Archives par mois : août 2012

Vous consultez les archives par mois.

Vous trouverez dans cet article quelques astuces précieuses pour résoudre tous vos petits problèmes de sol.

Lames de parquet qui grincent

Le bois n’aime pas trop les atmosphères chaudes et sèches. Vérifiez que les clous sont tous parfaitement enfoncés, puis saupoudrez les lames bruyantes de talc que vous ferez pénétrer avec une brosse souple.
Si le bruit persiste, clouez la lame récalcitrante dans un des angles avec de longs clous sans tête.

Marches en bois de votre escalier bruyantes


En vous aidant d’un tournevis plat ou d’un ciseau à bois, soulevez légèrement la contremarche et glissez dans l’interstice un petit morceau de carton recouvert de colle à bois. Recommencez jusqu’à ce que la marche ne grince plus.
Si cela ne suffit pas, collez, sous l’escalier, dans l’angle de la marche et de la contremarche, un morceau de bois triangulaire. Renforcez le collage avec des vis.

Carrelage vieillissant 

Pour raviver le rouge des tommettes anciennes, utilisez, après les avoir dépoussiérées et lavées au savon noir liquide, de la cire incolore, que vous passerez au pinceau. Après 24 heures de séchage sans entrer dans la pièce, passez une couche de cire tiède additionnée de pigment rouge. Laissez sécher quelques heures avant de lustrer au chiffon de laine.
Pour un entretien ultérieur simplifié, passez un imperméabilisant de surface ou produit hydrofuge qui laisse respirer la terre cuite toute en la protégeant des taches d’eau.

Fabriquez un nettoyant maison en mélangeant, dans une bouteille ou un bidon, 25 g de bicarbonate de soude, 10 cl d’ammoniaque et 5 cl de vinaigre blanc avec 1,5 l d’eau chaude. Remuez vigoureusement et utilisez sur les carrelages clairs avant de rincer à l’eau chaude.

Versez sur les joints noircis du jus de citron. Si, après lavage, ils ne sont pas encore très nets, frottez-les avec une brosse de chiendent ou avec une vieille brosse à dents.

Effacez les taches de rouille en les couvrant de blanc d’Espagne. Après une nuit, aspirez… La rouille devrait avoir disparu.

Voilà vos sols pimpants et comme neufs !

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez faire appel à des professionnels pour l’entretien de votre maison, rendez-vous sur notre site pour obtenir des devis gratuits !

Aujourd’hui, nous vous livrons quelques dernières astuces pour l’entretien de vos matériaux !

L’entretien du cuivre

Pour un entretien régulier, pensez au citron! Coupez un citron en deux que vous saupoudrerez de gros sel, puis frottez l’objet en cuivre. Insistez sur les taches. Le jus de citron en bouteille est également efficace. Autre produit naturel : l’oignon. Coupez-le en deux et frottez-le sur le cuivre. Changez d’oignon lorsqu’il noircit. Enfin pour faire briller le cuivre, passez un chiffon doux.

De temps en temps, pensez à baigner vos objets en cuivre dans un mélange d’eau chaude et de vinaigre blanc pour redonner de la brillance. Laissez-les tremper quelques minutes puis frottez-les avec une éponge saupoudrée de gros sel. Achevez l’opération en nettoyant les objets à l’eau savonneuse puis rincez et séchez..

Enfin pour un traitement de choc, disposez deux à trois kilos de feuilles d’oseille dans de l’eau que vous porterez à ébullition. Laissez cuire les feuilles environ une heure puis plongez les objets en cuivre dans le mélange. Laissez reposer deux heures, rincez puis séchez les objets.

 

L’entretien du zinc

Le nettoyage du zinc se fait à base d’ammoniaque diluée dans de l’eau (un verre d’ammoniaque pour un litre d’eau). Frottez l’objet à l’aide d’une brosse. Laissez agir cinq minutes puis rincez à l’eau claire.
Pour faire briller le zinc, passez sur la surface un linge imbibé d’une solution de cristaux de soude à 6%. Rincez. Frottez ensuite avec un chiffon imbibé d’eau additionnée de vitriol (50g de vitriol pour un litre d’eau). Rincez. Si une ligne de soudure apparaît, frottez-la à la pierre ponce.

Les objets en zinc d’extérieur sont particulièrement exposés, c’est pourquoi il faut les protéger. Recouvrez-les de cire microcristalline ou de vernis marin dont vous passerez deux couches.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires !

L’entretien du marbre

Pour l’entretien régulier du marbre, de l’eau savonneuse additionnée d’un peu d’eau de javel suffit. Le savon de Marseille convient également.
Si le marbre est très encrassé, préparez un mélange de 25g de chlorure de chaux, 1/2 litre d’eau et du blanc d’Espagne. Étalez la pâte ainsi obtenue et laissez agir une heure.
De temps en temps, rénovez le polissage en ponçant doucement le marbre à l’aide d’un abrasif à grains fins et rincez à l’eau claire.
Le marbre tache facilement en raison de sa nature poreuse. Pour enlever une tache, frottez la grâce à un morceau de coton imbibé de jus de citron, d’eau oxygénée ou d’eau de javel.
Si la tache est grasse, préférez de l’acétone. Laissez agir quelques heures puis rincez.
Passez ensuite un peu de cire incolore, laissez sécher et lustrez à l’aide d’un chiffon doux.

Enfin pour la touche finale, appliquez une couche de cire incolore, laissez sécher quelques heures puis lustrez grâce à un chiffon doux.

 

L’entretien de l’Inox

Contre les taches blanches, passez un tampon de laine imbibé de jus de citron ou de vinaigre.
Contre les taches de calcaire, passez un linge imbibé d’eau chaude et de vinaigre blanc.
Enfin pensez à la pierre d’argile aussi appelée pierre d’argent. Naturelle et écologique, elle est efficace contre les taches de graisses et de calcaire…et peut s’utiliser également sur d’autres surfaces. Pour faire briller l’inox, vous pouvez passer un chiffon doux imbibé de quelques gouttes d’huile de citron ou d’amande douce.

 

L’entretien de l’argenterie

Au quotidien tout d’abord, assurez vous de séparer l’argent de l’acier dans le lave-vaisselle, ce dernier pouvant noircir l’argent s’il se trouve à proximité. Nettoyez régulièrement votre argenterie à l’aide d’un chiffon imprégné d’anti–oxydant ou tout simplement avec de l’eau savonneuse. Pour faire briller, passez un coup de peau de chamois.
Enfin, pensez à réargenter vos objets de temps à autre. Pour ceux n’ayant pas de contact alimentaire, appliquez leur une préparation à base de nitrate d’argent. Si l’argenterie est tachée par de l’œuf, trempez la quelques instants dans l’eau de cuisson de pommes de terre épluchées. Frottez, rincez, puis essuyez.
Pour les taches de vinaigre, frottez l’argenterie à l’aide d’un chiffon imbibé d’ammoniaque.
Contre les taches noires, baignez quelques minutes vos objets en argent dans du vinaigre chaud.

 

A noter, le savon de Marseille est également efficace pour nettoyer l’argenterie.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter, ou bien à laisser des commentaires.

Le retour des vacances est souvent propice au grand ménage dans la maison, voici quelques astuces pour entretenir les divers matériaux qui composent votre intérieur :

 

L’entretien d’un sol en tomettes


La tomette, c’est de la terre cuite, donc un matériau poreux. Pour éviter qu’elle s’encrasse en absorbant toutes les taches, on peut passer une couche de bouche-pores, qui va former une protection, un peu comme un vernis. Ensuite, il n’y a plus qu’à la laver avec un détergent de PH neutre, pour éviter qu’un film opaque se dépose à la surface. Les produits trop épais ou trop gras ne sont pas conseillés. Il faut aussi faire attention à ne pas surdoser : non seulement c’est du gaspillage, mais cela ne fait qu’encrasser le sol. Mieux vaut également éviter les produits qu’on trouve dans le commerce qui sont supposés cirer et laver en même temps. Cela revient à passer de la cire sur de l’eau sale ! En revanche, utilisez un détergent contenant un peu d’huile de lin pour faire briller sa tomette, mais pas à chaque fois. En la nettoyant à l’eau claire une fois sur deux, on enlève le résidu du produit du précédent lavage.

