Archives par mois : janvier 2013

Vous consultez les archives par mois.

En 2013, un certain nombre d’éléments varient en ce qui concerne les droits de succession.

NB : sont exonérés de droits de succession :

- le conjoint survivant ;

- les partenaires liés par un Pacs ;

- les frères et sœurs résidant sous le même toit et qui remplissent certaines conditions.
Les droits de succession sont calculés sur la part nette recueillie par chaque héritier. Le calcul des droits s’effectue en trois étapes :

 

* un abattement est pratiqué sur la part de chaque héritier. Son montant varie en fonction du lien de parenté avec le défunt. Depuis le 1er janvier 2008, cet abattement était actualisé au 1er janvier de chaque année en fonction de l’inflation depuis le 1er janvier 2008. Aucune revalorisation n’est  intervenue en 2012 et cette actualisation est supprimée à compter du 1er janvier 2013.

 

* la part nette (diminuée de l’abattement) est soumise à un tarif qui varie en fonction du lien de parenté avec le défunt. Les tranches des barèmes des droits de succession étaient sont également actualisées au 1er janvier de chaque année. Cette actualisation est également supprimée à compter du 1er janvier 2013.

 

* une réduction sur le montant à payer peut être accordée

 

Abattement personnel en ligne directe

Il est de 100 000 € sur la part de chacun des ascendants et enfants vivants ou venant en représentation d’un parent décédé pour les décès intervenus à compter du 1er janvier 2011.

Pour les décès intervenus à compter du 17 août 2012 (pour les décès intervenus antérieurement, il s’élève à 159 325 €).

 

Abattement entre frère et sœur

En tant que frère ou sœur du défunt, les droits de succession sont supprimés si vous remplissez les 3 conditions suivantes :

- vous êtes célibataire, veuf(ve), divorcé(e) ou séparé(e) au moment du décès

- vous êtes âgé(e) de plus de 50 ans ou handicapé au moment du décès

- vous avez été constamment domicilié avec le défunt pendant les 5 ans ayant précédé le décès

Si ces conditions ne sont pas remplies, un abattement spécifique s’applique néanmoins sur la part de chacun des frères et sœurs. Cet abattement  est de 15 932 €  pour les décès intervenus à compter du 01/01/2011.

 

Un complément alimentaire est une denrée alimentaire dont le but est de fournir un complément de nutriments ou de substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique (vitamines, minéraux, acides gras ou acides aminés) manquants ou en quantité insuffisante dans le régime alimentaire normal d’un individu. À la différence des additifs alimentaires, qui sont mélangés à certains aliments, le complément est une source concentrée qui est vendue de façon isolée.

 

Une cuisine saine est censée fournir une alimentation équilibrée répondant aux apports journaliers recommandés (AJR) et évitant ainsi le besoin de suppléments alimentaires. Toutefois, le mode d’alimentation moderne peut induire certaines carences alimentaires.

 

Les compléments alimentaires se trouvent sous diverses formes : gélules, pastilles, comprimés, ampoules, ou encore sachets.

 

Ces compléments alimentaires peuvent donc comprendre de nombreux produits :

- des aliments classiques ou partie d’aliments par exemple un extrait de carotte ;

- des nutriments : vitamines et minéraux comme la vitamine C ou le calcium ;

- des plantes et préparation de plantes comme le fenouil  en excluant les plantes dont l’usage est strictement médicamenteux ;

- tous les produits à but nutritionnel ou physiologique : que ce soit des protéines, des acides gras, ou des anti-oxydants comme les oligo-éléments (sélénium par exemple).

 

Dans tous les cas, les produits utilisés ne doivent pas être destinés exclusivement à un usage thérapeutique, les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments. Et surtout les doses ne doivent pas dépasser les apports journaliers recommandés.

 

Avant de mélanger plusieurs types de compléments alimentaires, assurez-vous que c’est possible. Il faut notamment éviter de prendre plusieurs compléments qui contiendraient le même type d’ingrédients : il pourrait ainsi y avoir une surdose. Par ailleurs, si certains d’entre eux ne peuvent pas être pris en même temps pour des raisons d’interactions entre différentes substances, ce sera indiqué sur l’emballage.

