Archives par mois : février 2013

Vous consultez les archives par mois.

Il existe différentes techniques pour nettoyer votre façade, le choix s’effectue en fonction du degré de salissure, des matériaux  de composition de vos murs :

 

Le gommage :

Il s’agit d’une technique de nettoyage par projection de matière, sans eau et sans abrasion.

 

Nettoyage haute pression :

Le nettoyage haute pression des façades est une technique de nettoyage agressive avec projection d’eau sur la façade.

 

Le sablage :

Le sablage des façades est un nettoyage par projection de matière. Le sable ou une poudre abrasive est projeté sur la surface à nettoyer et/ou à décaper sans adjonction d’eau.

 

Peeling :

Il s’agit d’une technique de nettoyage par voie sèche comme le ponçage. Ce procédé de nettoyage est purement mécanique et peut être employé partout sans risque de réaction chimique. C’est une méthode douce mais dont le prix est élevé qui est réservée principalement aux bâtiments sensibles .

 

La nébulisation :

C’est une technique de nettoyage des façades par voie humide. Elle peut être complétée d’un nettoyage à haute pression pour parfaire le nettoyage.Contrairement au nettoyage par voie sèche du peeling et du ponçage façade, l’eau est utilisée. Il n’y a pas de projection de matière sur la surface.

 

L’hydrogommage :

C’est un nettoyage réputé doux qui préserve les façades sensibles. Il projette de l’eau et de la poudre et permet de nettoyer efficacement et en douceur.

 

Il est important de nettoyer régulièrement les murs de façade de sa maison car les mousses s’installent dans les crépis et dans les peintures.

Votre choix se fera en fonction de votre budget, mais aussi en fonction de la nature de la saleté de votre façade.

Le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables et France Active, réseau de financement solidaire, ont signé une convention visant à favoriser l’accès au crédit bancaire des Très Petites Entreprises, notamment celles créées par des personnes en difficulté, et des entreprises relevant du champ de l’économie sociale et solidaire.

 

Cette meilleure coordination entre les deux réseaux permettra de contribuer efficacement à la création, à la croissance et à la viabilité des TPE françaises et des entreprises solidaires. En effet, le tissu entrepreneurial national est composé dans sa grande majorité de très petites entreprises: selon le rapport du Conseil d’Orientation pour l’Emploi, 93% des entreprises françaises emploient moins de 10 salariés et leur chiffre d’affaires annuel est en moyenne inférieur à 200 K€.

 « Dans la période de crise économique et financière actuelle, ces entreprises rencontrent davantage de difficultés pour accéder à des financements, notamment bancaires, leur permettant de mener à bien leur projet, potentiellement générateur de nouveaux emplois, souligne Christian Sautter, Président de France Active. C’est pourquoi, l’Ordre des Experts Comptables et le réseau France Active ont décidé de s’allier et d’apporter des réponses concrètes aux difficultés d’accès au financement des porteurs de projet et des entreprises ».

La convention signée ce 27 février s’articule autour de trois axes prévoyant un rapprochement des représentants des deux réseaux sur les territoires, de favoriser l’émergence de projets de création d’entreprise et d’entreprises solidaires et de mobiliser les compétences respectives des deux réseaux en leur faveur.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur ce dispositif en contactant un expert-comptable : recevez 3 devis d’experts comptables.

Source : http://www.franceactive.org/ 

Si vous effectuez des travaux de rénovation, sachez que certains équipements pourront vous générer un crédit d’impôt :

 

- Chaudières à condensation : utilisées pour chauffer votre habitat ou pour vous fournir l’eau chaude.

 

- Matériaux isolants : qu’ils soient pour la toiture, les sols ou les murs (laines minérales ou de synthèse). Ces matériaux sont fortement valorisés car les objectifs à atteindre en matière d’économies d’énergie dans le secteur du bâtiment sont encore loin d’être atteints.

 

- Les matériaux d’isolation des appareils de chauffage.

