Jeune conducteur malussé : quelle solution assurance auto ?

Le jeune conducteur est celui qui a un permis de conduire obtenu moins de 3 ans avant la souscription de l’assurance voiture ; c’est aussi toute personne qui n’a pas souscrit d’assurance voiture durant les 3 années précédant la souscription. Le jeune conducteur (tout court) fait partie des assurés à risque, entre autres en raison de l’inexpérience routière, de la vitesse, de l’alcool ou de la drogue. Que se passe-t-il quand ces raisons se concrétisent dans les faits ? Comment réagissent les assureurs face aux jeunes conducteurs cumulant les sinistres responsables ?

Le jeune conducteur malussé n’est pas un paria de l’assurance auto

Déjà, les assureurs qui résilient les contrats de jeunes conducteurs collectionnant les sinistres responsables ne représentent qu’une infime minorité du milieu de l’assurance voiture. En cas de récurrence des accidents responsables, deux cas de figure peuvent se présenter :

  • L’assureur ne résilie pas le contrat d’assurance jeune conducteur, mais la baisse progressive de la surprime n’est plus qu’un un mirage pour l’assuré ;
  • L’assureur propose une modification des termes du contrat, plus précisément une augmentation du montant de la prime d’assurance, en plus du maintien de la surprime.

Il y a une issue moins coûteuse pour le jeune conducteur malussé

De plus en plus d’assureurs se spécialisent pour la couverture de conducteurs à risque : mauvais payeurs, malussés, alcoolémie, jeunes conducteurs… Google est leur premier terrain de prédilection. On peut même se permettre de faire une simulation devis assurance auto sur le site d’un assureur en ligne spécialisé dans la couverture d’assurés à risque. Mais il faut toujours garder la tête sur les épaules : la facture est toujours salée.

On peut quand même faire en sorte que la facture d’assurance auto jeune conducteur ne ruine pas trop ; voici quelques options envisageables :

  • Le jeune conducteur malussé opte pour une voiture de plus de 5 ans, de faible puissance : ça marche à tous les coups ;
  • Le jeune conducteur limite la souscription de garanties facultatives au strict nécessaire (la garantie tous accidents, en priorité) ;
  • Ou encore, l’on se résout purement et simplement à la seule garantie responsabilité civile ;
  • L’assurance voiture au kilomètre, malgré les contraintes qui vont avec (interdiction de conduire la nuit, entre autres), est financièrement avantageuse : si l’assuré respecte le quota de kilométrage annuel ou mensuel, il bénéficie de tarifs préférentiels…

Comments are closed.

Navigation article