1/ La première chose à faire est l’installation d’un anti virus ainsi qu’un anti-spyware sur votre ordinateur. Il est important d’effectuer les mises à jours toutes les semaines.

 

2/ Vérifiez la fiabilité du site sur lequel vous allez faire un achat, car il n’est pas sûr que vous connaissiez les 52.000 boutiques virtuelles françaises. Plusieurs choses à faire : chercher l’adresse de la société, son numéro de téléphone, puis noter les délais de livraison. Tout doit figurer clairement sur le site.

 

3/ Vérifiez les conditions de paiements : même si le site est fiable, il faut redoubler de vigilance lorsqu’on doit communiquer son numéro de carte bancaire. Vous devez à tout prix, vérifier au préalable que l’adresse de la page de paiement commence par “https” (le “s” signifie secured). L’autre critère de fiabilité lorsqu’on doit régler sa commande est le pictogramme qui indique un e-paiement sécurisé. Enfin, vérifiez bien qu’un cadenas s’affiche en bas à droite de la page Internet. Rassurez-vous : si ces deux conditions sont réunies, votre achat se fera sans problème.

 

4/ Vos droits après l’achat

Vous disposez d’un délai de 7 jours francs pour vous rétracter et le commerçant en ligne doit clairement vous informer de l’existence de ce droit de rétractation. Ce délai court à compter de la réception du produit ou à compter de l’offre pour les prestations de service. Vous n’avez aucune justification à donner. Les frais de retour du produit restent à votre charge. Le professionnel est tenu de vous rembourser la totalité des sommes versées au plus tard dans les 30 jours suivant la date de votre rétractation.

En cas de dépassement de la date limite de livraison de plus de 7 jours le consommateur peut dénoncer le contrat de vente et demander le remboursement par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de 60 jours à compter de la date de livraison indiquée par le vendeur.

 

5/ Soyez attentif au choix de vos mots de passe : privilégiez des combinaisons de chiffres et de lettres. N’oubliez pas de les changer régulièrement, au minimum une fois tous les six mois. Il est également conseillé de créer plusieurs mots de passe, à utiliser selon les sites visités.

Si votre crédit a été négocié à une époque où les taux étaient supérieurs, différentes solutions s’offrent à vous pour générer des économies :

 

- Demander un nouveau prêt avec une baisse de taux auprès d’une autre banque. La nouvelle banque va remplacer votre ancien crédit par un crédit moins cher : il s’agit d’un rachat de crédit.. Un rachat de crédit n’est pas intéressant si vous avez déjà remboursé 70% de votre crédit ou si cela ne vous fait gagner qu’une dizaine d’euros par mois (les coûts annexes seront plus élevés que votre gain dû au taux).

 

- Demander une baisse de taux auprès de votre propre banque : il s’agit alors de renégociation de crédit.

 

- Allonger la durée de votre crédit, de manière à profiter d’une baisse de taux et également de baisser d’avantage vos mensualités si vous avez des difficultés à y faire face.

 

- Négocier l’assurance décès invalidité

Le nouveau contrat d’assurance proposé sera forcément moins cher que votre assurance actuelle, puisque les cotisations seront calculées sur un crédit moins cher.

 

Mais attention car modifier votre prêt entraîne des frais. Avant de négocier une baisse de taux, faites le calcul de ces frais afin de voir si un rachat de prêt immobilier est intéressant.

 

Les indemnités de remboursement anticipé sont plafonnées à 3% du capital restant dû (loi Scrivener). Vous pouvez donc facilement calculer combien cela vous coûtera en fonction de ce qu’il vous restait à rembourser.

Elles sont souvent négociables et ne sont pas du tout automatiques en cas de réaménagement de prêt.

Sachez que si vous changez de banque (rachat de crédit), vous aurez plus de mal à négocier des indemnités plus faibles que se vous restez dans la même banque (renégociation de crédit).

 

Les frais de dossier varient: il peut s’agir d’un forfait (150 euros) ou d’un pourcentage du capital restant dû (1% plafonné à 500 euros) .

Frais de garantie : de 0 à 5% du montant emprunté. Comme pour tout nouveau prêt, vous devrez fournir une garantie à la banque.  En ce qui concerne la reprise d’hypothèque, demandez une hypothèque de deuxième rang pour éviter d’avoir en plus à payer des frais de mainlevée sur la première hypothèque.

