Archives par tags : Décoration

-       Les escaliers droits : ces escaliers possèdent des marches rectangulaires et ne changent pas de direction, ce sont les plus faciles à réaliser puisqu’il relie directement deux étages sur un seul axe.

-       Les escaliers tournants : les marches sont toutes différentes, l’escalier peut tourner d’un quart de tour, d’un demi-tour ou d’un tour complet.

-       Les escaliers en colimaçon : l’escalier est réalisé autour d’une colonne centrale ou autour d’un noyau évidé.

Il existe des normes sécurité à respecter : la rampe doit avoir une hauteur minimum de 90 cm pour l’escalier et 100 cm minimum pour le palier. La pose d’une rampe dans l’escalier n’est pas obligatoire mais fortement conseillée.

L’écart entre les barreaux verticaux doit être de 11 cm au maximum.

Afin d’avoir un confort lors de la montée, les marches doivent avoir une hauteur entre 17 et 21 cm. Il est préférable d’éviter les contremarches. Prévoyez une largeur d’escalier d’au moins 70 cm.

Différents types de matériaux peuvent être utilisés : bois, béton, alu, inox, pierre ou acier…

Vous pourrez bénéficier d’un taux de TVA à 10%, à condition que les travaux soient réalisés par un professionnel du bâtiment et que votre lieu d’habitation soit achevé depuis plus de deux ans.

Vous pouvez choisir un escalier standard de série, un escalier en kit qu’il vous suffira d’assembler et l’escalier sur-mesure.

De nouvelles tendances font leur apparition pour apporter une touche d’originalité sur les murs : papiers peints, carrelages ou peintures jouent la carte de l’inédit !

Les papiers peints peuvent devenir panoramiques : cela signifie qu’un motif n’est pas répété, et que le papier peint habille plusieurs murs de façon scénique.

Cette nouvelle tendance rencontre un vif succès.

Il vous est également possible de personnaliser votre papier peint : la seule limite est votre imagination ! Vous pouvez ajouter texte, photos ou motifs personnels pour agrémenter votre décoration.

Autre innovation : le papier peint lumineux. Grâce à un système de led ou fibre optique ou tout simplement relié au secteur électrique, le papier s’illumine, dévoilant un effet visuel très original.

La toile tendue, qui était jusque là installée aux plafonds, peut aujourd ‘hui s’utiliser sur les murs.

La toile tendue existe dans une large palette de matières : lin, velours, soie, coton, dans toutes les couleurs. Vous pouvez soit la coller au mur, soit la positionner sur des baguettes fixées au mur.

Le cuir s’invite également sur vos murs et procure immédiatement une ambiance chaleureuse dans la pièce.

La fibre de verre, idéale pour masquer les imperfections des murs existe sous deux formes : la toile brute et la toile pré-peinte.

La mosaïque redevient tendance avec de nouveaux motifs ou la possibilité également d’imprimer directement sur les carreaux de mosaïque un dessin ou un motif particulier que vous souhaitez.

Les possibilités sont multiples pour donner un coup de neuf à votre décoration intérieure.

Le carrelage est un matériau qui reste dans l’air du temps : facile à entretenir, robuste, sain, résistant aux chocs… Le carrelage offre une grande variété de couleurs, de formes, d’aspect (mat, satiné, brillant), de matières (pierre, terre cuite, quartz) et de formats.

Il existe différents types de carrelage :

-       la faïence : elle fait partie de la famille des céramiques, c’est un mélange d’argile, de roche et de sable qu’on recouvre avant la cuisson d’un enduit lui donnant un aspect brillant.

-       le grès cérame pleine masse : carrelage coloré dans la masse, possédant d’excellentes qualités techniques et esthétiques.

-       le grès cérame émaillé : il est composé de deux couleurs (son émail possède une couleur différente de celle de la masse).

-       le grès cérame poli : il possède un aspect brillant et doux au toucher, mais se révèle plus sensible aux rayures.

