Archives par mois : octobre 2013

Vous consultez les archives par mois.

L’employeur doit prendre quelques précautions avant d’avoir recours à des solutions de géolocalisation en entreprise.

Géolocalisation 2

Avant de faire appel à des entreprises de géolocalisation, l’employeur doit penser à effectuer une déclaration préalable au CNIL. Pour cela, il doit au préalable consulter le comité d’entreprise ou les délégués du personnel. Par la suite, une annonce doit être faite aux salariés concernés individuellement.

Cependant il est utile de rappeler quelques règles d’utilisation de solutions de géolocalisation en entreprise :

  • Elle ne doit pas servir à la collecte d’informations sur le non-respect du Code de la route : dépassements des limitations de vitesse ou d’autres infractions.
  • Le système ne doit pas s’appliquer aux salariés investis d’un mandat électif ou syndical.
  • Les informations collectées ne doivent pas être transmises à un tiers.

Pour la CNIL, l’utilisation d’un logiciel de géolocalisation entreprises doit être justifiée par une finalité légitime (gestion en temps réel des déplacements, suivi de l’activité des salariés, etc…). Car pour certaines activités ce type de système est indispensable, comme par exemple pour les sociétés de taxis.

De plus, seules les finalités précisées par l’employeur lors de la déclaration à la CNIL seront prises en compte. Toute tentative d’abus est alors sanctionnable.

Si vous souhaitez obtenir des devis pour une procédure de géolocalisation, rendez-vous sur notre site web !

Changer dexpert-comptable peut paraître assez compliqué pour un chef d’entreprise. Cependant, cette transition peut se faire sereinement si les bonnes pratiques sont respectées.

assurance activité1

Choisir un expert-comptable n’est pas une tâche facile. Selon la phase de développement de l’entreprise, les critères de choix peuvent varier (prix de prestations, proximité, expériences antérieures dans le même secteur d’activité, etc…).

Le métier d’un expert-comptable ne se limite pas à ses prestations et services comptables. Il fait partie intégrante de l’entreprise, surtout en temps de crise, ce qui fait de lui un partenaire important. Si le chef d’entreprise ne se sent pas suffisamment soutenu, il faut alors envisager de changer de prestataire en vue de trouver une meilleure collaboration.

Pour assurer une bonne transition lors du changement d’expert-comptable, il suffit de respecter certaines règles déontologiques et de préparer le terrain en présence des trois parties. Voici quelques points clés à respecter :

  • Etre attentif aux règles de sorties indiquées sur la lettre de mission de l’expert-comptable sortant. Il faut surtout respecter le délai de préavis.
  • S’assurer que l’ancien expert-comptable est bien à jour dans sa mission et dans la tenue des comptes.
  • Assurer le transfert de tous les documents par l’ancien expert-comptable à son successeur. Aujourd’hui cette tâche est simplifiée grâce à de nouveaux outils informatiques qui facilitent la migration des données d’un système comptable à un autre.

D’autre part, le successeur doit informer l’ancien expert-comptable qu’il reprend la mission sur la base d’une lettre de reprise.

De plus, il est conseillé d’assurer cette transition durant le premier semestre d’une année en cours, pour un exercice allant du 1 janvier au 31 décembre d’une année N. Il est surtout déconseillé de faire ce changement au cours du 4e trimestre de l’année N ou en début d’année N+1, car la reprise risque d’être plus longue et plus onéreuse en cas de mauvaise clôture des comptes.

Pour finir, le rôle du chef d’entreprise est très important durant ce transfert de mission. Car s’il souhaite que la reprise soit faite sereinement, il doit s’assurer de faire toutes les démarches correctement. Dans le respect des règles déontologiques et des bonnes mœurs.

Un nouveau record mondial d’efficacité en faveur du développement de l’énergie solaire

 

Fotolia_42801911_XS

 

 

Une équipe germano-française a battu un nouveau record d’efficacité d’une cellule solaire. Une découverte faite par le groupe Soitec, incluant l’Institut Frauhofer, le CEA-Leti et le centre Helholtz de Berlin.

C’est une nouvelle étape très importante qui permet une meilleure exploitation de l’énergie solaire. Une bonne nouvelle pour les fabricants ainsi que pour les particuliers qui souhaitent installer des panneaux photovoltaiques. La nouvelle structure garantirait une efficacité atteignant les 44.7 %.

