Archives par catégories : Bric à Brac

La décennale est une assurance qui s’adresse à ceux qui exercent un métier qui engage des risques de désordres. Ces désordres peuvent être causés par des malfaçons. En plus précis, sont obligés d’y souscrire les entrepreneurs œuvrant dans la conception de matériel ou de matériaux destinés à la fabrication ou l’équipement, la promotion immobilière, l’architecture et surtout les entreprises de construction.

Assurance décennale : obligation ou nécessité ?

Elle est obligatoire pour toute entreprise de construction intervenant en France. Elle sous-entend que si vous avez créé votre entreprise dans ce domaine, c’est que vous êtes compétent en la matière. Vous êtes alors tenu d’assumer la responsabilité de tous vos travaux pour une durée de 10 ans après leur réception. Il est à noter que les sous-traitants ne sont pas concernés mais sont conseillés de le faire.

En général, une entreprise nouvellement créée sous-traite. Si c’est le cas, elle est responsable envers son donneur d’ordre et aussi du maître d’ouvrage. Elle a donc intérêt à souscrire à une assurance décennale. D’ailleurs, dans la plupart des cas, c’est la seule alternative à être assurée.

Repérer où souscrire au moment de la création d’entreprise

Voici quelques détails à vérifier avant de fixer son choix sur un assureur :

-          les risques que peut couvrir l’assurance ;

-          le montant pour chaque couverture ;

-          les garanties optionnelles ;

-          la valeur des franchises ;

-          les exclusions.

En détaillé, l’assurance de responsabilité décennale peut payer les réparations auxquelles l’entreprise est engagée si cela est réclamé par le client et que les désordres sont d’un certain degré de gravité. Ces désordres sont déclarés graves et peuvent être couverts s’ils compromettent la robustesse de la construction, si les éléments d’équipement en rapport avec la structure du bâtiment sont défectueux, ou si l’ouvrage ne peut pas assurer le rôle qui lui est destiné. Sont concernés les dommages matériels sans distinction des causes, du moment où ils résultent de vices cachés lors de la réception et qui sont par la suite déclarés dans les dix années qui suivent cette réception.

Il est important de s’assurer que les valeurs des garanties sont bien adéquates aux risques que vous courez, et selon l’envergure de votre chantier. Sachez que la loi ne restreint en aucune manière le montant des garanties. Autrement dit, la compagnie d’assurance doit régler la totalité des travaux de réparation de l’ouvrage affecté du désordre. Elle a toutefois le droit de prévoir un seuil plafond quant au coût de votre chantier, selon son envergure.

La franchise est systématique dans la garantie décennale. La partie de risque indiquée par la franchise n’est pas assurée. Le paiement de cette portion d’indemnité dont la valeur a été fixée par contrat sera donc à la charge de l’entrepreneur. Il est interdit d’opposer cette franchise au propriétaire de l’ouvrage. D’ailleurs, l’assureur de l’entreprise indemnisera la victime sans déduire aucune franchise et il demandera à cette dernière de la lui rembourser.

Créateurs d’entreprise, une fois le choix de votre assureur fixé, vous avez à souscrire un contrat d’assurance décennale et de responsabilité civile avant d’ouvrir votre premier chantier.

Fondée en l’an 2000, AdWords est une régie publicitaire de Google qui permet l’achat de trafic Internet. Le nom comprend le suffixe « Ad » du mot anglais « advertising » qui signifie publicité et « Words » qui se traduit littéralement par mots. Ainsi, les mots clés AdWords sont des mots qui vendent.

L’importance des mots clés

L’usage de ces mots ou expressions dans vos contenus web, s’ils correspondent aux termes que les internautes recherchent, augmente la visibilité de vos annonces, articles, biens ou services… bref tout ce que vous publiez, grâce à la fréquence des clics.

S’ils sont de qualité, pertinents et conformes à votre activité, ils seront d’une haute utilité à votre campagne publicitaire : ils vous aideront à cibler votre clientèle préférée au moment que vous aurez choisi.

Comment reconnaître les bons mots clés ? C’est là qu’AdWords intervient. Vous pouvez même les acheter si vous voulez un meilleur résultat.

