Archives par catégories : Place Aux Pros

La décennale est une assurance qui s’adresse à ceux qui exercent un métier qui engage des risques de désordres. Ces désordres peuvent être causés par des malfaçons. En plus précis, sont obligés d’y souscrire les entrepreneurs œuvrant dans la conception de matériel ou de matériaux destinés à la fabrication ou l’équipement, la promotion immobilière, l’architecture et surtout les entreprises de construction.

Assurance décennale : obligation ou nécessité ?

Elle est obligatoire pour toute entreprise de construction intervenant en France. Elle sous-entend que si vous avez créé votre entreprise dans ce domaine, c’est que vous êtes compétent en la matière. Vous êtes alors tenu d’assumer la responsabilité de tous vos travaux pour une durée de 10 ans après leur réception. Il est à noter que les sous-traitants ne sont pas concernés mais sont conseillés de le faire.

En général, une entreprise nouvellement créée sous-traite. Si c’est le cas, elle est responsable envers son donneur d’ordre et aussi du maître d’ouvrage. Elle a donc intérêt à souscrire à une assurance décennale. D’ailleurs, dans la plupart des cas, c’est la seule alternative à être assurée.

Repérer où souscrire au moment de la création d’entreprise

Voici quelques détails à vérifier avant de fixer son choix sur un assureur :

-          les risques que peut couvrir l’assurance ;

-          le montant pour chaque couverture ;

-          les garanties optionnelles ;

-          la valeur des franchises ;

-          les exclusions.

En détaillé, l’assurance de responsabilité décennale peut payer les réparations auxquelles l’entreprise est engagée si cela est réclamé par le client et que les désordres sont d’un certain degré de gravité. Ces désordres sont déclarés graves et peuvent être couverts s’ils compromettent la robustesse de la construction, si les éléments d’équipement en rapport avec la structure du bâtiment sont défectueux, ou si l’ouvrage ne peut pas assurer le rôle qui lui est destiné. Sont concernés les dommages matériels sans distinction des causes, du moment où ils résultent de vices cachés lors de la réception et qui sont par la suite déclarés dans les dix années qui suivent cette réception.

Il est important de s’assurer que les valeurs des garanties sont bien adéquates aux risques que vous courez, et selon l’envergure de votre chantier. Sachez que la loi ne restreint en aucune manière le montant des garanties. Autrement dit, la compagnie d’assurance doit régler la totalité des travaux de réparation de l’ouvrage affecté du désordre. Elle a toutefois le droit de prévoir un seuil plafond quant au coût de votre chantier, selon son envergure.

La franchise est systématique dans la garantie décennale. La partie de risque indiquée par la franchise n’est pas assurée. Le paiement de cette portion d’indemnité dont la valeur a été fixée par contrat sera donc à la charge de l’entrepreneur. Il est interdit d’opposer cette franchise au propriétaire de l’ouvrage. D’ailleurs, l’assureur de l’entreprise indemnisera la victime sans déduire aucune franchise et il demandera à cette dernière de la lui rembourser.

Créateurs d’entreprise, une fois le choix de votre assureur fixé, vous avez à souscrire un contrat d’assurance décennale et de responsabilité civile avant d’ouvrir votre premier chantier.

La téléphonie sur IP (Internet Protocol) est un mode de communication qui utilise le protocole de télécommunications crée pour internet. Il s’agit d’une numérisation de la voix, qui est ensuite transmise comme les autres données. Elle peut utiliser des réseaux privés ou d’Internet, filaire ou non, pour établir des communications téléphoniques.

A l’heure du développement croissant d’Internet, la téléphonie reste un outil indispensable de communication pour toutes les sociétés. La téléphonie sur IP connaît une énorme progression depuis quelques années, car la qualité des échanges via cet outil est équivalente à celle du réseau classique (RTC). De plus, elle permet de mettre en place des applications pour optimiser la communication téléphonique de l’entreprise.

La téléphonie sur IP permet de mettre en place un protocole unique pour gérer la téléphonie et l’informatique, faisant par conséquent baisser le coût de revient des appels émis par l’entreprise. En effet, utiliser Internet coûte moins cher pour passer des appels. Elle permet d’augmenter le nombre de services en standard, comme la traçabilité des communications (une base de données enregistre les informations des appels entrants et sortants), la messagerie unifiée (tous les messages téléphoniques sont centralisés sur une messagerie électronique), la possibilité d’utiliser les téléphones portables sur le réseau de téléphone intrinsèque à l’entreprise, et la gestion facilitée du serveur vocal par un logiciel dédié.