 

L’entretien d’un sol avec un revêtement en plastique


Les sols plastiques, qu’il s’agisse de linoléum ou de dalles, ont tendance à s’encrasser et à se ternir très facilement, d’autant plus qu’ils ne sont pas parfaitement lisses. Pour éviter cela, on peut d’abord passer une couche de produit bouche-pores, qui va éviter que la saleté se dépose dans les cavités microscopiques présentes à la surface du revêtement. Ensuite, on réalise une métallisation croisée, c’est-à-dire que l’on passe deux couches de cire spéciale pour protéger son linoléum ou ses dalles. Nous vous conseillons de faire appel à un professionnel, ce procédé étant assez technique. Ensuite, il n’y a plus qu’à entretenir régulièrement son sol avec un détergent classique, et cette métallisation peut durer des années. Et l’on peut même choisir entre une métallisation mate, satinée ou “wet look”, pour un effet mouillé, selon le niveau de brillance que l’on souhaite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez contacter quelqu’un pour l’entretien de votre maison, rendez-vous sur notre site pour obtenir des devis gratuits !

Vous serez parfois amené à couvrir votre sol de peinture. Dans un garage ou une buanderie au sol en ciment, dans une pièce sous combles dont le sol a été habillé d’un bois de protection. Il existe des peintures spécifiques selon la nature du sol.

 

Sol en bois

Aggloméré, médium ou Triply sont des bois que l’on utilise régulièrement comme sol bon marché. Si le Triply avec ses couches croisées de lamelles de pin ou le médium, à l’aspect très lisse, sont assez esthétiques et peuvent recevoir un vernis teinté ou incolore, l’aggloméré, sans aucun intérêt esthétique, sera peint avec une teinte opaque.

 

1 Dépoussiérez soigneusement puis enduisez les raccords entre plaques avec un enduit mixte.
2 Attendez le séchage complet avant de poncer… Puis recommencez l’opération.
Sols en ciment

Dégageant perpétuellement de la poussière, friable, un sol en ciment n’est pas destiné à rester tel quel. Même s’il s’agit d’un sol de cave, de garage, de buanderie, vous serez obligé de le protéger par une finition.

1 Préparez le sol en éliminant les aspérités du ciment avec une pierre à poncer, avant de dépoussiérer.
2 Mélangez soigneusement la peinture et diluez la première couche à 10 %.
3 Passez une première couche régulière, sans surcharge, avec un rouleau « spécial sol ».
4 Après 12 heures de séchage, égrenez légèrement le sol avant d’aspirer et d’appliquer la deuxième couche avec la peinture non diluée.

La peinture que vous allez utiliser doit posséder des qualités particulières : un très bon accrochage, une grande résistance à l’abrasion (pas, frottements, roulements…) et une bonne tenue face aux substances chimiques et produits pétroliers (essence, fuel, huiles, solvants). Ces peintures peuvent être à base d’eau ou de solvant, mais toujours spécifiquement conçues pour le sol. Certaines s’utilisent directement en deux couches, d’autres nécessitent une passe préalable de bouche-pores et une couche d’apprêt avant la finition…

Attention aux sols rendu glissants par l’eau ou simplement la peinture ou le revêtement utilisé. Il existe désormais des peintures « antiglisse », intérieur ou extérieur, incolores, légèrement brillantes qui se passent sur fonds neufs ou anciens sans en modifier la teinte.

Si vous souhaitez être mis en relation avec des professionnels pour vos travaux, rendez-vous sur notre site pour avoir des devis gratuits.

Les fibres végétales sont très prisées pour leur faible coût et leurs textures esthétiques : tissage simple, double, tressé, à chevrons.

Elles ont en commun l’élégance naturelle et une résistance sans limites. Confortables malgré leur rudesse, elles atténuent les sons, leur tissage plat étant collé sur une sous-couche en latex, un support en feutre, en jute ou en coton. Ces fibres végétales isolent aussi du froid et régulent l’hygrométrie en absorbant l’excès d’humidité pour la restituer lorsque l’air s’assèche.

 

La structure très marquée et la semi-rigidité des matériaux en fibres naturelles nécessitent une pose spécifique : ils doivent impérativement être collés afin d’éviter les modifications dimensionnelles. Réagissant assez fortement aux variations thermiques, les revêtements doivent être entreposés dans la pièce à équiper 48 heures avant leur mise en œuvre.

Le coco

C’est le plus connu, qui sert même de terme générique lorsque l’on ne sait pas différencier les autres fibres… D’apparence légèrement velue, il est obtenu à partir des enveloppes de noix de coco longuement assouplies. Très robuste, on l’emploie notamment dans les escaliers. Il se teinte facilement mais c’est une matière qui reste particulièrement sensible à l’eau et dont la pose et l’entretien nécessitent quelques précautions :

• Évitez absolument de l’installer dans un endroit humide, salle de bains en particulier, mais aussi toute pièce dont les remontées d’humidité des sols l’endommageraient à brève échéance.