L’achat de mots clés AdWords pour un site

Prenons l’exemple d’un site immobilier pour expliquer comment faire l’achat des mots clés. Si vous voulez que votre site reçoive des visites qualifiées en un temps record, recourez au référencement payant ou aux liens commerciaux. La première étape est d’ouvrir un compte AdWords. Faites-le avant toute diffusion de vos annonces. C’est gratuit.

La création d’une campagne Adwords pour votre site immobilier est la deuxième étape où vous remplirez un formulaire qui vous demandera de remplir votre situation géographique, le seuil plafond que vous aurez fixé pour votre enchère relative à un mot clé sur l’immobilier, et enfin votre budget journalier.

C’est seulement à la troisième étape que vous allez rédiger l’annonce pour votre site immobilier. Il faut qu’elle soit percutante, qu’elle incite à l’action comme se rendre à votre page web par exemple. Donnez-lui donc un titre accrocheur. Vient ensuite la rédaction sur deux lignes de la description, sans oublier l’url vers laquelle vous désirez rediriger le lecteur.

La rédaction ainsi faite, la quatrième étape consiste à choisir les mots clés AdWords. Rentrez ceux liés à l’immobilier et correspondant à votre situation géographique dans le générateur de mots clés qui est à votre disposition, puis appuyez sur « recherche ». Google vous donnera alors le coût par clic (CPC) ou tarif moyen d’un clic pour vos mots clés. C’est de cette manière que vous vous apercevrez que les mots-clés trop génériques sont moins intéressants. C’est aussi de cette manière que vous parviendrez à ne faire apparaître votre annonce qu’à un public ciblé. Il vous est même possible d’exclure des mots clés. Ainsi, vous maîtriserez parfaitement le budget de votre campagne AdWords.

L’exécution de ces étapes vous permettra de publier votre annonce à liens sponsorisés pour votre site immobilier. Attendez-vous à recevoir dans les minutes qui suivent vos premiers clients.

Résultats attendus

-          Vous avez pu créer une campagne publicitaire de recherches personnalisées à partir des mots clés Adwords rattachés à votre activité.

-          Votre site web apparaît en premier sur Google.

-          En recourant à Google Adwords, vous garantissez votre renommée internationale aussi bien que locale.

Comptabilité SCI

 

Comptabilité SCI

La tenue de la comptabilité dans une SCI (Société Civile Immobilière) est simple à mettre en œuvre de part son activité. La SCI est utilisée, en général, pour la constitution d’un patrimoine immobilier.

Le chef d’entreprise qui veut faire l’acquisition d’un local pour les besoins de son activité professionnelle peut constituer une SCI afin d’acheter celui-ci. Une fois propriétaire de la SCI, il pourra établir un bail de location entre la SCI et son entreprise afin que celle-ci puisse rembourser les mensualités du crédit contracté.

 

Choix fiscalité de la SCI

Impôt sur le revenu : Les loyers perçus rentrent dans le calcul des impôts du foyer fiscal

Impôt sur les sociétés : la SCI déclare à l’administration fiscale le résultat en fin d’année fiscale de la SCI et les dividendes éventuellement versés aux actionnaires de la SCI.

Le choix de la fiscalité à une conséquence sur la tenue de la comptabilité de la SCI. Soit, le choix se porte sur l’impôt sur le revenu et dans ce cas de figure les textes ne précisent pas quelle démarche à adopter. Comptabilité commerciale ou comptabilité de caisse pour la SCI, c’est un arbitrage à faire selon l’activité réelle de celle-ci.

Dans le cas d’une SCI dormante, après cession d’un immeuble, le bon  sens, voudra que la comptabilité pour la SCI ne soit pas nécessaire. Un journal des recettes et dépenses est suffisant.

 

Prix Comptabilité SCI

Dans le cas contraire, il est plus simple d’externaliser la tenue la comptabilité de la SCI à un cabinet comptable, pour plusieurs raisons.

1° le prix de la comptabilité de la SCI (Société Civile Immobilière) n’est pas exorbitant. Comptez entre 500 et 1500 euros pour la constitution de la SCI. Si vous avez besoin d’un accompagnement pour la mise en place de votre business plan, il vous faudra compter sur un surcoût de 80 à 150 euros de l’heure.