De plus en plus de sociétés proposent aujourd’hui la mise en place de ce système, le site internet www.fizeo.fr vous permet d’entrer en contact avec les professionnels agrées proposant le système de téléphone IP le mieux adapté à vos besoins.

Avant de se lancer il est important de se renseigner sur les bonnes pratiques recommandées par l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Informations (ANSSI). En effet, qui dit parc informatique dernier cri, dit aussi risques de piratage, d’espionnage industriel et d’autres désagréments liés à une activité très informatisée. Vous trouverez sur le site internet ANSSI toutes les précautions à prendre pour installer un système de téléphonie IP dans votre structure avec un minimum de risques.

En adoptant ce système de téléphonie, vous ferez non seulement baisser le prix de vos communications, mais vous optimiserez aussi fortement votre force de contact en diversifiant les services proposés par vos centres d’appels. Vous garderez les atouts de la téléphonie classique (contact direct, efficacité, relationnel) en les combinant à l’énorme potentiel de l’informatique, plus rapide, plus souple et plus productif.

L’assurance construction dommage ouvrage dégage plusieurs interrogations : Est-ce obligatoire ? À quoi ça sert ? Quand souscrire ? A quel moment prend-elle effet ? A quel moment s’expire-t-elle ?

Toute personne construisant (ou faisant construire) sa maison ou fait (ou fait faire) de gros travaux d’extension, de rénovation a pour obligation de souscrire une assurance « dommages-ouvrages ». C’est une assurance permettant d’obtenir une réparation de certains dommages de construction de l’habitation.

Attention, ne pas confondre l’assurance dommage ouvrage et l’assurance décennale. L’assurance dommage ouvrage est souscrite par le Maitre d’Ouvrage (ou le propriétaire si les travaux sont réalisés par lui-même) et l’assurance décennale par les entreprises qui ont l’obligation de garantir leurs ouvrages pendant 10ans.

Pour continuer sur l’assurance dommage ouvrage, quand devons-nous souscrire et quand prend-elle effet ? Il faut souscrire avant l’ouverture du chantier. Elle prend effet à l’expiration de la garantie de parfait achèvement (d’une durée d’un an, cette garantie impose au constructeur de régler tout problème lié à la construction pendant 1 an à date de réception des travaux). L’assurance dommage ouvrage prend donc effet à partir de la 2ième année.

L’assurance dommage ouvrage a la même durée de vie que l’assurance décennale. Elle prend donc en charge 9ans de garantie à la suite de la garantie de parfait achèvement.

Construire sa maison n’est pas une mince affaire et nécessite des garanties. Les garanties décennales et de parfait achèvement sont à la charge des constructeurs et des intervenant dans votre construction. L’assurance dommage ouvrage est à la charge des propriétaires et est obligatoire. Faites dès à présent votre demande de devis sur notre site www.fizeo.fr

Vous êtes un professionnel, Fizeo peut vous aider à élargir votre portefeuille clients et à développer votre chiffre d’affaires, quelle que soit votre activité professionnelle.

Notre métier repose sur trois piliers :

- Mettre en contact des professionnels avec des particuliers ayant besoin de devis de professionnels de qualité.

Nos équipes mettent tout en œuvre chaque jour pour alimenter des fichiers de prospects. La force de Fizeo repose sur la qualification : chaque lead est contacté afin d’affiner au mieux ses réels besoins et sa demande.

Un lead est un contact qui a démontré son intérêt et déposé une demande sur notre site.

Par conséquent, chaque fiche transmise à un professionnel repose sur une demande sérieuse et comporte des informations pertinentes.

L’objectif est que chaque professionnel puisse transformer ces demandes en ventes.

- Location ou vente de fichiers dans le cadre d’opérations de mailing.

- Campagnes télémarketing d’appels sortants.

Quel que soit votre besoin professionnel, n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes, elles vous aideront et vous accompagneront.

Fizeo est le partenaire de tous vos projets.

