne plantez plus avant de partir, les jeunes plants sont fragiles et ont besoin de soins réguliers.

 

Installer les systèmes d’arrosage

Les kits d’arrosage à raccorder sur une arrivée d’eau et équipés d’un programmateur fonctionnant sur batterie sont évidemment une bonne solution. Goutteurs et tuyaux microporeux permettent d’apporter la juste quantité d’eau à chaque plante aux heures les plus favorables, et évitent le gaspillage. Certains systèmes fonctionnent à partir d’une réserve d’eau (de pluie par exemple). Il est possible enfin d’ajouter une sonde d’humidité pour que l’arrosage ne se déclenche que par temps sec. Pour les jardinières, il existe des cônes irrigateurs à fixer sur des bouteilles en plastique de 1,5 ou 5 litres ou à relier à une réserve d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez contacter des professionnels pour entretenir votre jardin, rendez-vous sur notre site pour obtenir des devis gratuits.

Pompe de surface

La pompe de surface est la plus répandue pour l’arrosage automatique du jardin. Installée sur une surface plane, au-dessus d’un point d’eau (bassin, étang, rivière …) ou branchée au récupérateur d’eau de pluie, elle permet d’aspirer l’eau jusqu’à 7 mètres de profondeur.

La plupart des modèles s’amorcent automatiquement (ce qui évite de réamorcer la pompe entre deux utilisations) et disposent d’un système de mise en marche/arrêt qui active la pompe lorsque le robinet qu’elle alimente est ouvert. Equipée d’un réservoir “surpresseur”, son débit et sa pression sont régulés.

Une pompe de surface peut alimenter plusieurs arroseurs de manière à mettre en place un système d’arrosage automatique performant, même sur de grands espaces. C’est ainsi que, selon vos besoins, vous choisirez la puissance de votre pompe : en usage domestique, le débit d’une pompe de surface est compris entre 3 et 6 m3/h pour une pression de 4 à 6 bars. Côté confort, sachez que les pompes multicellulaires sont beaucoup moins bruyantes que les pompes monocellulaires, les plus courantes.

 

Pompe immergée

Pour relever l’eau d’un puits, d’un forage ou d’un cours d’eau dont la profondeur est assez importante (plus de 7 mètres) une pompe immergée est nécessaire.

Elle permet en effet de puiser l’eau dans des endroits difficiles d’accès et plus étroits pour permettre l’irrigation d’un système d’arrosage automatique ou l’accès à une source d’eau supplémentaire pour l’arrosage manuel.

Comme son nom l’indique, la pompe immergée est installée sous l’eau. Elle est ainsi plus silencieuse, résistante au gel et moins encombrante, surtout si vous ne savez pas où stocker votre matériel de pompage !

Comme la pompe de surface, le débit de la pompe immergée est de l’ordre de 2,5 à 6 m3/h et sa pression de 4 à 6 bars. Il faut également prendre en compte la puissance en Watts de l’appareil, qui varie entre 500 et 1600 W environ.

Enfin, la hauteur maximale de refoulement de la pompe est également un critère important (entre 40 et 55 mètres en moyenne). Ces diverses données vous permettront de comparer les performances de votre pompe immergée avec celles dont vous avez besoin selon un calcul prenant en compte la profondeur d’aspiration, la longueur des tuyaux d’arrosage, la hauteur de refoulement et le nombre de points d’eau à faire fonctionner.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

Une fontaine doit contribuer à votre repos dans le jardin, à créer une ambiance zen : choisissez un espace agréable du jardin. Préférez un coin ombragé à l’abri du soleil afin de créer un havre de paix bien orienté.

La position d’une fontaine dans le jardin est importante pour sa durabilité dans le temps. Eloignez la fontaine d’un arbre, par exemple, car les racines pourraient faire des dégâts sur celle-ci. De plus, la fontaine pourrait être souillée par la chute des feuilles et des saletés provenant de l’arbre en question. Choisissez donc un coin calme et à l’abri pour une fontaine belle et propre.

Une fontaine fonctionne en circuit fermé. L’eau va permettre d’alimenter la fontaine à l’aide d’une pompe. Pour son bon fonctionnement, il est essentiel de choisir l’emplacement parfait afin de pouvoir lui apporter l’eau et l’électricité, en toute simplicité.

