Archives par tags : Assurances

Ce type de contrat de location de véhicule avec option d’achat rencontre un vif succès auprès des particuliers ou professions libérales.

Le principe est simple : une personne loue un véhicule pour une durée qui est convenue à l’avance et qui va de 2 à 5 ans. Le kilométrage qui sera effectué durant cette période est également défini à l’avance. Il est important de bien évaluer ce kilométrage, car le locataire sera tenu de verser un supplément en cas de dépassement kilométrique.

En général, le kilométrage annuel pour un moteur essence est de 15 000 kms et de 25 000 kms pour un moteur diesel.

A la fin de cette période, deux choix s’offrent au locataire :

-       acheter le véhicule au prix résiduel fixé en début de contrat

-       rendre le véhicule et repartir sur un nouveau leasing pour une autre voiture neuve en utilisant votre dépôt de garantie

Un dépôt de garantie peut être demandé par l’organisme de crédit qui possède le véhicule, le montant ne peut être supérieur à 15% de la valeur du véhicule.

Le locataire versera chaque mois un loyer, au montant fixe s’il le souhaite, mais il est également possible d’avoir des loyers dégressifs ou progressifs.

Les loyers sont généralement mensuels mais selon les contrats, ils peuvent être trimestriels.

Pour une plus grande tranquillité d’esprit, il est également possible de souscrire une garantie d’entretien du véhicule.

Un délai de rétractation de sept jours s’applique pour ce type de contrat.

 

Le rachat de crédit permet de regrouper divers prêts souscrits, qu’ils soient immobiliers, à la consommation, et les transformer en un prêt personnel. On parle dans ce cas de regroupement de crédits.

L’un des premiers avantages est la diminution du montant de vos remboursements mensuels, avec un taux unique.

En revanche vos remboursements seront sur une durée plus longue. Il est important de prendre en compte ces paramètres car si le rachat de crédit vous permet d’alléger vos mensualités, le nouveau taux risque d’être plus élevé et au final le coût total de votre crédit va être plus important.

Vous devrez également être vigilant et tenir compte dans vos calculs des pénalités de remboursement anticipé, des frais d’assurances etc…

Il ne faut pas que vous ayez des frais supérieurs à l’économie escomptée.

N’hésitez pas à faire jouer la concurrence en interrogeant banques, courtiers ou organismes de prêts.

Ces professionnels sauront, après étude de votre dossier, évaluer si cette opération répond à vos besoins.

Le rachat de crédits vous permet de simplifier la gestion de votre budget et de gagner du pouvoir d’achat.

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter, ou bien à laisser des commentaires !

 

Les locataires ont l’obligation de souscrire une assurance habitation pour leur logement. Dans le cas contraire, le propriétaire peut résilier le bail .Une assurance habitation protège non seulement le logement, mais également les équipements et le mobilier. Leur montant par mois dépend souvent de la surface de votre habitation. Plus votre habitation sera grande et plus vous avez du mobilier de valeur,  plus il y a des chances que le montant de votre assurance soit élevé.

Les assurances habitation comportent des garanties de base qui se retrouvent dans tous les contrats :

-       garanties de responsabilité

-       garanties dommages aux biens

Au-delà de ces garanties de base, vous pouvez souscrire des garanties supplémentaires :

-       garantie contre le vol, dommages aux appareils électriques

-       garantie pour des installations extérieures telles qu’une piscine

-       garantie protection juridique

Votre cotisation sera évidemment plus chère selon le nombre de garanties que vous ajoutez.

Dans certains cas précis, il n’est pas obligatoire de souscrire une assurance habitation locataire : meublés, résidences secondaires, logements de fonction  ou locations saisonnières.

Il est important de bien comparer toutes les offres, car les tarifs peuvent varier selon les assureurs.

Une assurance habitation a une validité d’un an et se renouvelle  généralement par tacite reconduction ou par lettre recommandée avec accusé de réception.

Businessman signing a document.

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter, ou bien à laisser des commentaires.

La responsabilité civile professionnelle est indispensable dans toute entreprise : elle permet en effet de vous apporter une protection pour votre personnel, vos locaux et votre matériel.

L’assurance prendra le relais, qu’il s’agisse de dommages matériels, corporels ou immatériels. Cette couverture vous permettra une protection quoiqu’il arrive dans l’exploitation de votre entreprise.

Cette responsabilité civile professionnelle inclut trois types d’assurances :

- la responsabilité civile d’exploitation : en cas de dommages auprès de tiers, cette garantie va s’appliquer.

- la responsabilité civile professionnelle : retards, fautes immatérielles, défaut de conseil

- la défense recours : cette garantie va s’appliquer dès la mise en cause dans un sinistre.

Votre profession, votre volume d’affaires, le nombre de salariés que vous employez ainsi que votre expérience vont déterminer votre responsabilité civile professionnelle.

Les tarifs vont varier en fonction notamment des risques susceptibles d’être encourus dans votre activité professionnelle. N’hésitez pas à faire plusieurs devis pour comparer et faire jouer la concurrence.