 

Ces quelques conseils vous permettront de gagner un peu de pouvoir d’achat.

Apparaître dans les premiers résultats de Google est devenu un enjeu primordial pour tout site Internet s’il souhaite sortir du lot. Cela peut considérablement augmenter le nombre de visites journalières sur votre site.

Comment faire pour augmenter son flux de visiteurs ?

Pour être bien positionné dans Google, vous devez, notamment, lui inspirer confiance : votre sérieux passe avant tout par du contenu rédactionnel exclusif, de qualité, régulièrement actualisé (pas seulement une fois par an !). Vous devez aussi être populaire : c’est-à-dire que d’autres sites de qualité parlent de vous et renvoient vers vos pages via une URL.

Mais il existe aussi une autre astuce intéressante : les annuaires.

Les annuaires, quel intérêt ?

On ne parle pas ici d’annuaires téléphoniques, mais d’annuaires généralistes ou spécialisés sur Internet. Ces annuaires regroupent des sites Internet en fonction de leur secteur d’activité.

De nombreux internautes se rendent sur ce type d’annuaire pour accéder rapidement aux sites qui les intéressent.

C’est pourquoi il est intéressant de s’y inscrire. En plus, c’est gratuit !

Voici quelques exemples d’annuaires web généralistes et gratuits qui comptent de nombreux visiteurs chaque mois :

- Annuaire Episun.com

 

- Annuaire Meilleurs liens

Banniere_logo

- Annuaire Noogle noogle-annuaire-5

Une autre astuce ?

N’hésitez pas à partager votre expérience et vos conseils !

Si vous choisissez l’emploi direct (vous êtes l’employeur) :

 

-50 % de réduction ( réduction d’impôt applicable sur un plafond de dépenses de 12 000 € par foyer fiscal, 13 500 € par foyer avec un enfant à charge, 15 000 € par foyer avec plusieurs enfants et 20 000 € pour les personnes dépendantes)

ou crédit d’impôt sur le revenu sur les sommes versées au titre des services à la personne (crédit d’impôt pour les ménages les plus modestes qui travaillent ou qui recherchent un emploi).

 

 

-50 % de crédit d’impôt sur le revenu sur les sommes que vous consacrez à la garde d’enfants de moins de 6 ans à l’extérieur de votre domicile ;

 

-Exonération des cotisations patronales de Sécurité sociale (à l’exception de la cotisation accident du travail) sous conditions pour :
- les bénéficiaires de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA)
- les employeurs âgés de plus de 70 ans ou dont le conjoint est âgé de plus de 70 ans
- les bénéficiaires de la Prestation de compensation du handicap ou d’une Majoration pour tierce personne
- les parents d’un enfant ouvrant droit au Complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé et/ou à la Prestation de compensation du handicap
- les personnes âgées d’au moins 60 ans dans l’obligation de recourir à l’aide d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie
- les personnes titulaires d’une carte d’invalidé à 80%

 

 

Vous optez pour une entreprise ou une association déclarée : 

 

-50 % de réduction ou crédit d’impôt sur le revenu sur les sommes versées au titre des services à la personne ;

 

-50 % de crédit d’impôt sur le revenu sur les sommes que vous consacrez à la garde d’enfants de moins de 6 ans à l’extérieur de votre domicile ;

 

-7% de TVA (sauf pour les activités auprès des personnes âgées et handicapées).

L’entretien de votre chaudière par un professionnel qualifié est  obligatoire et doit être effectué  chaque année.

L’entretien s’effectue à votre initiative et  sous votre responsabilité, sauf disposition contraire prévue dans le bail, si vous êtes locataire.

Dans le cas où votre chauffage est assuré par une chaudière collective, l’entretien est effectué à l’initiative du propriétaire ou du syndicat des copropriétaires de l’immeuble.

 

Pour réaliser cette visite obligatoire, vous pouvez faire appel chaque année à un professionnel ou passer avec lui un contrat d’entretien qui peut couvrir davantage

de prestations (dépannages, intervention sous 4h, etc.).

Si vous faites installer ou remplacer une chaudière, vous devez faire effectuer le premier entretien au plus tard dans l’année civile qui suit les travaux.