Ce qui signifie que 44.7 % de l’énergie des rayons solaires, allant de l’ultraviolet jusqu’à l’infrarouge, peuvent être converties en énergie électrique. Ce qui permettra une fois de plus, la réduction des coûts de l’électricité solaire.

La technologie photovoltaïque à concentration (CPV) utilisée, permet aux régions à fort ensoleillement d’atteindre un rendement deux fois plus élevé que celui des panneaux solaires classiques.

Le groupe souhaite battre son nouveau record fixé au taux de 50 % d’efficacité. Un nouveau taux qu’il souhaite atteindre à la prochaine étape.

Les panneaux photovoltaïques participent à une évolution vers des énergies propres et renouvelables. C’est un point extrêmement positif !

 

Si vous souhaitez un devis pour l’installation de cellules solaires, rendez-vous sur notre site !

businessteam at a meeting

Dans les TPE, souvent un(e) secrétaire-comptable accompagne l’expert comptable dans les missions qui lui sont attribuées. 

Le secrétaire-comptable est à la charge à la fois de prestations de secrétariat en comptabilité et de diverses tâches de secrétariat général (accueil, gestion du courrier, etc…).

La prestation secrétariat comptabilité 

Le secrétaire comptable est le plus souvent présent dans des TPE ou dans le service comptable d’entreprises de plus grandes tailles.

D’un côté le secrétaire-comptable doit assurer des missions de secrétariat courantes, telles que :

  • L’accueil téléphonique
  • L’accueil client
  • La gestion du courrier
  • La gestion du planning
  • La gestion du classement et de l’archivage
  • Les bons de commandes
  • Les devis, factures

En termes de comptabilité, il prend en charge des opérations de comptabilité générale :

  • La création et la mise à jour des fichiers clients/fournisseurs
  • La saisie comptable
  • Le rapprochement bancaire
  • La déclaration de TVA

Le profil d’un(e) secrétaire comptable

Le ou la secrétaire comptable doit savoir jongler entre les missions comptables et de secrétariat. Il/elle doit alors être très polyvalent(e), méthodologique, autonome, avoir un bon sens relationnel. De plus, il/elle doit avoir de bonnes connaissances en comptabilité et doit maîtriser les logiciels comptables, de paie et les tableurs.

Les secrétaires comptables peuvent évoluer vers les postes d’assistant comptable ou d’assistant de direction.

La Haute-Garonne continue d’élargir  son parc photovoltaïque avec la mise en service d’une nouvelle centrale solaire au sol.  C’est une avancée dans l’autonomie énergétique de la région.

Man showing solar panels technology to student girl

 

La centrale photovoltaique au sol de Calmont, située en Haute-Garonne, est en service depuis deux jours maintenant. Lancée par Tenergie, un groupe français spécialisé dans le photovoltaïque. La centrale s’étend sur 27 ha d’une zone d’activité, c’est la plus grande de Haute-Garonne à ce jour. Elle compte 52 000 panneaux solaires, ce qui représente une production annuelle de 15 800 MwH. Elle peut alors alimenter l’équivalent de 4 000 foyers ou 10 000 habitants environ. Ce qui représente à peu près toute la communauté des Communes des coteaux du Lauragais Sud, qui sera alimentée de cette énergie verte par la centrale de Calmont.

Un système de câblage interne au parc permet de transférer l’énergie produite jusqu’au poste électrique de Boulbonne.

Cette source d’énergie verte et infinie a également le pouvoir de promouvoir l’emploi local et de participer au dynamise économique des communes. Puisque 70 personnes ont participé à plein temps à la construction du site et à l’installation de panneaux photovoltaiques, qui sera exploité pour une durée de 20 ans au minimum. De plus, grâce à cette démarche les communes concernées pourront bénéficier de retombées fiscales sur le long-terme.

Avant de pouvoir offrir ses prestations et services comptables, l’expert-comptable poursuit un parcours long et complexe pour être inscrit à l’ordre des experts-comptables. 

 

 Mann mit Taschenrechner und Akten

Le diplôme d’expert-comptable

Expert comptable formation: DCG, DSCG, clôturée par le diplôme d’expertise comptable.

Au bout de huit ans environ (5 années d’études et 3 années de stage), le diplômé obtient le statut d’expert-comptable. Il est cependant possible de s’arrêter à chaque diplôme avant de poursuivre le cursus.  Ces années d’études ne sont donc pas consécutives pour tout le monde. Le but ultime étant bien sûr d’obtenir le diplôme d’expert-comptable.