-       la pâte de verre : teinté dans la masse, le carrelage pâte de verre est généralement utilisé dans les pièces d’eau.

-       la terre cuite : matériau composé d’argile et de sable. Poreux, il est nécessaire d’appliquer un traitement contre l’humidité.

Il est important de choisir la qualité de son carrelage suivant le passage plus ou moins important de la pièce dans laquelle il est posé. Différentes normes ont été mises en place afin de faire un choix pertinent.

La façon dont la pose du carrelage est faite à une grande importance dans le rendu final :

- pose droite : c’est la pose la plus couramment utilisée, parallèle aux murs.

- pose en diagonale : il s’agit de la pose la plus esthétique, qui donne une impression de volume plus important d’une pièce.

- pose en calepinage : différents formats de carrelages sont posés.

- pose en damier : cette pose permet d’alterner deux couleurs.

Nouvelle construction ou rénovation, en intérieur ou en extérieur, le carrelage trouve sa place partout et dans tous les styles.

* poêle à accumulation : le fonctionnement est simple : deux à trois  heures de flambée vont générer une accumulation de chaleur, qui se diffusera ensuite sur plusieurs heures (entre 12 et24 heures). Ces poêles à accumulation sont fabriqués en pierre ollaire, en briques réfractaires ou en béton réfractaire. Ces matériaux permettent d’absorber beaucoup de chaleur et la restituent sous forme de chaleur douce et constante sur une longue durée. Ces poêles sont très lourds, mais leur rendement est élevé. Ils possèdent un système de double combustion et permettent de brûler tous types de bois.

* poêle turbo : Par le biais d’un tube de tirage, une quantité réglable d’air est soufflée au centre du foyer pour attiser le combustible et provoquer une combustion intense et complète. Ce principe tend à diminuer la condensation de gaz et le dépôt de suie dans le poêle et dans le conduit. En revanche, la quantité de bois utilisée est plus importante. Il ne faut pas enlever les cendres dans ce type de poêle car elles permettent de brûler complètement les gaz tout en conservant la chaleur.

* poêle à granulés : on l’utilise en chauffage d’appoint, et le réservoir permet de stocker environ 20kgs de granulés. C’est un appareil de petite taille qui ne se raccorde pas à un système de chauffage central. Son autonomie va de 12 à 72 heures.

* poêle à bûches : c’est le plus connu, et son fonctionnement est très simple puisqu’il restitue la chaleur produite par la combustion de bûches.

Il est facile de trouver l’équipement qui vous convient car le large choix qui existe sur le marché des poêles permet de répondre à toutes les demandes.

Il existe deux catégories de peinture : les peintures à l’eau et les peintures à l’huile. Le choix se fait selon le rendu souhaité, la pièce concernée et le support sur lequel elle va être apposée.

Voici un petit tour d’horizon des différentes peintures :

- Peinture acrylique : cette peinture s’utilise autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle ne contient que très peu de solvant, elle est donc sans odeur. Elle fait partie des peintures à l’eau qui sèchent très vite.

- Peinture glycérophtalique: il s’agit d’une peinture à l’huile. Elle est habituellement utilisée pour l’extérieur ou les pièces humides. Cette peinture est lente à sécher et dégage une forte odeur durant l’application.

Cette peinture a tendance à disparaître progressivement au profit des peintures acryliques plus écologiques.

- Peinture alkyde : peinture à l’eau, elle est facile à appliquer, sans odeur, avec un séchage rapide.

- Peinture époxy : elle fait partie des peintures à l’huile et s ‘applique surtout en extérieur. C’est une peinture très résistante, idéale pour les sols extérieurs. Elle est composée d’une base et d’un durcisseur ; elle est difficile d’utilisation, car une fois le mélange des deux composants effectué, le temps d’application est compté à cause du durcisseur.

 

Ces différentes peintures s’appliquent au rouleau, au pistolet ou au pinceau. Prenez le temps de bien vous faire conseiller, et de bien lire les indications sur les étiquettes des pots de peinture. Elles vous indiquent les temps de séchage, le matériel à utiliser, le rendement ainsi que le type de support.