Cette assurance n’est pas obligatoire pour toutes les professions, mais c’est une garantie à ne pas négliger car les risques professionnels peuvent survenir à tout moment.

Certaines professions doivent obligatoirement souscrire ce type d’assurance : professionnels du bâtiment, du droit, de la santé, les experts comptables, les agents immobiliers etc…

Les conséquences financières peuvent être très lourdes pour un dirigeant d’entreprise.

Il est important de bien étudier toutes les garanties dont vous pouvez avoir besoin dans votre contrat, et surtout de faire appel à un professionnel des assurances qui déterminera avec vous le contrat le plus adapté.

 

Si vous souhaitez avoir un devis pour votre assurance, rendez-vous sur notre site !

Un contrat de bail, qui peut également s’appeler contrat de location, est un document que signent un propriétaire et son locataire.

Ce document doit mentionner les éléments de la location : montant du loyer, durée du bail etc…

 

La loi du 6 juillet 1989 a rendu obligatoire ce document. Il doit être rédigés en deux exemplaires originaux, dont propriétaire et locataire gardent chacun un exemplaire.

 

Le bail doit obligatoirement comporter les données suivantes :

 

- Nom et adresse du propriétaire

- Durée de la location et la date à partir de laquelle le locataire peut emménager

- Une description du logement (ainsi que cave, parking, jardin….)

- Les parties communes,

- La précision de l’usage des locaux : habitation ou mixte : professionnel et habitation

- Le montant du loyer  et les modalités de son règlement

- Le montant du dépôt de garantie (en général deux mois)

 

 

En outre, il faudra joindre au bail d’autres documents :

 

- L’état des lieux

- Le règlement de copropriété s’il s’agit d’un immeuble

- L’attestation d’assurance que le locataire doit obligatoirement fournir

 

Un bail a en général une durée de trois ans, mais il est possible d’établir un bail pour une durée plus longue.

contrat de bail

A  l’amiable :

Le propriétaire doit d’abord tenter de récupérer les créances par téléphone, par mail ou par lettre simple.

La caution peut également être prise en compte pour le règlement des loyers impayés. Si ces échanges n’aboutissent pas, le propriétaire doit respecter certaines étapes des procédures suivantes :

 

Lettre de mise en demeure :

C’est la première étape d’une procédure de contentieux, un délai est donné au locataire pour payer les loyers dus.

 

Injonction de payer :

Cette procédure implique de déposer un recours auprès du Tribunal d’instance pour les sommes supérieures à 4000 euros ou auprès de la juridiction de proximité pour les sommes inférieures à ce seuil.

Si la requête est justifiée, le propriétaire informe le locataire de l’ordonnance d’injonction de payer. Cette ordonnance peut être contestée par le locataire durant un mois. Cette solution est rapide et peu onéreuse, mais ne met pas fin au bail.

 

Clause résolutoire :

Cette clause permet de mettre fin au bail en cas de loyers impayés.

Le propriétaire doit faire appel à un huissier qui délivrera un commandement de payer au locataire. Si le paiement n’est pas réalisé dans les deux mois, le locataire peut être assigné.

 

Assurance loyers impayés :

L’assurance prend en charge, sans franchise, l’indemnisation du premier euro de loyer impayé.

Votre assurance se retournera ensuite contre le locataire pour obtenir les sommes dues.

th

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

Le ministre de l’Economie et des Finances a présenté aujourd’hui une réforme du marché de l’assurance-crédit. Le marché de l’assurance-crédit couvre plus de 300 millions d’euros de créances commerciales en France. Son bon fonctionnement est un enjeu majeur pour la comptabilité et surtout pour la trésorerie des entreprises, notamment des PME et ETI.

Annoncée dans le cadre du plan pour le renforcement de la trésorerie des entreprises, la réforme présentée a pour objectif de garantir une meilleure relation entre assureurs et entreprises. Elle permettra notamment d’atténuer les effets d’une dégradation brutale de l’appréciation du risque sur une entreprise par un assureur en permettant que l’information des entreprises soit effectuée le plus tôt possible et en structurant les échanges entre les entreprises et les assureurs-crédit.

A cette fin, un site internet commun à tous les assureurs sera ouvert à toutes les entreprises le 1er juillet 2013 (www.acheteurs-assurance-credit.fr).

La réforme présentée prend la forme d’une convention conclue entre l’Etat, la Fédération Française des Assurances, les cinq assureurs-crédit (Axa, Coface, Groupama AC, Euler-Hermès, Atradius) et la Médiation du Crédit, qui est chargée de la bonne application de cette convention.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur ce dispositif en contactant un expert-comptable : recevez 3 devis d’experts comptables.

Source : http://www.economie.gouv.fr/

Comptabilité SCI

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

La gestion locative consiste à gérer au quotidien, tout ce qui est nécessaire à toutes les étapes de la location, perception des loyers, délivrance des quittances, réparations nécessaires, répartition des charges…

 

La gestion de votre bien immobilier peut être confiée à différents professionnels : administrateur de biens, agent immobilier ou notaire.