• Au moment de l’achat, vérifiez que le coco a bien subi un traitement antitaches avec un produit spécifique ; dans le cas contraire, faites-le faire par le fabricant ou le revendeur.

Le seul inconvénient de ce revêtement, c’est l’entretien ! Le tissage grossier retient miettes et poussière. Même si l’aspirateur est efficace, la brosse écrase et abîme les fibres, les lustrant rapidement

 

Le sisal

C’est la plus belle et la plus agréable des fibres végétales.
Tout doux au toucher, tapis et moquettes en sisal sont confectionnés avec les longues feuilles d’une sorte de cactus des pays subtropicaux : l’Agave sisalana. Ses longues fibres autorisent un tissage dense, au relief peu prononcé, où la poussière s’incruste peu. S’il reste fragile face aux taches humides, pour lesquelles il faudra privilégier le détachage à sec (shampooing en poudre puis passage de l’aspirateur), son entretien régulier est simple.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires !

Du coin cuisine aux parois de douche, la brique de verre s’installe partout ! Elle laisse passer la lumière et offre une variété de formes, de textures et de couleurs. Solide, imperméable et esthétique, vous pouvez l’installer vous-même.

 

Pour la salle de bain, les briques de verre sont une très bonne solution pour créer une paroi de douche et laisser passer la lumière tout en préservant l’intimité. Utilisez-les également pour délimiter des espaces, dans n’importe quelle pièce de la maison. Dans la cuisine, pensez aux briques de verre pour réaliser un bar. Enfin, vous pouvez aussi les intégrer dans des murs, par petites touches, pour éclairer une pièce trop sombre.

Pour s’adapter aux tendances et aux goûts des consommateurs, la brique de verre se décline dans des couleurs variées. Vous trouverez des modèles ultra flashy, des bleus ondulés, des rouges et même des noirs profonds, pour un effet design assuré ! En plus, la brique de verre offre une variété de formes et de textures (bullé, quadrillé, ondulé, opaque…). La brique de verre est formée de deux briques creuses soudées à chaud. Ainsi, la poche d’air qu’elle enferme lui confère un bon pouvoir isolant, thermique et phonique.

Le format standard d’une brique de verre est de 19×19 cm pour une épaisseur de 8 cm. Les briques de verre sont vendues soit à l’unité ou en kit, leurs prix variant en fonction de la finition choisie. Vous les trouverez chez des spécialistes de la décoration, dans toutes les grandes enseignes de bricolage. Les modèles les plus basiques sont vendus 1,70 euro la brique et les prix peuvent aller jusqu’à 8 euros la brique.

Si votre budget vous le permet, vous pourrez faire appel à un professionnel. Sinon, les distributeurs promettent une pause facile. Grâce à un cadre, quelques outils, de la colle et des croisillons, vous obtiendrez une séparation astucieuse, rigide et déco, avec un peu de patience et d’huile de coude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

Souvent laissé pour compte en termes de décoration et d’aménagement, le couloir représente pourtant un espace non négligeable pour ranger et organiser son appartement ou sa maison. Sa forme tout en longueur et sa largeur étroite méritent tout de même une disposition spécifique des meubles et accessoires, afin d’optimiser l’espace de rangement sans entraver la circulation.  

 

Choisir des meubles adaptés

Une règle d’or est à respecter pour aménager votre couloir : opter pour des meubles très larges et peu profonds. Console, bibliothèque, banc ou meubles à chaussures devront donc impérativement respecter cette disposition afin de laisser l’espace libre nécessaire à la circulation. Pensez également à ne pas surcharger la surface de votre couloir, ce qui aurait pour effet de le rendre encore plus étroit visuellement. On dispose donc un ou deux meubles maximum que l’on choisit « multifonctions ». Le banc pour ôter ses souliers cache un coffre de rangement, la bibliothèque fait office de console pour poser ses clefs et son courrier, etc.
Utiliser l’espace de façon astucieuse

L’espace du couloir peut revêtir différentes fonctionnalités. Agrémenté d’étagères, il devient un espace décoration ou une bibliothèque ; une penderie ou des patères le transforment en dressing, une console avec un miroir placé au dessus permettent de se réajuster avant de sortir… A vous de trouver l’idée et l’aménagement décoration qui conviennent le mieux à votre intérieur !