 

- Double vitrages, volets isolants, survitrage

 

- Appareils de régulation de chauffage, tels que thermostats, robinets thermostatiques,  programmateurs

 

- Pompes à chaleur, excepté les pompes à chaleur air/air.

 

- Systèmes fournissant de l’électricité à partir d’énergie solaire, biomasse, vent, eau.

 

- Equipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude fonctionnant grâce à l’énergie solaire.

 

A noter en outre que les frais engagés pour un Diagnostic de Performance Energétique bénéficient aussi d’un crédit d’impôt très avantageux . Le but est d’inciter les propriétaires à réaliser un diagnostic de performance énergétique afin de réaliser des travaux d’isolation thermique.

 

Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt est plafonné à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune. Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge.

Ce plafond s’apprécie sur une période de cinq années consécutives comprises entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2015.

La Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France et Oséo, future partie intégrante de la  Banque Publique d’Investissement, se mobilisent dans l’objectif d’offrir aux jeunes entreprises une solution de crédit dédiée au financement des baux commerciaux, véritable fardeau dans la gestion comptable des jeunes entreprises. 

L’immobilier représente aujourd’hui le deuxième poste budgétaire des entreprises, freinant les plus jeunes d’entre elles dans leur accès à des locaux commerciaux. Pour ces entreprises, la signature d’un bail commercial s’accompagne d’engagements financiers lourds qui mobilisent leurs faibles ressources et, de ce fait, fragilisent leur croissance.

L’enquête annuelle de conjoncture de la CCI de région Paris Ile-de-France montre que plus l’entreprise est petite, plus les sommes garantissant les intérêts du bailleur contre le défaut de paiement sont importantes. Elles peuvent dépasser un an de loyer. Au-delà du dépôt de garantie usuel (3 mois de loyers), les PME doivent immobiliser plusieurs mois de loyers selon la solvabilité de l’entreprise et bien souvent l’entrepreneur doit présenter une caution personnelle ou d’un tiers.

Ces pratiques sont encore plus marquées en Ile-de-France où le marché de l’immobilier d’entreprise est très tendu pour les petites surfaces et les capacités d’accueil dans les incubateurs et pépinières limitées.

La CCI de région Paris Ile-de-France et Oséo considèrent qu’il est essentiel de lever les freins financiers à l’accès aux locaux commerciaux pour les jeunes entreprises. En effet, la mobilisation de leur trésorerie et de leurs fonds propres pour répondre aux exigences des bailleurs limite leur capacité à investir et à créer des emplois. La CCI de région Paris Ile-de-France et OSEO proposent donc la mise en place d’une offre de crédit bancaire moyen terme couvrant l’intégralité du financement du bail commercial comme alternative aux pratiques actuelles (dépôt de garantie et demandes d’immobilisations financières complémentaires dont la caution du dirigeant). Les banques, partenaires financiers traditionnels des petites et moyennes entreprises, sont invitées à se mobiliser à leurs côtés pour développer cette offre de crédit.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur ce dispositif en contactant un expert-comptable : recevez 3 devis d’experts comptables.

Source : http://www.oseo.fr/ 

L’installation d’un système de télésurveillance de maison se fait sur une alarme équipée d’un transmetteur téléphonique. Elle peut donc s’ajouter à une alarme filaire ou à une alarme sans fil.
Lors d’une effraction dans votre domicile, l’alarme alerte la société de télésurveillance par le biais du transmetteur téléphonique. La sirène se déclenche pour faire fuir l’intrus.

Le centre de télésurveillance va procéder à un contrôle et en cas de nécessité, va effectuer un appel téléphonique vers votre logement.

Suivant le contrat de télésurveillance signé, la société peut soit vous prévenir, soit prévenir une personne choisie ou envoyer un agent spécialiste de l’intervention à votre domicile.

 

Le système de télésurveillance est composé :

de capteurs ainsi que d’une alarme reliée à une société de télésurveillance par transmetteur téléphonique.

 

Il existe différents types de capteurs qui s’adaptent à toutes les situations :

- anti-intrusion :

- détecteurs de mouvement

- détecteurs d’ouverture

- détecteurs de bris de vitre

- détecteurs de présence

- capteurs de sons

- détecteurs d’animal : permet la compatibilité d’un animal avec un système de télésurveillance.