Pour cela, il faut au préalable valider le DSCG, puis une expérience de trois ans au sein d’un cabinet sous le regard d’un maître de stage. Au terme de ce stage, l’épreuve du grand oral et la soutenance du mémoire viennent achever le parcours. Les diplômés qui optent pour l’exercice libéral ont le choix entre se mettre à leur compte ou s’associer à une structure existante. Le choix du cabinet peut alors s’avérer très important pour la suite de la carrière du stagiaire, car selon le cabinet choisi ils peuvent avoir plus ou moins d’opportunités qui se présentent à eux.

 

Opportunité, avenir du jeune comptable

Pour la majorité des diplômés, le statut de salarié dans une boite n’est plus suffisant. Les jeunes diplômés se tournent alors vers le maître de stage pour anticiper leur avenir.

Pour s’associer au cabinet il faut compter entre cinq et dix ans. C’est un projet dans le long terme, qui va demander un peu de patience. Le prétendant associé doit alors faire preuve de beaucoup d’intérêt au management du cabinet, à sa rentabilité et au développement de sa clientèle.

D’autres part, il n’est désormais plus évident de se mettre à son compte. Avoir son propre cabinet engage un investissement lourd. De plus, depuis quelques années de nombreux coûts supplémentaires liés au développement des nouvelles technologies (informatique, dématérialisation des documents, etc …), compliquent davantage la tâche.

 

L’association au cabinet

Pour devenir associé, il faut racheter une part du capital du cabinet. Le plus souvent l’expert-comptable doit alors contracter un prêt. Par la suite, le nouvel associé pourra rembourser son emprunt grâce aux dividendes qui lui seront versés.

De nouvelles responsabilités lui reviennent par la même occasion, cependant en terme de pouvoir de décision, les règles varient changent d’un cabinet à un autre.

Une seule règle est respectée dans la plupart des cabinets. Elle invite les associés de plus de 55 ans à baisser leur part de capital pour favoriser l’arrivée des plus jeunes.

 

Quelques précautions à prendre

En tant que jeûne associé dans un cabinet, il faut prendre quelques précautions. Avant toute chose, le nouvel associé doit être sûr que le positionnement du cabinet lui convient.

Aussi, il doit faire être attentif au règlement intérieur, au pacte d’associés ou encore aux modalités de sortie de l’association. Notamment, le nouvel associé doit revoir les moindres détails du contrat afin d’éviter toutes déceptions ou désaccord. Les jeunes experts comptables se voient souvent contrariés quant à la valorisation du portefeuille clients qu’ils ont développé.

 

 

 

Les experts comptables sont sollicités malgré la crise pour leur prestation de service de services comptables. 

externalisation comptabilité2

Les experts comptables ne sont pas vraiment concernés par la crise. Ou du moins certains arrivent à en tirer profit en accompagnant les entreprises en difficulté, dont le nombre est en constante croissance en temps de crise. Ce qui en définitif  leur permet justement de booster leur carrière grâce à leur rôle de conseillers.

Revenons sur le métier d’expert-comptable.

Sa mission

Les missions de l’expert comptable varient en fonction des besoins de votre entreprise et des prestations pour lesquelles vous faites appel à lui.

Lors de la création d’entreprise, son rôle est primordial pour l’avenir de l’entreprise du point de vue financier puisqu’il est en charge de réaliser le bilan prévisionnel de l’entreprise, mais pas seulement. Il accompagne le créateur de l’entreprise dans toutes les étapes :

  • Il conseil l’entrepreneur dans le choix du statut juridique
  • Il oriente l’entrepreneur sur son statut social
  • Il participe à l’optimisation fiscale du projet
  • Il conseil l’entrepreneur sur son mode de financement.

D’une manière plus globale, l’expert-comptable a pour mission :

La mission de présentation des comptes annuels de l’entreprise

L’expert-comptable doit s’assurer de l’exactitude des comptes et attester qu’il n’a rien relevé qui remette en cause la cohérence des comptes. Le chef d’entreprise a alors le choix entre déléguer toute ou partie de sa comptabilité. Il doit également établir des déclarations fiscales et sociales.

La mission d’examen limité des comptes annuels

Cette mission a pour objet d’attester qu’il n’y a pas trouvé d’éléments qui remettent en cause la conformité ou la régularité des comptes annuels, ni les résultats de l’entreprise ou encore l’image du patrimoine.