Certaines peintures portent également un label pour l’environnement.

Les prix varient selon le type de peinture utilisée, ses qualités et caractéristiques.

L’air de nos intérieurs est chargé de substances toxiques invisibles et nocives pour nos organismes.

Ces substances proviennent des produits d’entretien, des peintures, des insecticides…

 

Certaines plantes peuvent aider à assainir l’air :

Les substances nocives présentes dans l’air sont absorbées par la plante grâce à son feuillage et sont transformées en matière organique active grâce à ses racines.

La plante émet ensuite du Co2 plus sain que ce qu’elle a absorbé auparavant.

Elle améliore ainsi la qualité de l’air à l’intérieur de la maison et également le niveau d’oxygène.

 

Quelles plantes choisir ?

 

- le Ficus:

Il agit sur la fumée de cigarette, les désodorisants ou encore les vernis.

 

- le Philodendron :

Il absorbe principalement le formaldhéhyde et le pentachlorophénol. qui se trouvent dans la colle et les produits ménagers

Cette plante ne craint pas l’humidité et peut être placée dans une salle de bain.

 

- la Fougère :

C’est l’une des plantes d’intérieur les plus efficaces pour dépolluer l’air.

Elle est très efficace grâce à son grand pouvoir d’absorption et de rejet et  élimine la plupart des produits que l’on utilise pour l’entretien et le nettoyage de la maison.

 

- l’Anthurium :

Cette plante absorbe de nombreuses substances chimiques comme l’ammoniaque.

A placer idéalement dans la cuisine ou la salle de bain.

 

Sans oublier Lierre, Caoutchoux, Phoenix ou Azalée…

Vous avez une vieille baignoire émaillée ou en fonte émaillée et vous souhaitez lui donner un nouvel éclat, quelques étapes doivent être respectées…

 

1/ Réparer les fissures

Même si votre baignoire est en parfait état d’utilisation, l’émail peut avoir subi des éclats qu’il faut réparer avant de peindre.

Vous appliquerez minutieusement une peinture à émail à froid avec un petit pinceau. Pour un résultat réussi, la peinture à émail ne doit surtout pas couler.

Il existe également des résines époxydiques épaisses qui permettent de teindre  et combler les éventuelles fissures en même temps.

 

 

2/ Nettoyer la surface à peindre

Passez ensuite à la partie à repeindre, après avoir pris soin d’enlever le joint d’étanchéité.

Brossez la surface externe de votre baignoire jusqu’à obtenir des parois lisses sur lesquelles la peinture pourra adhérer parfaitement.

Dépoussiérez bien avant de commencer à peindre.

 

 

3/ Appliquer la sous-couche

Appliquer la sous-couche pour métaux non-ferreux : il s’agit d’une sous-couche spéciale pour l’émail, la fonte et la céramique, que vous trouverez dans tous les magasins de bricolage.

Le temps de séchage dépend des marques et types de peintures.

 

 

4/ Peindre

Utilisez un pinceau plat pour appliquer votre peinture. Peinture glycéro ou peinture acrylique conviennent toutes les deux.

Il est possible de repeindre entièrement la baignoire en fonte à l’intérieur ou à l’extérieur avec la même peinture.

 

 

Votre nouvelle baignoire est prête à l’emploi !

Les mètres carrés sont précieux et il est de plus en plus courant, quand cela est possible, d’agrandir un leu d’habitation en transformant sa cave. Voici quelques conseils qui vous seront utiles…

 

Législation :

Vous devez demander une autorisation à la mairie de votre ville. Une fois cet accord obtenu, vous devrez faire une déclaration de travaux.

A noter que cet agrandissement engendrera un supplément sur la taxe d’habitation ainsi que sur votre assurance habitation.

Assainir :

Une cave est souvent humide et l’assainissement est primordial. Il sera tout d’abord nécessaire de faire un traitement de dératisation. Vous traiterez ensuite les problèmes d’humidité s’ils existent, avec l’aide d’un professionnel.
Appliquez également à titre préventif une sous-couche d’étanchéité sur les murs et sur les sols.