Changer dexpert-comptable peut paraître assez compliqué pour un chef d’entreprise. Cependant, cette transition peut se faire sereinement si les bonnes pratiques sont respectées.

assurance activité1

Choisir un expert-comptable n’est pas une tâche facile. Selon la phase de développement de l’entreprise, les critères de choix peuvent varier (prix de prestations, proximité, expériences antérieures dans le même secteur d’activité, etc…).

Le métier d’un expert-comptable ne se limite pas à ses prestations et services comptables. Il fait partie intégrante de l’entreprise, surtout en temps de crise, ce qui fait de lui un partenaire important. Si le chef d’entreprise ne se sent pas suffisamment soutenu, il faut alors envisager de changer de prestataire en vue de trouver une meilleure collaboration.

Pour assurer une bonne transition lors du changement d’expert-comptable, il suffit de respecter certaines règles déontologiques et de préparer le terrain en présence des trois parties. Voici quelques points clés à respecter :

  • Etre attentif aux règles de sorties indiquées sur la lettre de mission de l’expert-comptable sortant. Il faut surtout respecter le délai de préavis.
  • S’assurer que l’ancien expert-comptable est bien à jour dans sa mission et dans la tenue des comptes.
  • Assurer le transfert de tous les documents par l’ancien expert-comptable à son successeur. Aujourd’hui cette tâche est simplifiée grâce à de nouveaux outils informatiques qui facilitent la migration des données d’un système comptable à un autre.

D’autre part, le successeur doit informer l’ancien expert-comptable qu’il reprend la mission sur la base d’une lettre de reprise.

De plus, il est conseillé d’assurer cette transition durant le premier semestre d’une année en cours, pour un exercice allant du 1 janvier au 31 décembre d’une année N. Il est surtout déconseillé de faire ce changement au cours du 4e trimestre de l’année N ou en début d’année N+1, car la reprise risque d’être plus longue et plus onéreuse en cas de mauvaise clôture des comptes.

Pour finir, le rôle du chef d’entreprise est très important durant ce transfert de mission. Car s’il souhaite que la reprise soit faite sereinement, il doit s’assurer de faire toutes les démarches correctement. Dans le respect des règles déontologiques et des bonnes mœurs.

La géolocalisation en entreprise est une pratique de plus en plus appréciée par les employeurs.

Accompagnez vos équipes !

Des entreprise de géolocalisation proposent leur service aux entreprises pour gérer leur « flotte automobile » à distance. Ces services proposés sont désormais d’une grande aide pour les entreprises qui souhaitent garder un œil sur les dépenses de leurs employés. Ils justifient leur choix d’une façon plutôt économique, puisqu’en temps de crise on constate une augmentation du prix du carburant, des assurances, mauvaises usages des véhicules de fonctions,…

Mais attention, il faut utiliser les services de géolocalisation avec précaution. Aujourd’hui, ce service s’est beaucoup développé, on trouve alors des services très simplifiés aux plus précis.

Le fonctionnement est simple, un boitier équipé d’une carte SIM est installé sur le capot de la voiture, puis les données sont récoltées sur une plateforme web. Ainsi, vous pouvez analyser le nombre de kilomètres parcourus par votre salarié dans la journée et évaluer le budget exact pour chaque déplacement. C’est donc un moyen pratique pour maîtriser une partie des frais de l’entreprise. Mais on peut également aller plus loin, en voulant localiser un des salariés à un instant T et c’est là que le problème se pose, car la géolocalisation est très réglementée. Il ne faut donc pas franchir certaines limites sous peine de poursuite judiciaire pour atteinte à la vie privée des salariés.

La géolocalisation des véhicules de l’entreprise peut alors être un atout, à condition de respecter certaines règles.

businessteam at a meeting

Dans les TPE, souvent un(e) secrétaire-comptable accompagne l’expert comptable dans les missions qui lui sont attribuées. 

Le secrétaire-comptable est à la charge à la fois de prestations de secrétariat en comptabilité et de diverses tâches de secrétariat général (accueil, gestion du courrier, etc…).

La prestation secrétariat comptabilité 

Le secrétaire comptable est le plus souvent présent dans des TPE ou dans le service comptable d’entreprises de plus grandes tailles.