Le coût pour la tenue de la comptabilité d’une SCI démarre à 50 euros par mois pour ce type d’activité patrimoniale. Si vous souhaitez comparez les cabinets comptables de votre région vous pouvez comparez et obtenir 3 devis d’expert-comptable

2°La tenue de la comptabilité d’une SCI par un expert-comptable est une assurance vis à vis de l’Administration fiscale de jouer la transparence, mais aussi en cas de cession.

3° gain de temps vis à vis de process parfaitement maîtrisés lorsque  la tenue de la comptabilité de la SCI (Société Civile Immobilière) est réalisée chez le comptable.

 

 

 

 

La prospection téléphonique est un moyen rapide et efficace qui permet d’alimenter son carnet de rendez-vous semaine après semaine. Mais il s’agit d’une technique qui nécessite d’être maitrisé si l’on veut qu’elle porte ses fruits. En effet, la prospection téléphonique est un travail long et nécessite parfois d’avancer par des voies détournées. L’une des principales clés est de pouvoir s’adapter instantanément à la situation du prospect. Il est impératif de savoir écouter et surtout de prendre des notes car celles-ci seront essentielles afin de cerner les attentes du client potentiel. Le commercial sédentaire, principal acteur de la prospection téléphonique, doit passer en moyenne 8 appels pour joindre un prospect au téléphone.

L’utilisation de la prospection

La prospection téléphonique peut notamment servir à la qualification de contacts, c’est-à-dire la validation de leurs coordonnées et de leur projet. C’est ainsi que fonctionne www.fizeo.fr, afin de qualifier les leads des personnes se montrant intéressés pour recevoir des devis dans l’un des nombreux domaines géré par le site. Les utilisateurs ont donc montré un intérêt sur le site en répondant à un mini-questionnaire, permettant à l’équipe du site de transformer le lead en prospect grâce à un appel téléphonique.

On peut distinguer plusieurs types de prospection en fonction de ses clients :

  1. La prospection en BtoB, correspond à une démarche entre deux entreprises. Dans ce cas, la démarche de fidélisation est importante puisque les montants en jeux sont assez importants. La conquête d’un client en est d’autant plus compliqué puisque les tarifs et les conditions d’achats font l’objet de négociation entre les parties.
  2. La prospection en BtoC, correspond à une démarche entre l’entreprise vendeuse et un particulier. L’objectif sera dans ce cas de transformer le lead en un acte d’achat. Pour ce faire, l’entreprise émettrice des appels sortants doit disposer d’un fichier de contacts qualifiés. Ceci permet de personnaliser l’échange avec le prospect afin d’augmenter les chances de réussir la démarche.

De manière générale, la prospection téléphonique nécessite de maîtriser certains éléments tels que la préparation de l’entretien, l’accroche, la découverte des besoins, l’argumentation, la recherche de signaux d’achat et le traitement des objections. Un nouveau service Touch&Lead  peut s’en occuper pour vous.

La forme juridique du type S.A.R.L est la plus utilisée en France. Elle signifie, société à responsabilité limitée. Sa principale caractéristique est de limiter la responsabilité des associés. Elle a la faculté de s’adapter à un grand nombre de situations c’est pourquoi elle est très utilisée par beaucoup de sociétés.

Les conditions particulières sont :

>> Les associés : au minimum 2 jusqu’à 100 maximum. Il peut s’agir de personnes physiques ou morales.

>> L’engagement financier : le montant du capital social est libre et est fixé par les associés en fonction de la taille, l’activité et les besoins en capitaux de la société. Il faut cependant qu’il soit cohérent avec les exigences économiques du projet. Il n’est pas exclu que la responsabilité personnelle du gérant et des associés soit engagée. Il est nécessaire de se faire accompagner d’un expert-comptable sur ce point. Les apports peuvent être réalisés en espèce ou en nature. A noter que les apports en espèces doivent être libérés d’au moins un cinquième de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde pourra être libéré dans les 5 ans.

>> Le capital peut être variable. Il doit être compris entre un minimum et un maximum fixé par les statuts. Cette option a pour principal avantage l’absence de formalisme pour les opérations d’augmentation ou de diminution du capital.

>> Cas particuliers : une SARL répondant aux critères suivants peut émettre des obligations nominatives : dans le cas où elle a établi les comptes des trois exercices approuvés par les associés et dans le cas où elle a nommé un commissaire aux comptes.