 

Donnez de la perspective

Donnez à votre couloir de l’espace et de la profondeur en le peignant astucieusement. Pour cela, « cassez » horizontalement votre mur, à 1 m / 1m50 du sol, et optez pour deux couleurs, l’une pour la partie supérieure (la plus claire), l’autre pour l’inférieure (plus foncée). Choisissez plutôt des teintes mates, éventuellement satinées.

Vous pouvez aussi disposer des cadres ou miroirs de tailles différentes tout au long du couloir, à environ 1m50 de hauteur. Cela donnera une sensation d’espace grâce à la perspective.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

 

L’architecte d’intérieur s’occupe d’architecture intérieure et non pas d’architecture d’extérieur. Ce n’est pas une spécialité du métier d’architecte. Il n’est pas autorisé à déposer un permis de construire, par exemple.

Le métier d’architecte d’intérieur consiste à aménager des espaces intérieurs déjà bâtis, comme l’intérieur de maisons mais aussi de bâtiments collectifs, de bureaux, de restaurants, etc. Le but est d’améliorer le cadre de vie en le rendant plus agréable à l’œil et plus pratique à vivre.

Réalisation des plans intérieurs, démarches administratives et juridiques, suivi de chantier, l’architecte d’intérieur est le maître d’œuvre du projet dont il a la charge. Il travaille sur les surfaces, les volumes, les axes de circulation, les ouvertures. Il fait du sur-mesure en fonction du lieu mais aussi de la façon de vivre des ses clients. Il permet de rendre l’espace intérieur plus convivial et plus conforme aux attentes de ses habitants. En même temps, il apporte de la plus-value au logement.

 

Avant de réaliser un travail d’agencement, l’architecte d’intérieur doit suivre quelques étapes :

D’abord, il recueille les besoins de son client et effectue la visite des lieux afin d’évaluer l’ampleur des travaux à exécuter.
Ensuite, il réalise des esquisses et des plans, en prenant en compte non seulement les besoins de son client mais également le budget, les contraintes techniques et les normalisations en application.
Dans la troisième étape, il entre plus en profondeur pour la description des travaux et tous les détails techniques concernant les matériaux à utiliser, les mesures prises dans la première étape, la combinaison des couleurs, les systèmes d’éclairage,…
Puis il exposera ses plans au client et une fois que le projet est approuvé, il demande des offres pour trouver les entreprises qui seront chargées de la réalisation du projet. Toutefois, il arrive aussi que l’architecte d’intérieur exécute lui-même les travaux, seul ou avec son équipe.

 

L’architecte d’intérieur est rémunéré au pourcentage sur les travaux réalisés.
Il peut également être rémunéré sur la base d’un tarif horaire.

En général un acompte de 20% à 30 % est demandé avant le début des travaux.

Il est important d’établir un contrat de mission qui stipule plusieurs éléments :

- Les droits et obligations des parties

- L’objet du projet

- Le budget maximum à ne pas dépasser

- Les conditions de rémunération de l’architecte d’intérieur

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaiter contacter des professionnels, rendez-vous sur notre site pour avoir des devis gratuits.

Une huile essentielle est une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide. Bien qu’on les appelle huiles, ces substances ne contiennent aucun corps gras : une goutte déposée sur un papier s’évaporera sans laisser de trace contrairement à une huile végétale.

 

Piqûres d’insectes :

Anti-inflammatoire, anti-infectieuse et antibactérienne, le citronnelle de Java agit en préventif et en curatif.

 

Bosses et bleus :

La menthe poivrée est la solution pour remédier à ces petits maux.

 

Coups de soleil :

La lavande aspic est une huile essentielle calmante et rafraîchissante.

 

Mal des transports :

En cas de nausée provoquée par des trajets interminables ou des routes de montagne, la menthe poivrée sera de nouveau votre alliée.

 

Conseils pour bien utiliser les huiles essentielles :

A appliquer sur la peau : il est préférable de ne pas les utiliser pures et de les diluer en utilisant une huile végétale, une pommade ou une lotion.

 

A avaler : vous pouvez aussi mélanger deux gouttes d’huile essentielle dans une cuillère à café de miel.

 

A respirer : il suffit de déposer quelques gouttes dans une coupelle pour assainir l’air d’une pièce ; dans un inhalateur, ajoutez 2 à 5 gouttes dans 250 ml d’eau.

Ne mettez jamais d’huiles essentielles pures dans le nez, les yeux ou les oreilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.