D’un côté le secrétaire-comptable doit assurer des missions de secrétariat courantes, telles que :

  • L’accueil téléphonique
  • L’accueil client
  • La gestion du courrier
  • La gestion du planning
  • La gestion du classement et de l’archivage
  • Les bons de commandes
  • Les devis, factures

En termes de comptabilité, il prend en charge des opérations de comptabilité générale :

  • La création et la mise à jour des fichiers clients/fournisseurs
  • La saisie comptable
  • Le rapprochement bancaire
  • La déclaration de TVA

Le profil d’un(e) secrétaire comptable

Le ou la secrétaire comptable doit savoir jongler entre les missions comptables et de secrétariat. Il/elle doit alors être très polyvalent(e), méthodologique, autonome, avoir un bon sens relationnel. De plus, il/elle doit avoir de bonnes connaissances en comptabilité et doit maîtriser les logiciels comptables, de paie et les tableurs.

Les secrétaires comptables peuvent évoluer vers les postes d’assistant comptable ou d’assistant de direction.

Avant de pouvoir offrir ses prestations et services comptables, l’expert-comptable poursuit un parcours long et complexe pour être inscrit à l’ordre des experts-comptables. 

 

 Mann mit Taschenrechner und Akten

Le diplôme d’expert-comptable

Expert comptable formation: DCG, DSCG, clôturée par le diplôme d’expertise comptable.

Au bout de huit ans environ (5 années d’études et 3 années de stage), le diplômé obtient le statut d’expert-comptable. Il est cependant possible de s’arrêter à chaque diplôme avant de poursuivre le cursus.  Ces années d’études ne sont donc pas consécutives pour tout le monde. Le but ultime étant bien sûr d’obtenir le diplôme d’expert-comptable.

Pour cela, il faut au préalable valider le DSCG, puis une expérience de trois ans au sein d’un cabinet sous le regard d’un maître de stage. Au terme de ce stage, l’épreuve du grand oral et la soutenance du mémoire viennent achever le parcours. Les diplômés qui optent pour l’exercice libéral ont le choix entre se mettre à leur compte ou s’associer à une structure existante. Le choix du cabinet peut alors s’avérer très important pour la suite de la carrière du stagiaire, car selon le cabinet choisi ils peuvent avoir plus ou moins d’opportunités qui se présentent à eux.

 

Opportunité, avenir du jeune comptable

Pour la majorité des diplômés, le statut de salarié dans une boite n’est plus suffisant. Les jeunes diplômés se tournent alors vers le maître de stage pour anticiper leur avenir.

Pour s’associer au cabinet il faut compter entre cinq et dix ans. C’est un projet dans le long terme, qui va demander un peu de patience. Le prétendant associé doit alors faire preuve de beaucoup d’intérêt au management du cabinet, à sa rentabilité et au développement de sa clientèle.

D’autres part, il n’est désormais plus évident de se mettre à son compte. Avoir son propre cabinet engage un investissement lourd. De plus, depuis quelques années de nombreux coûts supplémentaires liés au développement des nouvelles technologies (informatique, dématérialisation des documents, etc …), compliquent davantage la tâche.

 

L’association au cabinet

Pour devenir associé, il faut racheter une part du capital du cabinet. Le plus souvent l’expert-comptable doit alors contracter un prêt. Par la suite, le nouvel associé pourra rembourser son emprunt grâce aux dividendes qui lui seront versés.

De nouvelles responsabilités lui reviennent par la même occasion, cependant en terme de pouvoir de décision, les règles varient changent d’un cabinet à un autre.

Une seule règle est respectée dans la plupart des cabinets. Elle invite les associés de plus de 55 ans à baisser leur part de capital pour favoriser l’arrivée des plus jeunes.

 

Quelques précautions à prendre

En tant que jeûne associé dans un cabinet, il faut prendre quelques précautions. Avant toute chose, le nouvel associé doit être sûr que le positionnement du cabinet lui convient.

Aussi, il doit faire être attentif au règlement intérieur, au pacte d’associés ou encore aux modalités de sortie de l’association. Notamment, le nouvel associé doit revoir les moindres détails du contrat afin d’éviter toutes déceptions ou désaccord. Les jeunes experts comptables se voient souvent contrariés quant à la valorisation du portefeuille clients qu’ils ont développé.

