Archives par mois : février 2014

Vous consultez les archives par mois.

L’objectif de ces réglementations thermiques est de limiter les consommations d’énergie. C’est la loi provenant de Grenelle de l’environnement qui régit cette mise en œuvre.

5 domaines de consommation d’énergie sont concernés :

-       le chauffage

-       la climatisation

-       l’eau chaude sanitaire

-       l’éclairage

-       les auxiliaires qui comprennent entre autres les pompes, la ventilation etc…

La Réglementation Thermique 2015 va imposer une consommation d’énergie primaire de 30 kWh/m2/an au maximum, alors que la RT 2012 ne demandait que 50 kWh/m2/an.

Cette réglementation s’applique pour tous les bâtiments neufs destinés à être habités. Afin d’obtenir une habitation BBC voire passive, l’installation de certaines technologies est vraiment mise en avant : panneaux photovoltaïques, chaudière à condensation, chauffe-eau solaire, chauffage thermodynamique, géothermie ou systèmes à biomasse.

L’utilisation des énergies renouvelables devient incontournable afin de faire baisser la facture énergétique.

Le choix des matériaux procurant le meilleur rendement sera déterminant.

Dans le cadre d’une habitation existante, l’objectif est de réduire de 38% la consommation d ‘énergie d’ici 2020. Cela se traduira notamment par des travaux d’isolation (murs, toit, fenêtres…), la suppression des ponts thermiques.

Ces travaux sont encouragés par des crédits d’impôts, renseignez-vous pour connaître toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre.

En 2020, la réglementation thermique imposera des bâtiments à énergie positive : cela signifie que la production d’énergie sera supérieure à la consommation.

Ces maisons économes en production d’énergie permettent également de gagner du pouvoir d’achat supplémentaire.

Dans le cadre de recherche d’économie d’énergie, changer ses fenêtres est l’un des gestes les plus efficaces. La perte de chaleur par les fenêtres est très importante.

Ces fenêtres isolantes, à double ou triple vitrage vous permettront non seulement de réaliser des économies non négligeables sur vos factures de chauffage, mais elles vous apporteront également un  confort phonique.

Le principe de ces fenêtres est simple : un isolant transparent est emprisonné entre les différents vitrages, ce qui va assurer une parfaite isolation thermique et phonique.

En ce qui concerne le choix des menuiseries, 3 matériaux sont fréquemment utilisés :

-       le bois

-       le PVC

-       l’aluminium

Il est préférable de faire installer des menuiseries en PVC, pour un rendement optimal.

Le changement de vos fenêtres engendre un investissement qui peut être important selon le nombre de fenêtre et le choix du double ou triple vitrage. Ce dernier coûte 50% plus cher qu’un double vitrage.

Vous pouvez cependant bénéficier d’un crédit d’impôt allant jusqu’à 25% sur l’achat des matériaux, si vous réalisez un bouquet de travaux.

Le choix du double vitrage est plus indiqué dans le cadre d’une rénovation, mais s’il s’agit d’une construction neuve, un triple vitrage conviendra mieux.

Et bien sûr, il faudra faire vérifier l’ensemble de la maison pour contrôler que des pertes d’énergie ne proviennent pas du toit par exemple ou des murs.

Les panneaux photovoltaïques permettent de capter l’énergie solaire et de la transformer en électricité, que vous pourrez ensuite soit revendre soit utiliser pour votre consommation personnelle.

Les panneaux sont installés sur votre toit,  de préférence côté sud. Si vous souhaitez revendre votre production électrique au réseau, un compteur sera mis en place afin de connaître la quantité d’électricité revendue.

A titre indicatif,  dans le nord la production photovoltaïque s’élève à 900 kWh/kWc et dans le sud environ 1200 kWh/kWc.

En général, toutes les démarches administratives sont réalisées par les installateurs.

Le tarif d’achat de l’électricité est garanti pour 20 ans. Un tarif d’achat est fixé  pour la durée du contrat. Malgré l’investissement de départ sur les panneaux solaires, ceux-ci peuvent être rapidement amortis.

Renseignez vous auprès de votre commune car des aides peuvent être accordées. En revanche, depuis le 1er janvier 2014, il n’est plus possible de bénéficier de crédit d’impôt pour l’installation de panneaux photovoltaïques.