 

Luminosité :

La cave étant généralement une pièce sombre et mal aérée, les sources de lumière et la ventilation sont des points capitaux.
Si votre cave comporte déjà des ouvertures, il suffit de les agrandir, selon les autorisations obtenues.
Les briques de verre peuvent constituer une bonne solution pour les cloisons de votre cave.

Enfin, investissez dans une ventilation mécanique contrôlée de qualité (VMC) pour améliorer l’aération de cette pièce.

 

Isolation :
L’isolation thermique et acoustique consistera à recouvrir le sol d’une chape de béton sèche et à couvrir les murs de laine minérale ou d’autres isolants

écologiques.

 

Il ne vous reste plus ensuite qu’à procéder à la décoration de votre nouvelle pièce !

Un enduit de façade a plusieurs fonctions : uniformiser votre façade, la protéger et enfin la décorer.

Il existe différents types d’enduits et différentes techniques d’application.

 

L’enduit est un mortier composé d’un liant (chaux, ciment terre ou plâtre) et d’agrégats minéraux ou de sable.

Il peut être coloré grâce à des pigments.

 

Le support de votre façade (béton, brique ou pierre) va déterminer le choix de l’enduit, car celui-ci doit nécessairement être compatible.

Les techniques les plus utilisées sont :

- Talochée : on obtient une surface relativement lisse.
- Grattée : la surface est griffée pour laisser apparaître de légères aspérités.
- Ribbée : l’enduit est frotté, et présente un aspect strié obtenu par l’incorporation de granulats de petite taille

- Lissée: la surface est homogène et lisse.
- Projetée : l’enduit est laissé brut et donne un aspect plus granuleux

 

Le choix de l’enduit et sa technique d’application sont très importants car c’est la touche finale de votre façade .Aspect et couleur mettront en valeur votre maison.

Les carreaux de ciment datent des années 1900. Ils sont fabriqués à la main, au Maroc ou au Vietnam. À l’aide d’un entonnoir, on coule dans un moule un mélange de poudre de marbre, de ciment, de sable et de pigments. Pour réaliser des motifs, on place dans le moule un “diviseur”, sorte de pochoir en laiton. Voilà pour la face décorative (3 à 4 mm d’épaisseur). On remplit le reste du moule de mortier pour constituer la “semelle” du carreau, sa face d’usure. L’ensemble est pressé, puis séché à l’air libre pendant plusieurs semaines.

 

Le sol en carreaux de ciment nécessite des joints ultra minces qui ne cassent pas l’uniformité du carrelage.

Le sol en carreaux de ciment a une très bonne résistance à l’usure et aux taches et il est en outre très robuste.

 

Les carreaux de ciment sont des carreaux anciens nécessitant un entretien particulier. En effet, ceux-ci appartiennent à la catégorie des matériaux poreux comme le bois. Il est donc indispensable avant l’entretien de pratiquer une imperméabilisation des carreaux de ciment.

Pour cela, on utilise un produit que l’on appelle un “bouche-pore”. Ce produit s’applique au pinceau ou à l’éponge sur un sol parfaitement nettoyé. Le produit doit bien pénétrer, sans trop en mettre, car il risquerait de laisser des traces brillantes. Cette action est semblable à la vitrification d’un parquet en bois. Le point commun de tous les matériaux poreux est la préparation du sol, afin que celui-ci soit efficacement protégé et qu’il ne s’encrasse.

Si vous venez de poser des carreaux anciens, il est important de savoir qu’il est indispensable de laisser respirer vos carreaux de ciment avant application du bouche-pore.

En effet, l’humidité du sol fraîchement posé doit s’évacuer afin de s’assécher complètement. Autrement, vous risquez de provoquer des taches sombres sur vos carreaux.

 

Le budget pour ce type de revêtement varie de 20 à 80 € le m2.