 

 

 

Google poursuit sa stratégie visant à pénaliser les sites qui ne respectent pas les consignes de référencement naturel.

 

 

Magnifier and Wordcloud of SEO

Matt Cutts a annoncé officiellement vendredi dernier, le déploiement de son cinquième filtre de nettoyage Penguin 2.1 .

C’est le cinquième filtre lancé depuis la première version de Penguin qui avait été intégrée en avril 2012. Ce nouvel algorithme devrait affecter environ 1 % des recherches. De plus, il semblerait que le déploiement a été fait au niveau mondial, puisque des webmasters français se serait rendu compte de la mise à jour dès samedi matin.

Compte tenu de sa numérotation, il semblerait que la mise à jour vienne modifier légèrement la version 2.0 qui avait eu lieu en mai dernier.

En France, un impact important ce serait ressentir sur certains sites sanctionnés pour leur actions SEO frauduleux.

Les experts comptables sont sollicités malgré la crise pour leur prestation de service de services comptables. 

externalisation comptabilité2

Les experts comptables ne sont pas vraiment concernés par la crise. Ou du moins certains arrivent à en tirer profit en accompagnant les entreprises en difficulté, dont le nombre est en constante croissance en temps de crise. Ce qui en définitif  leur permet justement de booster leur carrière grâce à leur rôle de conseillers.

Revenons sur le métier d’expert-comptable.

Sa mission

Les missions de l’expert comptable varient en fonction des besoins de votre entreprise et des prestations pour lesquelles vous faites appel à lui.

Lors de la création d’entreprise, son rôle est primordial pour l’avenir de l’entreprise du point de vue financier puisqu’il est en charge de réaliser le bilan prévisionnel de l’entreprise, mais pas seulement. Il accompagne le créateur de l’entreprise dans toutes les étapes :

  • Il conseil l’entrepreneur dans le choix du statut juridique
  • Il oriente l’entrepreneur sur son statut social
  • Il participe à l’optimisation fiscale du projet
  • Il conseil l’entrepreneur sur son mode de financement.

D’une manière plus globale, l’expert-comptable a pour mission :

La mission de présentation des comptes annuels de l’entreprise

L’expert-comptable doit s’assurer de l’exactitude des comptes et attester qu’il n’a rien relevé qui remette en cause la cohérence des comptes. Le chef d’entreprise a alors le choix entre déléguer toute ou partie de sa comptabilité. Il doit également établir des déclarations fiscales et sociales.

La mission d’examen limité des comptes annuels

Cette mission a pour objet d’attester qu’il n’y a pas trouvé d’éléments qui remettent en cause la conformité ou la régularité des comptes annuels, ni les résultats de l’entreprise ou encore l’image du patrimoine.

La mission d’audit contractuel

L’audit contractuel est le fait qu’un expert-comptable intervienne dans l’entreprise sur la demande de l’entreprise elle-même ou d’un tiers. L’audit contractuel est alors réalisé par un commissaire aux comptes. La révision contractuelle consiste en plusieurs contrôles très variés. Au terme de ces vérifications, l’expert-comptable attribue alors une attestation de sincérité. Ainsi, il certifie que les comptes audités de l’entreprise reflètent bien une image sincère et fidèle de l’entreprise.

D’autres part, en plus des missions principales d’un expert-comptable, son rôle s’étend à des missions complémentaires telles que la réalisation de formalités juridiques, ou encore il peut être sollicité par une entreprise pour effectuer des missions légales comme l’évaluation d’un bien figurant dans la déclaration d’affectation pour créer une EIRL.

 

Sa rémunération

La rémunération de l’expert-comptable est une addition entre différents tarifs, qui vont dépendre de l’étendue des missions qui lui sont attribuées. Il peut soit appliquer un taux horaire au client ou proposer un forfait annuel, trimestriel ou mensuel comprenant un nombre de prestation comptabilité définis à l’avance. Le cout d’un expert comptable est en moyenne aux alentours des tarifs suivant :

  • Un tarif horaire à 95 €  HT, en moyenne pour les experts comptables.
  • Un prix horaire de 55 € HT, pour un opérateur de saisie.
  • Un tarif horaire de 80 € HT, pour un collaborateur confirmé.