La mission d’audit contractuel

L’audit contractuel est le fait qu’un expert-comptable intervienne dans l’entreprise sur la demande de l’entreprise elle-même ou d’un tiers. L’audit contractuel est alors réalisé par un commissaire aux comptes. La révision contractuelle consiste en plusieurs contrôles très variés. Au terme de ces vérifications, l’expert-comptable attribue alors une attestation de sincérité. Ainsi, il certifie que les comptes audités de l’entreprise reflètent bien une image sincère et fidèle de l’entreprise.

D’autres part, en plus des missions principales d’un expert-comptable, son rôle s’étend à des missions complémentaires telles que la réalisation de formalités juridiques, ou encore il peut être sollicité par une entreprise pour effectuer des missions légales comme l’évaluation d’un bien figurant dans la déclaration d’affectation pour créer une EIRL.

 

Sa rémunération

La rémunération de l’expert-comptable est une addition entre différents tarifs, qui vont dépendre de l’étendue des missions qui lui sont attribuées. Il peut soit appliquer un taux horaire au client ou proposer un forfait annuel, trimestriel ou mensuel comprenant un nombre de prestation comptabilité définis à l’avance. Le cout d’un expert comptable est en moyenne aux alentours des tarifs suivant :

  • Un tarif horaire à 95 €  HT, en moyenne pour les experts comptables.
  • Un prix horaire de 55 € HT, pour un opérateur de saisie.
  • Un tarif horaire de 80 € HT, pour un collaborateur confirmé.

Certaines mutuelles ce sont adaptées à la tendance Low cost que recherchent certains français.

Maison de santé clavier doigt

 

Quel est le principe ?

Souscrire à une mutuelle santé n’est pas la priorité de tous. Certains y renoncent même, face aux tarifs appliqués qu’ils estiment trop élevés. La mutuelle santé Low cost a alors pour objectif d’attirer ces personnes qui souhaitent réduire leurs frais de mutuelle. Mais cela à quel prix ?

Le principe de ce genre de mutuelle pas cher est d’offrir une couverture santé limitée aux prestations de base, en échange d’un prix raisonnable.

 

Avantages ?  Inconvénients ?

Ce type de mutuelle a connu un réel succès dès leur lancement. Et ce, grâce au prix très attractif appliqué par certaines mutuelles. Elle est destinée à des personnes jeunes ne présentant pas de problèmes de santé particuliers. La couverture est centrée sur les soins de bases : dentaires, optiques, consultations médicales et à l’hospitalisation.

D’autres part, la mutuelle low cost présente certaines faiblesses puisque les garanties sont très limitées. Ainsi, cette mutuelle ne convient pas aux personnes qui engagent des frais médicaux importants, puisqu’elle ne prend pas en charge les consultations avec dépassement d’honoraires. De plus les soins de bases garanties sont eux aussi assurés à une faible mesure. L’assuré se doit alors de compléter le financement pour certains soins.

En définitif, la mutuelle low cost peut être une solution momentanée pour les personnes en bonne santé, mais elle ne peut pas assurer une personne tout au long de sa vie.

La souscription aux FIP Corse 2013 est à présent ouverte. Elle ouvre le droit à unedéfiscalisation allant jusqu’à 38 % du montant investi.

 Businessman signing a document.

Souscrire à des parts de FIP (Fond d’Investissement de Proximité) peut s’avérer très intéressant, en particulier dans les PME non cotées en Corse. La souscription à une ou plusieurs parts de FIP Corse, permet à l’investisseur de bénéficier d’avantages fiscaux nettement supérieurs à celle permises généralement. La réduction d’impôt peut aller jusqu’à 9120 € en 2013. De plus, les plus-values sont exonérées d’impôts après 5 ans.

Comment ça marche ?

L’investissement dans les PME non cotées peut se faire de 2 façons différentes : directement par le souscripteur ou par l’intermédiaire des structures d’investissement gérés par des professionnels comme les FIP.  Elles ont alors pour mission de sélectionner des PME régionales qui leurs permettront de s’élargir. La finalité étant de réaliser le maximum de gain. Cependant, ces investissements n’échappent pas à la règle du capital risque.

Un nombre de parts FIP Corse limité

L’ouverture de la souscription est désormais officielle. De plus, le nombre de parts de FIP Corses disponibles est limité. Ainsi, seuls les investisseurs les plus réactifs pourront profiter des avantages fiscaux en investissant dans des FIP Corse en 2013. Il faut donc souscrire le plus vite possible !