 

Le professionnel qui est intervenu vous remet, dans les 15 jours qui suivent sa visite, une attestation d’entretien. Vous devez la conserver  pendant deux ans au moins pour la présenter en cas de contrôle ou de demande du bailleur ou de l’assurance (sinistre).

 

Le professionnel qui réalise l’entretien de votre chaudière vérifie la chaudière et, si nécessaire, il la nettoie et effectue les réglages nécessaires à son bon fonctionnement. Il s’assure en particulier qu’elle n’émet pas une quantité de monoxyde de carbone (CO) dangereuse pour votre santé

 

Il  évalue également les performances énergétiques et environnementales de la chaudière

 

Une chaudière entretenue régulièrement a une durée de vie plus longue et subit moins de pannes qu’une chaudière non entretenue. Elle consomme  moins de

combustible, produit moins de gaz à effet de serre et de polluants.

 

Rappelez-vous qu’un bon entretien de votre chaudière assure son bon fonctionnement, améliore ses performances et garantit votre sécurité.

Une construction passive consomme beaucoup moins d’énergie qu’une maison traditionnelle. A titre de comparaison, une maison passive consomme 15 kWh/m²/an, alors que les logements construits dans les années 1960 consomment en moyenne 320 kWh/m²/an. Ce type d’habitat présente également l’avantage d’offrir une température ambiante agréable hiver comme été, sans utilisation excessive de chauffage.

 

La performance énergétique peut être atteinte grâce à l’optimisation des apports solaires et métaboliques (des occupants, de l’électroménager) et d’une isolation renforcée des murs, de la toiture et du sol. L’enveloppe de la maison est alors entièrement conçue de manière hermétique afin d’éviter les ponts thermiques, les déperditions de chaleur et d’assurer une parfaite étanchéité à l’air. Le renouvellement de l’air intérieur est assuré par l’installation d’un système de ventilation mécanique double flux.

D’autre part, le choix des matériaux isolants est primordial pour la construction de ce type d’habitat : bois, brique, argile, chanvre, béton cellulaire…

 

Pour être qualifiée de « passive » une maison doit réduire d’environ 80 % ses dépenses d’énergie de chauffage par rapport à une maison neuve construite selon les normes allemandes d’isolation thermique de 1995, normes déjà très exigeantes.

 

Les standards d’une maison passive :

Un besoin de chauffage ≤ à 15 kWh/m2.an

Un besoin en énergie totale ≤ à 42 kWh/m2.an

Besoin en énergie primaire ≤ à 120 kWh/m². an

Une étanchéité à l’air n50  ≤ 0,6 h-1

Un vitrage présentant un coefficient U ≤ à 0,8 W/m2K

Une isolation performante présentant un coefficient U ≤ à 0,15 W/m2K

 

Les standards d’une maison passive permettent de diminuer les besoins énergétiques sur le long terme, tout en améliorant le confort des occupants. Opter pour ce type de construction, c’est consommer moins d’énergie et donc dégager moins d’émission de gaz à effet de serre.

 

En France, les performances de ce standard devraient, suite au Grenelle de l’environnement, s’inscrire dans la future règlementation thermique RT2020, mais le label officiel Haute performance énergétique (HPE), devenu Haute qualité environnementale (HQE) s’en est inspiré, sans être aussi exigeant, en accordant toutefois plus d’importance au bilan écologique des matériaux utilisés.

Le meilleur moyen de voir vos arbustes et vos fruitiers repartir de plus belle au printemps, c’est de les tailler en hiver. Pour ne pas qu’ils subissent les gelées, pensez à tailler leurs tiges et leurs pousses fragiles.

Profitez donc des jours d’hiver pour continuer l’élagage de vos arbres trop encombrants.

L’élagage doit être doux et respecter la forme des arbres.

 

La fin novembre est aussi une bonne période pour planter vos haies et vos arbres fruitiers. Les cendres de cheminée, riches en oligoéléments, sont d’ailleurs un bon engrais naturel pour les aider à grandir.

Entre fin novembre et début décembre, vous devez terminer l’installation des protections d’hiver. A la mi-décembre, il est déjà trop tard pour les protéger du gel.

 

Pensez à installer des voiles d’hivernage, des protections en tissus léger perméables à l’air et à l’eau, ou du paillis, en paille ou synthétique, à poser directement sur le sol de vos plantes et arbustes. Ils empêchent le gel de s’infiltrer dans les racines.