- détecteurs d’incendie

- détecteurs de chaleur

- détecteurs de fumée (ces derniers seront obligatoires à partir de mars 2015)

 

Il faut prévoir un budget de 100 à 150 € TTC pour l’installation de votre système de télésurveillance.

Ensuite l’abonnement mensuel varie suivant les prestations choisies

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, se félicitent du lancement du Prêt Pour l’Innovation (PPI) annoncé par le Président de la République le 25 octobre 2012. Cette annonce est un point très positif pour la gestion de trésorerie et la comptabilité lors  des phases d’investissement. 

Distribué par la Banque Publique d’Investissement, ce prêt d’une durée de 7 ans (remboursable à partir de la troisième année), pour un montant compris entre 30 000 € et 1 500 000€, financera les entreprises innovantes, en prenant en charge les dépenses matérielles et immatérielles liées à l’industrialisation et la commercialisation de leur innovation.

Le Prêt Pour l’Innovation aidera les entreprises à franchir la “vallée de la mort”, en permettant de financer le passage d’un projet de recherche et développement à une production industrielle régulière.

Arnaud MONTEBOURG et Fleur PELLERIN se réjouissent de ce nouveau soutien en faveur de l’industrialisation de ces projets proposé par la Banque Publique d’Investissement.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur ce dispositif en contactant un expert-comptable : recevez 3 devis d’experts comptables.

Source : http://www.redressement-productif.gouv.fr/ 

Le prêt à taux zéro (PTZ 2013) est destiné à financer :
- la construction d’un logement, accompagnée le cas échéant de l’acquisition de droits de construire ou du terrain destiné à la construction de ce logement
- l’acquisition d’un logement en vue de sa première occupation
- l’aménagement à usage de logement de locaux non destinés à l’habitation (cette opération est assimilée à la construction d’un logement)

 

A noter que les logements devront respecter des performances énergétiques précises (BBC 2005 ou Réglementation thermique 2012).

 

Le prêt ne peut être accordé qu’aux personnes qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux années précédant la demande.

 

L’attribution du nouveau PTZ 2013 est soumise à une condition de ressources.

 

Pour le calcul du PTZ+, on applique un pourcentage au coût maximal de l’opération toutes taxes comprises dans la limite d’un plafond.

Ce coût comprend le coût de la construction ou de l’achat et les honoraires de négociation. Les frais d’acte notarié et les droits d’enregistrement ne sont pas inclus.

Le pourcentage varie selon la zone géographique où se trouve le logement.

Le prêt ne peut concerner que la résidence principale, qui doit être occupée au moins huit mois par an. Le demandeur doit s’engager à occuper le logement dans l’année qui suit la déclaration d’achèvement des travaux ou l’acquisition.  Jusqu’au remboursement total de l’avance, le propriétaire doit donc occuper le logement à titre de résidence principale.

 

Si le logement est vendu avant la fin du prêt, cela entraîne le remboursement intégral des sommes encore dues. Toutefois, l’emprunteur peut conserver le bénéfice du prêt à 0 %, sous la forme d’un transfert du capital restant dû, s’il acquiert une nouvelle résidence principale répondant aux critères du prêt à 0 % (construction, logement neuf ou ancien avec ou sans travaux). 

La responsabilité civile correspond à l’obligation de réparer les dommages causés à autrui. Ce dommage peut résulter, par exemple, d’une imprudence.

La responsabilité civile peut s’assurer. C’est alors l’assurance qui se substitue au responsable, c’est-à-dire à l’auteur du dommage, pour indemniser la victime.