 

Administrateur de bien :

La gestion locative est son cœur de métier. Vous êtes sûr de pouvoir bénéficier des meilleures prestations. Un bémol : l’administrateur ne pourra vous proposer que des packages.

 

Notaire :

C’est la solution la moins fréquemment retenue car la gestion locative n’est pas l’activité principale des notaires.

 

Agent immobilier :

C’est le cas de figure le plus courant, car vous bénéficiez  d’un interlocuteur unique dès la mise en location et sa polyvalence est précieuse.

 

 

 

Le mandat de gestion est le document qui synthétise les rapports entre le propriétaire et le gestionnaire.

 

Les fonctions du gestionnaire de biens sont variées:

- louer le bien

- percevoir les loyers

- exécuter des travaux

- représenter le propriétaire lors des assemblées générales de copropriété

-payer les charges et impôts

- souscrire les assurances nécessaires sur l’immeuble ou liées aux pertes de loyers et dégradations du logement

- préparer les éléments permettant au propriétaire d’établir ses déclarations fiscales

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ou bien à laisser des commentaires.

 

L’installation d’un système de télésurveillance de maison se fait sur une alarme équipée d’un transmetteur téléphonique. Elle peut donc s’ajouter à une alarme filaire ou à une alarme sans fil.
Lors d’une effraction dans votre domicile, l’alarme alerte la société de télésurveillance par le biais du transmetteur téléphonique. La sirène se déclenche pour faire fuir l’intrus.

Le centre de télésurveillance va procéder à un contrôle et en cas de nécessité, va effectuer un appel téléphonique vers votre logement.

Suivant le contrat de télésurveillance signé, la société peut soit vous prévenir, soit prévenir une personne choisie ou envoyer un agent spécialiste de l’intervention à votre domicile.

 

Le système de télésurveillance est composé :

de capteurs ainsi que d’une alarme reliée à une société de télésurveillance par transmetteur téléphonique.

 

Il existe différents types de capteurs qui s’adaptent à toutes les situations :

- anti-intrusion :

- détecteurs de mouvement

- détecteurs d’ouverture

- détecteurs de bris de vitre

- détecteurs de présence

- capteurs de sons

- détecteurs d’animal : permet la compatibilité d’un animal avec un système de télésurveillance.

- détecteurs d’incendie

- détecteurs de chaleur

- détecteurs de fumée (ces derniers seront obligatoires à partir de mars 2015)

 

Il faut prévoir un budget de 100 à 150 € TTC pour l’installation de votre système de télésurveillance.

Ensuite l’abonnement mensuel varie suivant les prestations choisies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez des devis pour l’installation de systèmes de télésurveillance, rendez-vous sur notre site !

La responsabilité civile correspond à l’obligation de réparer les dommages causés à autrui. Ce dommage peut résulter, par exemple, d’une imprudence.

La responsabilité civile peut s’assurer. C’est alors l’assurance qui se substitue au responsable, c’est-à-dire à l’auteur du dommage, pour indemniser la victime.

 

La garantie responsabilité civile souscrite couvre les dommages aux tiers :

- causés par votre faute, par imprudence ou par négligence,

- commis par vos enfants, s’ils vivent sous votre toit (les enfants majeurs vivant sous votre toit sont en principe également couverts),

- causés par vos ascendants vivant sous votre toit,

- causés par vos préposés (femme de ménage, jardinier, baby-sitter…),

- causés par vos animaux, ou ceux que vous gardez,

- causés par les objets que vous possédez, ou avez empruntés ou loués,

du fait du logement dont vous êtes propriétaire, (par exemple du fait d’un défaut d’entretien ou d’un vice de construction, même si le logement est inoccupé ou loué).

 

 

Certains dommages ne sont pas couverts par la garantie. Il s’agit notamment :

du dommage que vous causez à vous-même ou à vos proches, du dommage que vous causez intentionnellement à autrui, du dommage causé par un chien qualifié de “dangereux”, du dommage causé par un véhicule à moteur, de vos activités professionnelles (assurances spéciales).

Certaines de ces exclusions peuvent cependant faire l’objet d’un contrat spécifique.

 

Le rôle de l’assurance consiste à se substituer au responsable pour indemniser la victime.

A défaut d’assurance, le responsable doit dédommager lui-même la ou les victimes.

 

Généralement, la garantie responsabilité civile couvre le souscripteur du contrat, ainsi que toute personne résidant en permanence au domicile de celui-ci ; ses enfants même majeurs célibataires, et/ou ceux de la personne vivant avec lui.

Selon les contrats, mêmes les enfants célibataires qui ne vivent pas habituellement au domicile de l’assuré, peuvent être couverts, par exemple lorsqu’ils poursuivent des études sans exercer de profession.

 

Vous pouvez souscrire une assurance spécifique, dite “responsabilité civile vie privée”. Cependant, si vous avez souscrit une assurance multirisques habitation,  cette garantie est incluse dans votre contrat.

Certaines assurances obligatoires comprennent une garantie limitée de responsabilité civile, notamment :

- l’assurance voiture

- l’assurance locataires