Les panneaux photovoltaïques ont une durée de vie comprise entre 20 et 35 ans. Leur installation n’endommage pas votre toiture et l’entretien est réduit.

Il existe différents types de panneaux :

-       panneaux monocristallins (rendement de 19%)

-       panneaux polycristallins (rendement de 16%)

-       silice amorphe (rendement de 5 à 10%)

Ce mode de production d’électricité est écologique et fait partie des énergies renouvelables.

De plus, l’installation est modulable puisque des panneaux supplémentaires peuvent être mis en place selon l’évolution des besoins.

Cette technologie connaît  l’essor le plus important des énergies renouvelables depuis quelques années.

Vous êtes un professionnel, Fizeo peut vous aider à élargir votre portefeuille clients et à développer votre chiffre d’affaires, quelle que soit votre activité professionnelle.

Notre métier repose sur trois piliers :

- Mettre en contact des professionnels avec des particuliers ayant besoin de devis de professionnels de qualité.

Nos équipes mettent tout en œuvre chaque jour pour alimenter des fichiers de prospects. La force de Fizeo repose sur la qualification : chaque lead est contacté afin d’affiner au mieux ses réels besoins et sa demande.

Un lead est un contact qui a démontré son intérêt et déposé une demande sur notre site.

Par conséquent, chaque fiche transmise à un professionnel repose sur une demande sérieuse et comporte des informations pertinentes.

L’objectif est que chaque professionnel puisse transformer ces demandes en ventes.

- Location ou vente de fichiers dans le cadre d’opérations de mailing.

- Campagnes télémarketing d’appels sortants.

Quel que soit votre besoin professionnel, n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes, elles vous aideront et vous accompagneront.

Fizeo est le partenaire de tous vos projets.

Il existe deux catégories de peinture : les peintures à l’eau et les peintures à l’huile. Le choix se fait selon le rendu souhaité, la pièce concernée et le support sur lequel elle va être apposée.

Voici un petit tour d’horizon des différentes peintures :

- Peinture acrylique : cette peinture s’utilise autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle ne contient que très peu de solvant, elle est donc sans odeur. Elle fait partie des peintures à l’eau qui sèchent très vite.

- Peinture glycérophtalique: il s’agit d’une peinture à l’huile. Elle est habituellement utilisée pour l’extérieur ou les pièces humides. Cette peinture est lente à sécher et dégage une forte odeur durant l’application.

Cette peinture a tendance à disparaître progressivement au profit des peintures acryliques plus écologiques.

- Peinture alkyde : peinture à l’eau, elle est facile à appliquer, sans odeur, avec un séchage rapide.

- Peinture époxy : elle fait partie des peintures à l’huile et s ‘applique surtout en extérieur. C’est une peinture très résistante, idéale pour les sols extérieurs. Elle est composée d’une base et d’un durcisseur ; elle est difficile d’utilisation, car une fois le mélange des deux composants effectué, le temps d’application est compté à cause du durcisseur.

 

Ces différentes peintures s’appliquent au rouleau, au pistolet ou au pinceau. Prenez le temps de bien vous faire conseiller, et de bien lire les indications sur les étiquettes des pots de peinture. Elles vous indiquent les temps de séchage, le matériel à utiliser, le rendement ainsi que le type de support.

Certaines peintures portent également un label pour l’environnement.

Les prix varient selon le type de peinture utilisée, ses qualités et caractéristiques.

La télésurveillance consiste à surveiller à distance votre habitation, vos locaux professionnels. Une alarme est installée sur place, et quand elle est activée durant votre absence, le centre de télésurveillance reçoit un signal en cas d’intrusion.

En général, une sirène d’alarme retentit à votre domicile en as d’alerte, tandis qu’en même temps le centre de télésurveillance est alerté.
Celui-ci appelle à votre domicile et s’il s’agit d’une fausse alerte, un code secret vous sera demandé afin de vérifier votre identité. Si le code donné est faux ou si personne ne répond, un agent de sécurité se rendra à votre domicile. S’il constate quelque chose de suspect ou une effraction, il peut être amené à faire venir les forces de l’ordre.