 

Préparez la fontaine à aborder les saisons sans subir les agressions extérieures. A l’automne, quand les feuilles tombent, vous pouvez anticiper l’accumulation de feuilles dans la fontaine en la protégeant avec un filet. Lors des premières gelées de l’hiver, pensez à nettoyer la fontaine et à vidanger le bassin et les tuyaux pour éviter la dégradation de ceux-ci. Profitez de ce nettoyage pour enlever les impuretés qui sont restées au fond du bassin.

Enfin, retirez la pompe pour la ranger dans un espace, à l’abri des intempéries. Pour entretenir au quotidien votre fontaine, utilisez des produits spécifiques pour éviter la prolifération de mousses ou d’algues dans le bassin. Equipez-vous d’une épuisette pour faciliter la récupération des saletés présentes dans une fontaine.

 

Une fontaine dans un jardin invite au repos, à la relaxation. Exotique ou futuriste, la palette est large pour composer une déco à votre image. Dans un style moderne, dirigez-vous vers une fontaine murale aux lignes épurées. Son style original s’intègrera parfaitement dans un jardin contemporain.

L’esprit classique d’une fontaine centrale en pierre évoquera la constance et l’authenticité dans un jardin traditionnel. N’hésitez pas à installer un éclairage à leds afin de réaliser des univers lumineux esthétiques et reposants autour de la fontaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez confier l’entretien de votre jardin à un professionnel, rendez-vous sur notre site pour obtenir des devis gratuits.

Une serre de jardin permet de jardiner toute l’année,  de protéger vos végétaux et vos semis. Voici quelques conseils pour aménager au mieux votre serre.

 

L’orientation de la serre va dépendre de vos besoins et de ce que vous souhaitez y faire. Si votre objectif est d’y hiverner des plantes, orientez l’entrée de la serre au Sud, et les 2 plus grandes faces à l’Est et à l’Ouest, pour profiter un maximum du soleil bas de l’hiver. De plus, les pignons seront placés est-ouest, ainsi la construction résistera mieux aux vents violents.
Si la serre est directement adossée au mur de la maison, de préférence celui orienté au sud, cela permet de bénéficier de la chaleur et de la protection du bâtiment. Cette option permet d’exploiter l’espace dédié à la végétation comme lieu de vie près de la maison.

Une serre adossée à la maison pourra par ailleurs être facilement raccordée au système de chauffage domestique, à l’électricité et à l’eau de la maison.
Placez la porte du côté le moins exposé au vent dominant. Ne la situez jamais sous les arbres ou à proximité. Enfin, évitez les fonds de vallées ou les cuvettes, préférez les coteaux ou les zones plates de votre terrain. En cas de fort ensoleillement, l’effet de serre risque de faire surchauffer vos plantes. Un rideau de serre protégera vos semis et plantations. Pour utiliser au maximum l’espace intérieur, placez des étagères dans votre serre. La serre est traditionnellement en verre horticole de 3 mm. Plus solides, les panneaux en polycarbonate assurent une résistance aux intempéries.

 

Il est essentiel de bien entretenir votre serre afin d’éviter tous risques d’infections de vos plantes. Ainsi, nettoyez au moins une fois par an votre serre de fond en comble. Enlever la poussière sur le vitrage afin de garantir le passage de la lumière. Pour conserver la chaleur, vérifiez les joints autour des vitrages. Enfin dès que possible, ouvrez les portes en grand pour renouveler l’air.

Et si vous n’avez pas de jardin, il existe des mini-serres à placer sur une terrasse ou un balcon : elles vous permettront de faire pousser de petites plantes et herbes aromatiques, de faire mûrir des fruits et légumes. Elles sont en général en plastique et demeurent des produits très résistants dans le temps.

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez faire appel à un professionnel pour entretenir votre jardin , rendez-vous sur notre site pour obtenir des devis gratuits.

Barbecues fixes :

Si votre barbecue mesure plus d’1m50 sur une surface de 2m², vous devez obtenir un permis de construire auprès du service urbanisme de la mairie. Cette démarche est gratuite. En dessous de ces mesures, le permis n’est pas nécessaire. Les barbecues fixes étant souvent imposants, faites bien attention aux mesures lors de l’achat.

En brique : La brique est très résistante et vieillit bien, même sans protection ni traitement. La brique réfractaire, composée de silice, est encore plus solide et résiste à des températures dépassant 1000°C.