>> La responsabilité : dans le cas d’une association simple, la responsabilité est limitée aux apports, dans le cas d’une gérance, la responsabilité est engagée dans le cadre d’une faute de gestion et au pénal.

>> Fonctionnement : la société est dirigée par un ou plusieurs gérants personnes physiques obligatoirement nommés parmi les associés ou en dehors d’eux. Leur nomination et leurs pouvoirs sont fixés soit dans les statuts soit par un acte séparé. Ils se réunissent au minimum une fois par an en assemblée générale ordinaire (AGO). L’approbation des comptes annuels ainsi que les décisions ordinaires se prennent en assemblée générale à la majorité simple (50% + 1 voix). La minorité de blocage est donc de 50%.

Les décisions de modification des statuts se prennent en assemblée générale extraordinaire (AGE). La cession se passe en 2 temps et les décisions se prennent à la majorité des 2/3 des voix. La minorité de blocage est donc de 33% + 1 voix.

Cas particuliers : pour une SARL constituée de 2 associés égalitaires, en cas de désaccord entre les deux associés, la seule issue est souvent la dissolution judiciaire de la société.

>> Le régime fiscal : la SARL est soumise à l’impôt des sociétés. Le bénéfice fiscal est obtenu après la déduction de la rémunération du ou des dirigeants. Il est cependant possible d’opter pour l’impôt sur le revenu lorsque la société est constituée entre les membres d’une même famille.

>> Régime social des gérants :

Il n’est pas le même selon que l’on soit majoritaire ou minoritaire. Un gérant est majoritaire s’il détient (avec son conjoint et ses enfants mineurs) plus de 50% du capital de la société.

Le gérant majoritaire est rattaché aux caisses des travailleurs non-salariés (TNS).

Le gérant minoritaire : il est « assimilé-salarié » au regard de sa protection sociale (hors chômage). Sa rémunération en qualité de gérant bénéficie du régime de sécurité sociale et de retraite des salariés, mais pas de l’assurance chômage et des dispositions du droit du travail.

>> Régime fiscal des gérants : Quelle que soit leur situation, ils relèvent du même régime fiscal des salariés.

>> Transmission : en cas de cession des parts sociales à des tiers, le consentement des associés est obligatoire. Dans le cas d’une cession entre les associés ou un conjoint ou ascendant ou descendant, c’est totalement libre des associés. C’est sur ce point qu’il convient de vérifier les statuts et d’être vigilant.

Pour résumer sur les principaux avantages et inconvénients :

>> les plus : la responsabilité et limitée aux apports. La structure évolutive facilite le partenariat et le dirigeant à la possibilité d’voir la couverture sociale des salariés. Les charges sociales sont calculées uniquement sur la rémunération.

>> les moins : les frais et formalisme de constitution et de fonctionnement.

Le secteur du télémarketing et plus précisément les métiers du call center, correspondent aux numéros verts ou service d’accueil que de nombreuses entreprises mettent à disposition de leurs clients.

Présent dans les domaines traditionnels de la vente par correspondance par exemple, le secteur s’étend aujourd’hui aux milieux de la banque, de la finance, des assurances, des télécommunications ou même du tourisme. Faire appel à ces métiers exprime une stratégie commerciale visant à établir un contact privilégié avec le client grâce à un contact personnalisé.

Les calls center peuvent être internes à l’entreprise, mais dans les grandes entreprises sont la plupart du temps externalisé. En effet, cela permet de réduire les coûts et de bénéficier d’un service de pointe, de bénéficier d’une veille technologique et de garder le cœur de métier de son entreprise.

Il s’agit d’un marché porteur d’emplois puisque en 2011, on pouvait dénombrer 3500 centres d’appels en France totalisant 250 000 emplois. Ce secteur d’activités est en fort développement et offre de nombreuses perspectives d’emploi notamment en tant que chargé de clientèle, conseiller, standardiste, technicien ou manager. Les centres d’appels interviennent lors de toutes les étapes d’un processus commercial, c’est-à-dire de l’accueil des prospects (premier contact) à la gestion et au suivi client, ce dernier comprenant le service après-vente, le conseil technique, la mise en place de la prestation etc. Les calls center regroupent donc trois type de métiers : commercial, information client et suivi technique.

Autrefois considérés comme métiers d’appoints, ce secteur est aujourd’hui devenu un véritable choix de carrière offrant de nombreuses possibilités d’évolutions ou formant un tremplin vers les métiers du commerce. Depuis l’explosion de l’utilisation d’internet, les métiers du call center ce sont élargie au Web Call Center, permettant une communication pratique et rapide. Cette méthode permet d’assurer une relation interactive entre le client et un conseiller que l’on retrouve notamment dans le secteur de la téléphonie.

On voit souvent sur internet ou on entend que le prix d’un site peu aller du simple au triple si ce n’est pas dix fois le prix. Comment s’y retrouver et quels sont les différences ? C’est ce que véritablement nous allons aborder.

Qu’entend-on réellement par un site internet ?

Beaucoup de questions se posent mais avant celle du prix. Il faut se poser les bonnes questions et avant tout qu’est-ce que vous cherchez à accomplir avec un site internet ? une page, 5 pages ? un blog ? pour quoi ou pour quoi ?

Si vous voulez un site qui va simplement présenter votre activité, sans interaction pour vos visiteurs, alors un site vitrine est ce qu’il vous faut avec des images et des textes.

Si maintenant il s’agit de faire concorder des bases de données, d’intégrer une dynamique où le visiteur interagit et si vous souhaitez le personnaliser alors il vous faudra un site internet  avec plusieurs pages voir une boutique en ligne avec un moyen de paiement.

La question des mises à jour ?

Cette question est cruciale car elle doit être intégrée dans votre réflexion. Que se passe-t-il après la création ? en effet qui vas entretenir votre site et qui se chargera de le surveiller pour éviter tout problème ? Comment l’utiliser… toutes ces question sont nécessaires d’être traitées avec le web designer qui vous a créer le site et sous quels délais.

Cela peut effectivement être inclus dans le service clé en main du site internet  que vous choisissez de créer.

 Le référencement ou pas ?

En avez-vous besoin une fois le site internet crée ? Si vous avez l’intention de vendre à travers votre site, vous allez sûrement être en concurrence avec d’autres site marchands. Si votre activité est très localisée et spécialisée on vous trouvera de manière naturelle si le site est bien fait et avec du bon contenu.

Encore une fois il faut garder cette question à l’esprit pour votre devis de site internet .

 Les prix : quelles sont les différences ?

Vous allez constater des différences de prix considérables pour faire réaliser votre site internet . En fait il y a des raisons économiques somme toute logique. Si vous faites appel à une agence web, le prix sera plus élevé puisqu’on a une entreprise derrière avec plusieurs employés et des charges élevées. Si vous faites appel à un freelance celui-ci sera plus abordable mais il faut alors s’assurer du sérieux et du suivi que propose l’individu. Si celui-ci disparait en milieu de parcours ça peut poser problème.

Ce qui rentre de manière conséquente dans le tarif d’un site internet , c’est sa personnalisation. Beaucoup de web designers utilisent des modèles pour réaliser des site . C’est tout à fait acceptable dans la mesure où on peut à partir d’un seul modèle réaliser des site complètement différents.

Enfin il y a des à-côtés importants qui doivent figurer sur votre devis de site internet : Nom de domaine, hébergement, adresses emails. Qu’est ce qui est inclus et pour combien de temps?

Dans tous les cas vous devrez faire jouer la concurrence en demandant des devis et en faisant varier les offres de création de site internet pour votre service.

Afin de trouver de nouveaux clients, les professionnels du bâtiment se tournent aujourd’hui vers les appels d’offres sur les marchés privés.

Pour le particulier comment et où déposer son annonce ? Pour le professionnel, où trouver ces annonces ?

Le marché des travaux est devenu aux fils des années un marché de plus en plus concurrentiel. L’artisan, dans son univers quotidien, n’a pas le temps d’aller prospecter de nouveaux clients. La majorité fonctionne grâce au bouche à oreille, ou grâce à des plateformes d’intermédiation référencée sur l’Internet. Le site www.fizeo.fr est une plateforme d’intermédiation, et permet cela. Le service FIZEO permet de mettre en relation un demandeur (particulier ou professionnel) avec 3 professionnels.

Le demandeur n’a plus qu’à attendre l’appel des professionnels, le professionnel n’a plus qu’à prendre contact avec l’internaute, prendre RDV et élaborer son devis. Attention professionnels, votre travail ne s’arrête pas là, la seconde phase, qui n’est pas des moindres, est la relance afin de finaliser votre vente.

On pourrait se demander si tous les secteurs d’activités sont concernés : la réponse est oui. Que vous ayez un besoin en Habitat pour tout ce qui construction, rénovation, chauffage, aménagement extérieur, travaux de peinture etc ; en Finance pour tout ce qui étude en défiscalisation ou même en rachat de crédit ; les professionnels sont eux aussi concernés : externalisation de la comptabilité, création de site internet ou encore système de sécurité pour vos locaux commerciaux… N’hésitez plus, demandez votre étude sur www.fizeo.fr

Pour trouver de nouveaux clients dans le bâtiment ce n’est pas toujours facile. Les artisans et auto entrepreneurs dans les travaux le savent bien. La crise en est pour beaucoup bien que la tendance aux travaux de rénovation est de plus en plus forte.

Il existe de nombreux moyens qui permettent de trouver de nouveaux chantiers et donc de faire prospérer votre affaire. Voici les différentes méthodes :

>> le réseau : c’est le premier des moyens et c’est le moins cher puisqu’il vous suffit de faire marcher le bouche à oreille. Comptez sur tous les prescripteurs existants : les autres professionnels du bâtiment intervenant sur le même chantier que vous, vos clients et autres apporteurs d’affaires qui sont menés à exister sur un projet. Vous pouvez élargir ce réseau aux agences immobilières et services d’aides à domicile pour vous faire connaître.

>> les entreprises du bâtiment : contacter les particuliers n’est pas toujours facile après une journée de travail et n’est pas donné à tout le monde. Faites vous connaître auprès des entreprises du bâtiment qui pourraient être intéressées par vos services en sous traitance. Elles vous apporteront des contrat de manière régulière lorsqu’il s’agit de construction de maisons ou appartements.

>> les permis de construire : vous pouvez vous renseigner auprès de votre mairie pour recevoir les derniers permis de construire et les coordonnées des propriétaires afin de les contacter pour proposer vos services.

>> la publicité : en tant que professionnel local, c’est dans votre environnement que vous devez vous faire connaître. Utiliser la publication de prospectus a distribuer dans les boîtes aux lettres et déposez des petites annonces à différent endroits de passage (mairie, commerces…)

>> internet : soyez présent sur internet ! il existe différentes manières d’y parvenir : créer un site web ou une page web pour vous faire connaître. Vous pouvez également vous faire connaître en utilisant les services de fizeo.fr qui vous permettra de recevoir directement des contacts qualifiés pour trouver des chantiers proches de chez vous ou encore s’inscrire gratuitement à l’annuaire des professionnels sur le site.

Avec ces différentes méthodes, vous n’aurez plus à vous demander comment trouver de nouveaux chantiers et il faudra surtout savoir bien gérer son planning ! N’oubliez pas de proposer des tarifs compétitifs et un service de qualité pour garder vos clients.

Le coworking, littéralement « travail coopératif » ou « cotravail » rassemble deux idées : un lieu de travail partagé et un réseau d’échange entre professionnels.

Le premier coworking a vu le jour à Paris en 2008, et depuis, ces lieux de travail se développent sur tout le territoire en regroupant près de 200 à travers la France spécialement dans les grandes villes.

Pourquoi un tel développement ?

Avec le déploiement des travailleurs indépendants, un marché s’est créé.

Le coworking est plus qu’un espace de travail partagé, il permet aux professionnels d’échanger avec d’autres. Cela permet grâce à la coopération de chacun de développer la créativité, d’échanger sur des sujets communs et de dynamiser le travail de tous.

Il répond également à la problématique de coût, en effet, cela permet de limiter les dépenses immobilières : économie de temps, gestion, pas de bails à payer etc…

Quels avantages pour les entreprises proposant du coworking ?

- Réponse à un besoin : pour les indépendants n’ayant pas de bureau et désireux d’avoir un lieu de travail
- Optimisation d’un espace non utilisé
- Dynamisation de l’entreprise, création d’une communauté favorisant l’échange et la collaboration