Les systèmes de télésurveillance permettent également de détecter des incendies ou de suivre des patients à distance.

En général, un contrat avec un abonnement est souscrit, et le coût mensuel est d’environ 15 à 20 euros.

La télésurveillance se combine avec des alarmes de différents types :

-capteur de position

-capteur de son

-capteur d’images

Des études prouvent qu’une habitation protégée permet de diviser par quatre les risques de cambriolages. Cette surveillance s’exerce 24H/24 et 7J/7.

N’hésitez pas à consulter différents professionnels de la télésurveillance : un devis précis et personnalisé sera établi à votre domicile, selon vos attentes, votre budget.

Le matériel installé peut être acheté ou loué. Comparez bien toutes les offres car certains déplacements des agents de sécurité en cas d’alerte seront facturés en plus ; il est donc important de vérifier toutes les prestations incluses dans l’abonnement afin d’éviter les mauvaises surprises.

Un chauffe-eau solaire fonctionne grâce à l’énergie solaire : des panneaux captent l‘énergie solaire, celle-ci permet de chauffer l’eau contenue dans un ballon d’eau chaude.

Ce procédé permet de couvrir la majeure partie des besoins en eau chaude d’une famille, avec un ballon d’eau chaude d’une contenance de 200 à 300 litres.

Les panneaux solaires sont installés sur le toit, idéalement orienté vers le sud. Il faut veiller à ce que les capteurs soient placés à un endroit bien dégagé, sans obstacle à la lumière. L’inclinaison du toit joue également un rôle important : une inclinaison de 45 % optimisera l’efficacité de vos panneaux. La surface moyenne des panneaux représente environ 3 à 5 m2, selon le volume souhaité d’eau chaude.

Cette installation doit être réalisée par un professionnel agréé qui mettra en place les panneaux solaires thermiques ainsi que le circuit de fluide caloporteur.

Le budget moyen pour cette installation est de 4 000 euros. Certaines communes peuvent vous faire bénéficier de subventions d’état.

Ce procédé vous permettra non seulement de réaliser de substantielles économies d’énergie, mais également de bénéficier d’un crédit d’impôt de 15% pour l’installation d’un chauffe-eau solaire, voire d’un crédit d’impôt de 25% si vous réalisez un bouquet de travaux.

La durée de vie moyenne d’un chauffe-eau solaire est de 15 à 20 ans selon le modèle choisi et son entretien reste minime. Il vous suffira de faire vérifier par un professionnel le bon fonctionnement de la pompe, ainsi que la pression du liquide caloporteur.

N’oubliez pas de nettoyer régulièrement au jet d’eau vos panneaux solaires, afin que les capteurs aient un rendement optimal.

L’énergie solaire thermique est une énergie écologique, renouvelable et propre, puisque son utilisation dans le cadre d’un chauffe-eau solaire ne génèrera que très peu de gaz à effet de serre.

N’hésitez pas à faire estimer les économies d’énergie que ce projet vous ferait gagner.

On appelle standard téléphonique un commutateur, dont le rôle est de mettre en relation un appelé et un appelant.

Un standard téléphonique peut fonctionner avec des postes analogiques ou numériques, il peut gérer une messagerie vocale et même des données comme la télécopie par exemple.

Le choix d’un standard téléphonique se fait à travers différents critères comme le nombre moyen d’appels entrants et sortants, le calcul du prix moyen d’un appel, la saisonnalité de l’activité le cas échéant et enfin le budget.

La variété des appareils est importante afin de s’adapter aux besoins de chaque type d’entreprise.

 

Vous pouvez choisir :

- un standard téléphonique interne : le terminal est installé au sein de votre entreprise : il suffit de déterminer le nombre de postes dans l’entreprise. Les fonctionnalités sont diverses : messagerie, numérotation abrégée, identification de l’appelant, attente téléphonique, sélection directe à l’arrivée etc…

Un standard téléphonique interne peut s’acheter ou être loué.

-       Achat : vous investissez au départ pour l’achat et l’installation, puis pour une maintenance annuelle.

-       Location : cette solution vous permet de maîtriser votre budget, puisque la location est équivalente à un abonnement.

- un standard téléphonique externe : cela signifie que votre commutateur est hébergé chez un fournisseur.