 

La garantie responsabilité civile souscrite couvre les dommages aux tiers :

- causés par votre faute, par imprudence ou par négligence,

- commis par vos enfants, s’ils vivent sous votre toit (les enfants majeurs vivant sous votre toit sont en principe également couverts),

- causés par vos ascendants vivant sous votre toit,

- causés par vos préposés (femme de ménage, jardinier, baby-sitter…),

- causés par vos animaux, ou ceux que vous gardez,

- causés par les objets que vous possédez, ou avez empruntés ou loués,

du fait du logement dont vous êtes propriétaire, (par exemple du fait d’un défaut d’entretien ou d’un vice de construction, même si le logement est inoccupé ou loué).

 

 

Certains dommages ne sont pas couverts par la garantie. Il s’agit notamment :

du dommage que vous causez à vous-même ou à vos proches, du dommage que vous causez intentionnellement à autrui, du dommage causé par un chien qualifié de “dangereux”, du dommage causé par un véhicule à moteur, de vos activités professionnelles (assurances spéciales).

Certaines de ces exclusions peuvent cependant faire l’objet d’un contrat spécifique.

 

Le rôle de l’assurance consiste à se substituer au responsable pour indemniser la victime.

A défaut d’assurance, le responsable doit dédommager lui-même la ou les victimes.

 

Généralement, la garantie responsabilité civile couvre le souscripteur du contrat, ainsi que toute personne résidant en permanence au domicile de celui-ci ; ses enfants même majeurs célibataires, et/ou ceux de la personne vivant avec lui.

Selon les contrats, mêmes les enfants célibataires qui ne vivent pas habituellement au domicile de l’assuré, peuvent être couverts, par exemple lorsqu’ils poursuivent des études sans exercer de profession.

 

Vous pouvez souscrire une assurance spécifique, dite “responsabilité civile vie privée”. Cependant, si vous avez souscrit une assurance multirisques habitation,  cette garantie est incluse dans votre contrat.

Certaines assurances obligatoires comprennent une garantie limitée de responsabilité civile, notamment :

- l’assurance voiture

- l’assurance locataires

L’expert comptable est un professionnel de la comptabilité dont le rôle va beaucoup plus loin que l’établissement des comptes de l’entreprise : c’est un véritable partenaire du dirigeant qui fournira des conseils en matière juridique, fiscale, sociale, comptable voir même patrimoniale.

L’expert comptable a un rôle important pour les entreprises, que ce soit lors de sa création, de son développement ou de sa transmission.

expert comptable

 

Un expert comptable est  l’intermédiaire entre l’entreprise et ses différents interlocuteurs (organismes financiers, sociaux, Etat, etc.). Il est l’interlocuteur privilégié du chef d’entreprise. Comme son non l’indique, l’expert-comptable est un professionnel de la comptabilité, mais pas seulement…il est plus généralement un professionnel du droit (droit comptable, droit fiscal, droit social et droit des sociétés).

 

S’il a avant tout pour mission la réalisation d’une prestation définie au départ (supervision des comptes de l’entreprise, réalisation du bilan, etc.), il est aussi un conseiller pour le chef d’entreprise, capable de le renseigner et de l’orienter dans de nombreux domaines (paie, juridique, fiscalité, gestion). L’expert-comptable est présent pour accompagner l’entreprise à toutes les étapes de sa vie.

 

En tant que professionnel de la comptabilité, l’expert-comptable a pour mission principale tout ce qui a trait à la comptabilité, ce qui comprend essentiellement la tenue de la comptabilité et l’établissement des états comptables.

 

L’expert-comptable peut, en plus de sa mission récurrente liée à la tenue et à la révision des comptes de l’entreprise, réaliser :

- Les fiches de paies et les déclarations sociales

- Les déclarations fiscales telles que les déclarations de TVA, de taxe professionnelle,

- La mise en place d’outils de gestion tels que le calcul du seuil de rentabilité, le tableau de bord, un plan de financement,

- Les obligations juridiques telles que les statuts de l’entreprise, les assemblées générales ou les formalités de dissolution,

- La déclaration d’impôt sur les revenus

- L’évaluation d’entreprise

- L’optimisation fiscale

 

Le domaine d’intervention de l’expert-comptable est très vaste. Il est donc très important pour le chef d’entreprise de bien définir avec son expert-comptable le cadre d’intervention de ce dernier.