En pierre reconstituée: elle a de nombreux avantages : son prix raisonnable, la variété des modèles disponibles. En revanche, la pierre reconstituée est sensible à la mousse et au lichen. Par ailleurs, optez pour une pierre de qualité; pour cela, comparez le dosage entre la poudre de pierre et le liant qui la compose.

En pierre naturelle: il est composé de pierre de carrière, généralement du calcaire. Le montage doit s’effectuer à deux, en raison du poids des différents éléments du barbecue. Lors des premières utilisations, évitez de projeter de la graisse sur les pierres. Une couche naturelle de calcin se forme avec le temps et protège ainsi la pierre. C’est le plus cher des trois matériaux, en raison du cachet et du prestige de la pierre.

Barbecues mobiles :

Le barbecue mobile à combustion: ils cuisent les aliments grâce à la combustion du bois ou du charbon de bois. Ce type de barbecue est recommandé pour ceux qui aiment le goût des braises et du barbecue authentique. Le principe est très simple: une cuve accueille les braises, et une grille, un couvercle et un clapet de ventilation recouvrent le tout. La cuve doit être en acier épais pour résister à la chaleur.

Le barbecue mobile au gaz: il est composé de brûleurs qui chauffent le barbecue, et d’un système qui diffuse cette chaleur. On y trouve également des grilles de cuisson ainsi qu’un couvercle. Selon les modèles, la chaleur sera diffusée par des pierres de lave ou des briquettes de céramique.

Le barbecue mobile électrique:  il est chauffé par une résistance, la surface de cuisson est en tôle ou en acier chromé. Il est peu pratique car il oblige à rester près de la maison ou à installer une longue rallonge. Il a cependant plusieurs inconvénients: il consomme beaucoup d’énergie, et son temps de chauffe est souvent long, ce qui rend la cuisson des aliments difficile.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires !

Pour profiter des beaux jours, rien de mieux qu’une cuisine d’été ! Dans le jardin, sur la terrasse ou dans une ancienne dépendance, il est presque toujours possible de tirer parti des espaces extérieurs pour s’aménager un coin repas. De la “minimaliste” à ciel ouvert, aménagée sobrement mais de façon fonctionnelle, à la véritable pièce à vivre couverte, la cuisine d’été est le lieu de convivialité par excellence.

La création d’une cuisine d’été peut être l’occasion de repenser entièrement votre jardin. Votre cuisine d’été peut s’installer près de la maison, mais aussi à côté de la piscine ou dans le jardin. Pour aménager une cuisine d’été digne de ce nom, vous devez disposer d’une bonne surface de terrain disponible, 10m² minimum. Si l’espace est limité, prévoyez un plan précis pour optimiser l’espace et pouvoir installer tous les équipements nécessaires.

La cuisine doit permettre de préparer aisément les repas bien sûr, mais aussi d’accueillir des invités pour un verre par exemple.

Prévoyez des travaux de canalisation pour l’arrivée d’eau. L’eau froide suffit dans une cuisine d’été. Il suffit donc de se brancher sur l’installation existante. En amont, vous pouvez prévoir l’installation de votre cuisine autour d’un point d’eau et un raccordement au réseau d’égout pour l’évier, ce qui vous évitera des travaux d’aménagement.

Néanmoins, si vous souhaitez disposer de l’eau chaude, installez un mini ballon électrique de 15 litres sous le plan de travail. Ainsi, l’eau chaude sera disponible immédiatement et vous n’aurez pas à patienter pour qu’elle arrive jusqu’au jardin.

Si vous êtes dans une région froide, protégez vos canalisations l’hiver venu afin qu’elles ne gèlent pas.

Installez une ou deux prises sur le plan de travail pour pouvoir brancher des appareils tels que le grille pain, une cafetière ou pourquoi pas un mini réfrigérateur. Si votre cuisine n’est pas protégée, prévoyez des prises étanches.

Pour protéger votre cuisine extérieure, couvrez en priorité le plan de travail et l’espace de cuisson. Vous protégerez ainsi le plus important en cas d’averse.
Si vous souhaitez l’isoler totalement, installez un toit très avancé pour que la pluie ne coule pas. Installez un auvent ou une baie vitrée pour protéger également vos meubles de cuisine.

Optez pour des placards démontables si votre cuisine reste ouverte tout l’hiver. Ainsi vous pourrez les ranger jusqu’au retour de beaux jours.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésiter pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires !