Archives par catégories : Habitat

Fotolia_11877654_XS

 

Principe de l’éco-Prêt à Taux Zéro 2016

L’éco-prêt à taux zéro a été instauré par la loi des finances en 2009. Ce prêt consiste à encourager les propriétaires, occupants ou bailleurs d’anciens logements construits avant 1990 et utilisés comme résidence principale, à faire des travaux d’amélioration de la performance énergétique. Ils doivent effectuer un bouquet de travaux éligibles afin d’y accéder. Ce prêt est accessible sans conditions de ressources.

Spécificités de l’Eco Ptz 2016 :

Les améliorations apportées au logement doivent comprendre un bouquet de travaux, ou bien atteindre un niveau de performance énergétique globale variable selon le logement et sa localisation géographique. Les travaux d’économies d’énergie doivent être conformes aux normes techniques, et le particulier doit faire appel à un artisan ou bien à une entreprise du bâtiment qui détient la certification RGE (Reconnu garant de l’environnement) pour les effectuer.

Travaux concernés par l’Eco Ptz 2016

Travaux d’isolation thermique des toitures

Travaux d’isolation thermique des murs donnant sur l’extérieur

Travaux d’isolation thermique des parois et portes donnant sur l’extérieur.

Travaux d’installation, régulation ou remplacement de systèmes de chauffage, associés ou non à des systèmes de ventilation économiques et performants, ou de production d’eau chaude sanitaire,

Travaux d’installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

Travaux en faveur d’un niveau de performance énergétique, validée par un bureau d’étude thermique pouvant atteindre 150 kWh/m2/An. Il faut que les logements soient achevés depuis le 1er janvier 1948.

Travaux d’assainissement non collectif si le dispositif ne consomme pas d’énergie.

La qualification RGE Obligatoire

Il est impératif que vous puissiez valider auprès des professionnels qu’ils soient détenteurs du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Cette obligation est en vigueur depuis le 1er Septembre 2014C pour la Métropole et depuis le Octobre 2015 pour L’Outre Mer. Sans quoi, vous ne pourrez prétendre à bénéficier de l’éco PTZ 2016.

Pour en savoir plus sur les qualifications et certifications RGE que nécessitent certains travaux de rénovation dans l’habitat, vous pouvez obtenir des informations précises auprès de l’Ademe

Quel Montant à emprunter pour le  prêt à Taux Zéro 2016 :

La valeur du prêt peut aller jusqu’à 20.000€ pour un bouquet de deux travaux, et il est plafonné à 30.000€ pour un bouquet de trois travaux ou plus. La durée de remboursement est fixée à 10 ans, mais elle est extensible à 15 ans pour certains travaux. C’est une banque qui a signé au préalable une convention avec l’état qui doit accorder le prêt sous forme d’une avance remboursable sans intérêt. L’emprunteur devra joindre à sa demande un formulaire de devis pré écrit et disponible sur le site du ministère de l’écologie.

Lors de la confirmation du prêt, une durée de deux ans de réalisation de travaux est accordée. Le prêt ne peut être accordé qu’une seule fois par loyer.

Evolutions notables pour 2016 :

-       L’éco-prêt à taux zéro est prolongé jusqu’au 31 décembre 2018

-       Création d’un micro-crédit à taux zéro pour les ménages modestes aidés par l’ANAH (Agence nationale de l’habitat)

-       L’éco-prêt à taux zéro est inclut dans l’offre globale de prêt lors de l’achat d’un bien, avant un devis de rénovation

Vous pouvez gratuitement déposer vos devis travaux dans le cadre de votre prêt Eco PTZ 2016 à taux 0.

Qu’est-ce que le crédit d’impôt travaux ?

Le crédit d’impôt Travaux 2016, pour la transition énergétique (CITE), anciennement appelé Crédit d’impôt développement durable (CIDD), est une aide accordée par l’Etat, sous forme de réduction fiscale. Il s’adresse aux particuliers qui réalisent des travaux de rénovation énergétique afin de réduire leur consommation énergétique. Le projet de la loi de Finances a prolongé l’octroi de cet avantage fiscal d’un an, soit jusqu’au 31 décembre 2016.

 

crédit d'impôts travaux 2016

 

Le CITE est donc une incitation fiscale qui a pour but d’alléger les travaux d’économies d’énergies afin que les ménages français aient une meilleure performance énergétique. L’objectif étant que la France devienne la nation de l’excellence environnementale. L’état a fixé cet avantage à un taux de 30% du montant des travaux et il représente environ 1,4 milliard d’euros annuels.

Le plafond de dépenses éligibles au crédit d’impôt dépend du nombre d’individu du foyer fiscal. Il est plafonné à 8000 euros pour une personne célibataire, divorcé ou veuf, à 16 000 euros pour un couple marié ou pacsé et le plafond augmente de 400 euros supplémentaires pour chaque personne à charge (200 euros si garde alternée).

 

Quelles conditions pour obtenir le crédit d’impôts travaux 2016 ?

Pour bénéficier de cette aide, les travaux doivent être effectués dans la résidence principale du contribuable, achevée depuis plus de 2 ans, qu’ils soient propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit. Depuis 2014, les propriétaires-bailleurs ne peuvent plus accéder à cette avantage.

De plus, les futurs bénéficiaires doivent exercer une activité professionnelle en France.

Enfin,il faut bien noter que le mode d’installation et les caractéristiques techniques des appareils utilisés doivent obéir à des conditions d’éligibilité. Lors de la réalisation des travaux, il faut faire appel à un professionnel qui a la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Cette mention a été créé par l’ADEME et l’Etat pour certifier le respect de critères de qualité comme le savoir-faire et le respect de l’environnement. Les équipements doivent être vendus et installés par la même société.

 

Quels types de travaux pour obtenir le crédit d’impôts 2016 ?

La liste des travaux éligibles concerne entre autre :

  • Les équipements fonctionnant avec une énergie renouvelable (les pompes à chaleur thermodynamique et géothermique…)
  • L’isolation thermique (volets isolants, isolation des parois opaques…)
  • Les appareils de chauffage (chaudière à condensation…)
  • Et d’autres travaux tels que l’équipement de raccordement à un réseau de chaleur.

Cette liste a été étendue à plusieurs types de matériels comme les bornes de recharge de véhicules électriques et les compteurs individualisant les frais de chauffage ou d’eau chaude sanitaire dans les copropriétés.

Attention, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes, les équipements utilisant de l’énergie radiative ainsi que les équipements mixtes (combinant un équipement éligible et un autre non) ne sont plus éligibles à cet avantage.

 

Rénovez votre logement grâce à cette aide

A l’heure où l’air des panneaux solaires ou photovoltaïques sont en berne, l’aérovoltaïque se développe et innove sur le solaire !

On n’arrête pas avec les nouvelles technologies et même dans le domaine des énergies renouvelables chaque année à sa mode. Comprendre comment ça fonctionne et a qui est-ce destiné c’est l’objet de cet article !

Comment ça marche ?

Le R-Volt, c’est son autre nom plus commercial, est un système qui valorise les deux faces des panneaux solaires. D’un côté, l’électricité photovoltaïque est produite. Cela permet donc de l’utiliser ou de la revendre partiellement ou en totalité en fonction de sa volonté. Et de l’autre côté, l’air extérieur est aspiré sous les capteurs aérovoltaïques afin d’être exploité pour le confort de l’habitat (en refroidissant l’air l’été et en chauffant l’hiver).

Grossièrement il s’agit d’un mix entre une pompe à chaleur et des panneaux solaires. L’objectif es d’allier confort et énergie en un même dispositif.

L’électricité photovoltaïque est produite à haut rendement et une gaine innovante collecte l’air chaud habituellement perdu avant de le diriger vers un module de ventilation. C’est le R-VOLT. Il centralise tous les flux d’air pour les restituer sous forme de chauffage ou de climatisation. Un système d’assainissement est également opérant pour garantir confort dans l’habitat.

La diffusion se fait par un système de bouches d’insufflation qui sont intégrées esthétiquement dans votre l’habitat afin d’attendre tout le confort dans une maison. Ce système intelligent est doté d’un chauffage central avec thermostat digital pour garantir la température idéale pour votre intérieur. Ainsi ce système permettra également de faire des économies d’énergies.

Plus l’installation du système concerne une grande superficie plus le système sera rentable.

Par exemple, le R-volt assure jusqu’à 50% de la couverture des besoins en chauffage pour une maison de 120m2 et peut produire jusqu’à 4000 Kwh d’électricité soit la possibilité de revendre pour 1500€ par an à EDF en électricité.

Un installation simple peut représenter au moins 13000€ HT pose comprise.

Poseur installateur de menuiseries, fermetures et équipements c’est un métier. Menuiseries Bois, PVC, ou Aluminium sont destinées à la protection des bâtiments, à se préserver des intempéries, permet une protection acoustique mais également anti intrusion lors des constructions.

Dans un monde où chacun peut se considérer artisan menuisier, il existe depuis 2009 une certification permettant de garantir les capacités du professionnel : La certification Pose de menuiseries extérieurs ou alors des Formations diplômantes à l’AFPA.

CERTIFICATION POSE DE MENUISERIES EXTERIEURS

Cette certification est une initiative de l’Union des Fabricants de Menuiseries Extérieures (UFME) en collaboration avec Bureau Veritas Certification. Le but est d’assurer l’activité de pose. IL existe un référentiel de certification.

Comment obtenir cette certification ?

  1. Prendre contact avec Bureau Veritas Certification
  2. Remplir le dossier de recevabilité – Si conforme aux niveaux des éléments, alors se déclenche un audit de certification
    • Engagement relatif à l’organisation
    • Evaluation des compétences de l’équipe de pose

Suite à cet audit et la levée des non conformités qu’il pouvait éventuellement avoir, la certification est valable pour une durée de 3 ans. Tous les ans, un audit de suivi est réalisé. Il est recensé à date, environ 60 entreprises certifiées.

Que contient la formation ?

Attention, la formation ne permet pas d’obtenir la certification, mais elle aide les entreprises postulantes à être raccord avec le référentiel.

La formation se déroule sur 2 jours et comprend : une partie sur l’organisation de l’entreprise et une partie pratique sur chantier.

Quel est l’intérêt de cette certification pour les installateurs ?

Le marché de la pose de menuiseries est en pleine augmentation. Il est donc difficile pour le particulier de déterminer quel professionnel pourra lui fournir un travail de qualité. Le marché étant très concurrentiel, la certification marque la différence : gage de qualité et de savoir-faire.

FORMATION DIPLOMANTE POSEUR INSTALLATEUR DE MENUISERIES, FERMETURES ET EQUIPEMENTS

Cette formation d’une durée de 7 mois environ se compose en 4 modules + 3 périodes en entreprises :

  1. Intégration. Accueil, présentation
  2. Module 1. Poser des menuiseries extérieurs et des bardages bois
  3. Présence en entreprise
  4. Module 2. Poser des fermetures extérieurs et protections solaires
  5. Présence en entreprise
  6. Module 3. Poser des éléments de protection
  7. Module 4. Poser des terrasses en bois
  8. Présence en entreprise
  9. Session de validation

Qu’elle matière ? Qu’elle couleur ? Sur quel mur ? Dans qu’elle pièce ? Quand on se décide à peindre notre intérieur plusieurs questions sont à se poser.

Il existe 4 types de peinture : satinée, mate, acrylique ou glycérophtalique.

Peinture satinée : c’est la peinture la plus souvent utilisée car elle est plus facile d’application, elle peut être lavée et lessivé, très peu odorante, elle peut donc convenir à toutes les pièces de votre maison.

Peinture mate : c’est la peinture tendance du moment. Cette peinture est généralement utilisée pour couvrir les imperfections de vos murs, attention elle est réservée aux pièces calmes. Cette peinture peut être lavée mais pas lessivable, convient donc pour les plafonds, les chambres d’adultes.

Peinture acrylique : c’est la peinture la plus facile à manier, se dilue dans l’eau, s’applique facilement, sèche rapidement, dégage peu d’odeur car contient peu de solvants. Elle convient à toutes les pièces de votre maison et les couleurs sont indélébiles (ne terni pas avec le temps).

Peinture glycérophtalique : en vogue pendant longtemps elle laisse aujourd’hui peu à peu sa place à la peinture acrylique. En effet, cette peinte à base d’huile possède les mêmes avantages que la peinture acrylique mais possède des solvants non lavables à l’eau et qui donc nécessite d’autres solvants qui sont nuisibles à l’environnement. Idéal pour les pièces humides ou en extérieur mais à éviter dans les chambres car les solvants dégagent de fortes odeurs pendant un certain temps.

Après avoir choisi quel type de peinture vous souhaitez, il faut choisir le/les coloris. Le choix dépendra également de la pièce concernée. Difficile de choisir pour les non professionnels, c’est pourquoi de nombreux simulateur en ligne sont à votre disposition. Ils sont assez simples d’utilisation : prenez votre photo numérique, vous n’avez plus qu’à jouer avec la palette de couleur qui vous ait proposé. Du sol au plafond vous réussirez à trouver l’harmonie qui conviendra à votre intérieur.

Trop compliqué pour vous ? Ou besoin d’un expert pour le choix et la pose finale ? Venez sur notre site internet www.fizeo.fr et demandez votre devis. 3 professionnels de la peinture vous rappellent et vous guideront dans vos choix.

Le prix d’une fenêtre est différent selon le matériau choisi, la qualité du vitrage et également de la dimension. Il faut également prendre en compte le coût de la pose qui s’ajoute à votre devis final.

Le devis sur une habitation déjà existante sera forcément plus élevé : le sur-mesure étant plus chère que le standard.

Pour des dimensions courantes (h. 140 x l. 115 cm), les tarifs hors pose débutent à 250 € pour le PVC, 300 € pour le bois, 400 € pour l’aluminium.

Il faut par ailleurs compter de 150 à 300 € de main-d’œuvre par fenêtre.

Le prix des fenêtres va également varier selon le système d’ouverture :

  • Fenêtre : entre 400 et 800€
  • Baie vitrée : entre 600 et 1 200€
  • Porte-fenêtre : entre 500 et 1 000€
  • Porte d’entrée : entre 300 et 1 500€

Afin de connaitre le coût exact, il est indispensable de réaliser une demande de devis en Fenêtre.

A savoir :

Crédit impôt 18% : Il s’applique sur un bouquet de travaux à réaliser. Pour les fenêtres et c’est une particularité, un bouquet de 2 travaux simultanés est exigé pour bénéficier du crédit d’impôt de 18%.

Eco-prêt à taux 0 : Les portes et les fenêtres peuvent parfois être prise en compte dans le geste écologique. Renseignez-vous directement auprès d’un professionnel.

TVA à 7% : Cette TVA s’applique seulement si vous faites poser votre fenêtre par un professionnel. A ce moment-là, elle s’appliquera sur l’achat du matériel (les volets peuvent être inclus) et la pose du matériel.

www.fizeo.fr vous permet de faire des demandes de devis, alors n’hésitez plus. Vous pourrez, grâce à notre service, comparer les offres de plusieurs professionnels du métier de la menuiserie.

Il est assez difficile de pouvoir estimer les prix d’une pompe à chaleur car il dépend de plusieurs paramètres qui vont être pris en compte.

Tout d’abord il faudra bien prendre en compte dans l’installation que le coût de la main d’œuvre peut varier en fonction des sociétés vers qui vous vous tourner pour faire la prestation.

Le prix d’une pompe à chaleur est variable en fonction de la surface du logement (le nombre de m2 à chauffer), le type de pompe à chaleur et sa performance.

Les pompes à chaleur les moins chères sont les Air/Air ou Air/Eau (6000 à 9000€ TTC) et les pompes à chaleur Eau/Eau peuvent atteindre jusqu’à 20000€.

Néanmoins il convient de comparer ces tarifs à la surface à chauffer. Par exemple, pour une PAC air/air compter entre 50 et 80€ du m2 chauffé alors que pour une PAC eau/eau comptez 100 à 185€ du m2 chauffé.

De manière générale vous pouvez estimer que pour 100m2 il vous en coûtera entre 5000 et 18500 euros. Pour connaître au plus juste, le coût d’une installation, il est indispensable de réaliser une demande de devis en pompe à chaleur.

Le coût de fonctionnement d’une pompe à chaleur est un autre indicateur à prendre en compte dans le choix de l’installation. Il dépend de la performance de votre pompe à chaleur et de sa capacité à générer du chaud comme du froid en fonction des situations. De manière générale, ce coût est estimé entre 2€ et 4€ par m2 chauffé par an.

Enfin, l’entretien d’une pompe à chaleur est un budget à intégrer dans votre projet car il représente tout de même 100€ à 400€ pour avoir un dispositif toujours en parfait état de marche. Il convient généralement de négocier cette prestation avec l’installateur afin d’assurer la prestation de A à Z.

Méfiez-vous des installateurs qui ne souhaitent pas fournir la prestation d’entretien ou qui ne vous donnent pas de nouvelles c’est mauvais signe généralement.

Une demande de devis pour une pompe à chaleur est recommandée afin de faire jouer la concurrence.

Né au début des années 2000 outre Atlantique, la mini-maison est un vrai mini habitat qui a pris son envol à la suite de l’ouragan Katrina en 2005 et à la crise immobilière de 2008. La tiny house permet de répondre à 2 problématiques :

  • Offrir un logement pour les propriétaires ayant perdu leur maison lors de la crise financière américaine
  • Diminuer son impact sur la nature et la vie sur terre

Le petit habitat est devenu une vraie tendance chez nos voisins les Américains.

Et en France ?

En Juin 2013, la première « Petite maison à roulette » a vu le jour en Normandie. Entre roulotte et cabane, faut-il un permis de conduire ou un permis de construire ?!

7 Raisons d’acheter une mini maison, ou « Tiny House » :

  •  Réduction de l’endettement au minimum
  •  Coût de chauffage minime
  •  Solution très écologique
  •  Base confortable pour de l’auto construction
  •  Permet d’accueillir facilement d’autres personnes
  •  Construction possible sur un minimum de surface
  •  Cela peut servir en cas de catastrophe naturelle

Quelles sont les obligations légales ?

  • Pas besoin de permis de construire si l’habitation ne dépasse pas 20m² et que l’on dispose d’un bâti existant.
  • Une déclaration de travaux à la mairie est nécessaire.
  • Etant un habitat mobile, la largeur maximale de la charge transportée par la remorque ne peut excéder 2.55m hors tout.
  • Le poids maximum d’une remorque en charge est de 3,5tonnes. Le poids de la mini-maison ne pourra donc pas dépasser 3,5t moins le mois de la remorque.
  • Nécessité d’avoir le permis BE : possibilité de tracter une remorque de plus de 750kilos
  • Carte grise et assurance : identique à celle d’une remorque en mode nomade, il est préférable d’avoir une assurance habitation en mode stationnaire.

Pour conclure, effet de mode ou réelle habitation, le choix de la tiny house ne tient qu’à vous : mobile, écologique, économique !

Renseignez-vous auprès de nos partenaires artisans FIZEO sur notre site : www.fizeo.fr

Se lancer dans une construction de maison n’est pas toujours facile : le choix du terrain, le choix des matériaux, le choix des artisans… Il faut faire attention.

Après avoir finalisé les grandes lignes de votre projet, il est important de suivre la construction de votre maison tout au long du chantier. N’hésitez pas à visiter votre future habitation ! En vous rendant sur place, vous vous assurerez de la conformité des travaux, veillerez aux anomalies et permettrez ainsi d’être plus réactif sur la correction du problème.

Comprendre comment construire une maison :

Le piquetage : Etablir précisément les limites du terrain à l’aide de piquets ou de repères. L’accompagnement d’un géomètre est parfois nécessaire.

Le terrassement : Préparation du terrain à la construction.

Le drainage : Il s’agit d’évacuer l’eau du sol, c’est une opération d’assainissement afin de prévenir tous risques d’infiltration, d’humidité et de condensation.

Les fondations : C’est la base de votre future maison, une répartition des poids sur le sol pour éviter tout affaissement.

Le soubassement : Reposant sur les fondations, il sert de base de support aux parties supérieures de la construction.

Le dallage : Action de revêtir le sol avec des dalles qui peuvent être béton, pierre ou marbre.

Les murs, portes et fenêtres : Rôle primordiale du maçon pour cette partie. En charge des gros œuvres, c’est lui qui va installer les menuiseries extérieures et également les menuiseries intérieures en faisant attention aux murs porteurs.

La charpente et la couverture : Ici interviennent ensuite le couvreur et le charpentier. Ce dernier aura construit en amont la charpente sur plan et le couvreur pourra ainsi ensuite y poser les tuiles, ardoises… Et les gouttières !

La mise hors d’eau et hors d’air : La maison a des fenêtres/baies extérieures installés et achevés, les travaux de couvertures et d’étanchéités également. Votre maison est mise hors d’eau et hors d’air.

Le revêtement extérieur : Faites-vous plaisir, Crépi, bois, pierre… Soyez toutefois attentif aux réglementations de votre commune et de prendre en considération vos contraintes d’isolation.

L’isolation : Isolation par l’intérieur, isolation par l’extérieur, isolation répartie, isolation de vos parois vitrées, tout est possible. A vous de choisir.

Le cloisonnement : Maintenant vient le temps de poser vos cloisons intérieures. L’isolation phonique et acoustique qui doit réduire la propagation des nuisances sonores est obligatoire depuis l’arrêté du 30 Juin 1999 afin de lutter contre les nuisances extérieures.

Les équipements et revêtements intérieurs : Vous pouvez désormais poser les différents revêtements des sols et des murs. Peintre et carreleur interviennent selon vos envies à l’intérieur (tapisseries, carrelage…) comme à l’extérieur (peinture, décoration murale…). Le plombier-chauffagiste intervient dans la construction de votre maison pour les canalisations d’eau et de gaz, installe le chauffe-eau, les radiateurs. L’électricien finalise l’installation d’un réseau électrique respectant des normes de sécurité.

Les finitions : A vôtre tour d’intervenir, les dernières retouches aux peintures, l’aménagement de votre jardin, la création d’une terrasse extérieure, la mise en place d’un système d’éclairage extérieur…

Notre site www.fizeo.fr vous permet d’avoir des devis comparatifs sur chaque métier : terrassement, dallage, menuiseries, isolation, chauffage… Ou alors une solution complète en construction de maison.

En cas de vente d’un bien immobilier, de nombreux diagnostics techniques sont devenus obligatoires. Vous devrez faire appel à des entreprises spécialisées et certifiées par un organisme accrédité. Il est utile de préciser qu’un diagnostiqueur peut réaliser l’ensemble des diagnostics, ce qui vous fera réaliser des économies non négligeables de temps et d’argent.

Voici un tour d’horizon des diagnostics les plus courants :

-       Amiante : le contrôle se fait dans les immeubles d’habitation construits avant le 1er janvier 1997

-       Plomb : ce risque concerne les immeubles construits avant le 1er janvier 1949. Le contrôle va concerner les parties privées habitables.

-       performance énergétique (DPE) : ce contrôle est obligatoire pour toute vente ou location d’un bien immobilier, la durée de validité du diagnostic est de 10 ans.

-       termite : la durée de validité de ce diagnostic est de 3 mois, et ne s’applique que dans certaines zones signalées par un arrêté préfectoral.

-       gaz : ce diagnostic permet de contrôler la conformité des installations, si elles ont été réalisées depuis plus de 15 ans

-       électricité : on applique les mêmes règles que pour le contrôle du gaz naturel

-       risques naturels et technologiques : ce diagnostic vous informe sur les risques tels que séisme, inondation, feu de forêt, avalanche, effet thermique ou toxique. Ce diagnostic est obligatoire depuis 2006 pour toute vente ou location d’un bien immobilier.

-       loi Carrez : ce diagnostic garantit la surface d’un logement, il est obligatoire pour toute surface supérieure à 8 m2.