Le principal avantage est l’économie d’investissement. Vous ne payez qu’en fonction du nombre de lignes.

Les fonctionnalités de ce standard téléphonique sont identiques à celles d’un standard téléphonique interne.

En revanche, il ne faut pas choisir cette solution si vous avez besoin d’un nombre important de lignes ou si votre activité requiert des besoins particuliers.

En général, ce sont les TPE et PME qui font le choix d’un standard téléphonique externe, car le nombre de lignes nécessaires est inférieur à 10.

 

Défiscaliser signifie investir de l’argent pour ensuite en récupérer une partie plus ou moins importante sous forme de réduction d’impôt.

Il existe en France plusieurs lois de défiscalisation qui permettent à un particulier de financer l’achat d’un bien immobilier grâce à ses impôts.

Le point de départ de ces lois de défiscalisations immobilières est le manque de logements en France.

-Loi Duflot: cette loi est applicable depuis le 1er janvier 2013 jusqu’au 31 décembre 2016. Le bien immobilier acquis est destiné à être loué, sa valeur d’achat ne doit pas excéder 300 000 euros. La défiscalisation est de 18% sur une durée de 9 ans. Le bien immobilier doit être situé dans une ville éligible à cette loi et il faudra respecter un plafond de loyer.

-Loi Bouvard : cette loi est applicable depuis le 1er janvier 2014 jusqu’au 31 décembre 2016. L’investissement immobilier doit être fait dans des résidences de services (tourisme, universitaires, maisons de retraites …). La réduction d’impôt s’élève à 11% sur une durée de 9 ans.

-Loi EHPAD: cette loi est liée à la loi Censi-Bouvard puisqu’elle consiste à acquérir une chambre médicalisée dans une EHPAD.

-Loi Malraux : cette loi concerne les biens immobiliers à rénover ; ceux-ci doivent être situés dans un Périmètre Sauvegardé. La défiscalisation va s’appliquer sur le montant des travaux réalisés. Les travaux doivent être suivis par un architecte des Bâtiments de France. Le montant des travaux pour calculer la réduction d’impôt est plafonné à 100 000 euros par an.

A noter que depuis le 1er janvier 2013, cette loi  ne rentre plus dans le cadre du plafonnement des niches fiscales.

N’hésitez pas à étudier les différentes solutions qui existent afin de choisir la loi de défiscalisation la plus adaptée à votre situation.

Il est de plus en plus fréquent de voir l’installation d’éoliennes dans certains jardins : la raison principale est l’économie d’énergie. L’énergie éolienne fait en effet partie des énergies renouvelables, non polluantes.

Il existe cependant des règles à respecter et la première chose à faire est une étude de faisabilité.

Cette étude va prendre en compte différents critères :

-       la topographie de votre terrain : celui-ci devra être dégagé

-       votre terrain devra être exposé à des vents forts et surtout réguliers

-       l’évaluation de votre consommation énergétique

Il existe différents types d’éoliennes :

Les éoliennes sur mâts représentent les modèles les plus couramment installés.

A titre indicatif, ce modèle peut représenter environ 40% de la consommation d’électricité d’une famille de quatre personnes.

Les éoliennes sur pignon sont posées sur le toit : ce modèle est préconisé quand le terrain est trop petit ou peu propice à l’installation d’une éolienne sur mât.

Le coût d’installation d’une éolienne dépend du modèle choisi, de sa taille et de la puissance souhaitée, mais il faut compter en moyenne entre 15OOO euros et

20 000 euros.

Des aides existent sous la forme de crédit d’impôt de 15%, et jusqu’à 25% avec un bouquet de travaux.

La durée de vie d’une éolienne est de 30 ans, et il faudra attendre 15 ans avant de rentabiliser son installation.

Les principaux inconvénients de ces installations reposent le plus souvent sur l’esthétique ou les nuisances sonores.

Sachez enfin que vous devrez obtenir l’autorisation de votre commune, et qu’un permis de construire sera nécessaire si votre éolienne mesure plus de 12 mètres de hauteur. Si ce n’est pas le cas, une déclaration de travaux suffira.

Ecologiques, saines et recyclables , les éoliennes ont le vent en poupe !