Si vous avez régulièrement bêché votre sol en automne, le gel et dégel de l’hiver ne feront qu’assouplir la terre. Ainsi elle sera parfaitement aérée au moment de planter vos bulbes. De plus, la neige libère de l’azote dans le sol : une substance qui favorise la croissance de vos massifs.

 

Si l’on dit que le froid est revigorant, sachez qu’il l’est aussi pour les plantes : il leur donne un bon coup de fouet pour mieux fleurir au printemps !

En cas de chute abondante de neige, secouez les arbustes et les haies dont les branches pourraient être endommagées sous le poids de la neige.

 

Préservez bien les pots de fleurs du gel – surtout ceux en terre cuite, plus exposés aux risques d’éclatement – en utilisant des voiles d’hivernage, du papier à bulles, du carton épais ou même des feuilles mortes. Retirez les soucoupes pour éviter que les pots ne prennent l’eau. Enfin, créez des points de ravitaillement pour les oiseaux : installez des abris, garnissez-les de graines ou de boules de graisses, et ajoutez de l’eau.

Un aspirateur robot se déplace tout seul dans votre habitation, aspire et balaie la poussière. Il est composé de brosses rotatives et d’aspiration : les brosses ramènent les poussières vers le centre de l’aspirateur, puis la stockent dans le bac à poussières.

La plupart les aspirateurs robots sont capables de rentrer automatiquement à leur station pour se recharger. Ils se déplacent dans les pièces et changent de direction lorsqu’ils rencontrent un obstacle, où pour les plus récents lorsqu’ils détectent des marches d’escalier, ce qui leur évite de tomber. Du fait de leur petite taille (moins de 10 cm de hauteur), ils peuvent nettoyer sous les meubles et sous les lits, dans des endroits difficiles d’accès pour les aspirateurs classiques.

 

La puissance d’aspiration est très inférieure à celle des aspirateurs classiques mais c’est un bon complément à un aspirateur classique.

Les prix varient entre 300 et 400 euros pour un aspirateur robot de bonne qualité.

 

Les aspirateurs robots sont des disques de diamètre compris entre 34 et 36 cm, avec une hauteur de 8 à 11 cm, pour un poids entre 3 à 4kgs.

 

Les aspirateurs robots nettoient les sols en utilisant le plus souvent l’action combinée d’une ou plusieurs brosses rotatives et d’une petite aspiration (30 à 40 W).

Certains aspirateurs robots sont équipés de filtres HEPA ou même de lampes UV pour éliminer les particules allergènes et assurer un haut niveau de filtration.

 

La capacité des réservoirs à poussière est limitée : entre 0.25 à 0.6 L en général. Plus cette valeur est petite, plus cela vous imposera de le vider régulièrement. Il est donc très important, pour éviter que l’entretien ne soit pénible, de choisir un modèle dont le réservoir à poussière peut se retirer et se vider aisément.

Les versions spéciales « animaux domestiques » des aspirateurs robots ont un réservoir plus important (jusqu’à 1 L) pour stocker les poils ramassés.

 

Un des accessoires les plus importants concerne les murs virtuels, qui servent à délimiter des zones de déplacement. Il y en a en général de 1 (entrée de gamme) à 3 (haut de gamme), et il est possible d’en acheter d’autres. Les murs virtuels délimitent des zones que l’aspirateur robot ne pourra pas franchir, ou qui ne s’ouvriront qu’une fois la pièce en cours nettoyée.

La télécommande peut être utile, elle vous permettra de programmer et commander votre aspirateur sans avoir à vous baisser.

 

Enfin, l’autonomie de l’aspirateur robot pour une charge peut varier de 60 à 120 minutes. Cela correspond à des surfaces nettoyées comprises entre 40 et 150 m² suivant l’efficacité du système de déplacement. L’autonomie est meilleure sur des sols durs (carrelage, parquet) que sur de la moquette ou des tapis.

Dans tous les cas, vérifiez le temps de chargement de la batterie : il peut varier de 1 à 5 heures. Vérifiez aussi que l’aspirateur est capable de revenir tout seul sur sa base lorsqu’il est déchargé, et idéalement de reprendre ensuite son travail là où il s’était arrêté.